L'ancien secrétaire général de l'ONU, décédé samedi, avait noué des liens étroits avec la France et notamment l'ancien président français. L'ancien secrétaire général de l'ONU, décédé samedi, avait noué des liens étroits avec la France et notamment l'ancien président français.

Nombreux hommages en France à la mort de Kofi Annan, un «ami fidèle de Jacques Chirac» Featured

Leurs mandats se sont presque chevauchés. Kofi Annan, décédé samedi, a occupé les fonctions de secrétaire général de l'ONU de 1997 à 2006. Il avait, dans ce cadre, travaillé avec Jacques Chirac, président de la République de 1995 à 2007. Les deux hommes ont noué une relation particulière qui ne s'est pas achevée avec leurs mandats respectifs. «J'ai eu un très bon contact avec lui», déclarait ainsi en 2013 Kofi Annan au sujet de Jacques Chirac sur Europe 1. «On a travaillé très, très bien ensemble. C'est un ami qui me manque», précisait-il. Une relation de bonne entente qui résume l'intérêt qu'avait suscité en France cette figure de l'ONU.

» LIRE AUSSI - Kofi Annan, ancien secrétaire général de l'ONU, est mort

 

En 2001, à l'annonce de la remise du prix Nobel de la paix à Kofi Annan, Jacques Chirac avait lui-même évoqué «le respect et l'admiration» que lui inspiraient les «efforts inlassables» déployés par le secrétaire général au service de la paix. «Au nom de la France et en mon nom personnel, je suis heureux de vous présenter mes félicitations les plus chaleureuses et les plus amicales», écrivait le président de la République, qui concluait son message en tutoyant Kofi Annan et ajoutait: «Bravo! J'en suis très heureux.»

«Nous avons une relation permanente avec le Secrétariat Général dont nous approuvons, vous le savez, la politique», déclarait encore le chef d'État en 2004, tout en réaffirmant «l'estime, l'amitié et la confiance de la France» à son égard. En 2006, à l'inauguration du musée du quai Branly, un projet initié par Jacques Chirac, Kofi Annan figurait parmi la poignée d'invités recevant les honneurs d'une visite inaugurale de ce musée. C'était quelques mois seulement avant la fin de son mandat à la tête de l'ONU.

L'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan s'exprime devant Jacques Chirac, le 9 juin 2008, à l'occasion du lancement de la fondation Chirac.

À occasion de cette fin de mandat, là encore, Jacques Chirac avait souhaité témoigner de «l'admiration et la gratitude de la France pour l'œuvre accomplie» par Kofi Annan, qui avait «incarné le meilleur de ce que cette Organisation peut apporter au monde». «J'ai été particulièrement heureux des exceptionnelles relations de confiance, de coopération et d'amitié que nous avons pu nouer», saluait alors le chef d'État, un an avant la fin de son propre mandat. Jacques Chirac avait conclu son message d'une touche personnelle soulignant la «très chalereuse amitié» qui le liait à Kofi Annan.

Lorsque l'ancien président avait lancé sa fondation au service de la paix, en 2008, Kofi Annan faisait partie du comité d'honneur et avait pris la parole au musée du quai Branly. En 2009, c'était encore Kofi Annan qui était aux côtés de Jacques Chirac, à Paris, pour la remise du premier prix de sa fondation. Une rencontre avait également eu lieu en 2011, là encore autour de la fondation de l'ancien président.

Un multilatéralisme cher à la France

Au cours des neuf années du mandat de Kofi Annan, les deux hommes s'étaient rencontrés régulièrement, lors d'entrevues souvent longues. En 2003, leur proximité avait été accrue par l'opposition de la France à la guerre en Irak, pour laquelle l'ONU n'avait pas donné de mandat. Les deux hommes se retrouvaient dans une défense d'un multilatéralisme, saluée justement dans les hommages français qui lui sont rendus aujourd'hui.

«La France lui rend hommage. Nous n'oublierons jamais son regard calme et résolu, ni la force de ses combats», a affirmé samedi Emmanuel Macron. Son prédécesseur Nicolas Sarkozy a également loué, dans un message sur Twitter, un «homme de convictions» qui «fut un grand Secrétaire général des Nations unies et un défenseur infatigable du multilatéralisme et des droits humains».

Read 124 times
Rate this item
(0 votes)

About Author

NewsLetter

Souscrivez à notre newsletter afin de recevoir les dernières informations de DiaspoTv.

Ad2