Dernières Brèves

Rate this item
(0 votes)

A 12 ans, j'ai créé une application - Nigéria Featured

mardi, 28 août 2018 21:34 Written by
Tomisin Ogunnubi a 14 ans aujourd'hui. Il y a deux ans, elle a créé une application pour aider les enfants…

Comment

Rate this item
(0 votes)

Instagram lance IGTV, Youtube doit-il avoir peur ? Featured

mardi, 03 juillet 2018 07:30 Written by
Instagram a annoncé le mercredi 21 Juin 2018 avoir atteint le milliard d'utilisateurs et a lancé dans le même temps…

Comment

Last modified on mardi, 03 juillet 2018 08:34
Rate this item
(0 votes)

Un Sénégalais à la tête d'un centre de recherche de Google à Accra Featured

lundi, 25 juin 2018 13:42 Written by
Moustapha Cissé, un ingénieur informaticien sénégalais, a été choisi pour diriger le centre de recherche de Google sur l'Intelligence artificielle…

Comment

Ethan Man, un super-héros est né !

lundi, 29 janvier 2018 13:46 Written by

A 6 ans, Ethan est le plus jeune développeur d'applis de Tanzanie. Il s’exprime bien, il est doué et son message est clair : avec son jeu d'apprentissage pour les enfants de son âge, il veut inspirer les jeunes à lire et à aimer l’école. L’appli quant à elle est déjà sur Google Play.

Geneviève Sagno vous en dit plus.

Comment

Rate this item
(0 votes)

Le Kenya fabrique son premier satellite Featured

lundi, 29 janvier 2018 13:44 Written by
Des ingénieurs de l'Université de Nairobi viennent de construire le premier satellite du Kenya, qui sera lancé dans deux mois.…

Comment

18 nouvelles espèces d'araignées pélicans découvertes à Madagascar

vendredi, 19 janvier 2018 15:58 Written by

Une chercheuse américaine a décrit 18 nouvelles espèces d'araignées pélicans, des arthropodes particulièrement impressionnants. Découvrez en images quelques spécimens.

Les araignées pélicans sont aussi impressionnantes que méconnues. Alors que le premier spécimen a été découvert en 1854, des études permettent encore de trouver de nouvelles espèces appartenant à ce groupe étrange d'arachnides. Ainsi, Hannah Wood, chercheuse au Smithsonian's National Museum of Natural History (Etats-Unis), a présenté dans une étude parue le 11 janvier 2018 dans la revue ZooKeys, 18 nouvelles espèces endémiques de Madagascar.

 
Des araignées à l'allure incroyable

Pour pourvoir décrire ces nouveaux spécimens, la scientifique et son collègue de l'université de Copenhague (Danemark) ont examiné des centaines d'araignées provenant de plusieurs muséums et d'autres prélevées directement sur le terrain. Les analyses ont permis de séparer les arachnides étudiés en 26 espèces distinctes dont 18 n'avaient encore jamais été décrites. Hannah Wood suppose qu'il en reste encore de nombreuses à découvrir.

Les araignées pélicans ont une allure remarquable : elles ont un long cou au bout duquel se trouve une tête armée de chélicères impressionnantes qui leur ont conféré ce surnom, leur silhouette ressemblant à celle d'un pélican, oiseau doté d'un immense bec. Outre leur apparence, ces arachnides sont également remarquables de par leur façon de chasser les proies. La nuit, les araignées pélicans se jettent sur d'autres araignées et les attrapant avec leurs chélicères monstrueuses, les maintenant en l'air.

Par ailleurs, Hannah Wood affirme que les spécimens nouvellement décrits ressemblent de manière frappante aux fossiles découverts et datant pour les plus âgés de 165 millions d'années. Ces arthropodes sont aussi présents en Australie et en Afrique du Sud. Les chercheurs supposent que les ancêtres des araignées pélicans étaient disséminés sur la Pangée avant que le supercontinent ne commence à se morceler, il y a 175 millions d'années.

Comment

Téléphonie mobile au Bénin : un secteur sans vraie concurrence

lundi, 25 septembre 2017 10:13 Written by
A quoi sert une libéralisation si elle est suivie d’une entente entre les opérateurs en « concurrence » ? D’évidence, ce n’est pas favorable aux consommateurs. Dans son article, Mauriac AHOUANGANSI, dénonce les ententes entre opérateurs, la mauvaise gouvernance et la politisation du secteur de la téléphonie mobile au Bénin. Corruption, marchés de gré à gré.... La liste serait longue. L’auteur s’insurge contre ces pratiques qui d’ailleurs ne touchent pas que le Bénin. De nombreux lecteurs se retrouveront à travers ces lignes.
 

Le 03 juillet dernier, les sociétés de téléphonie mobile MTN et GLO ont écopé d’une amende correspondant à 0,3% de leurs chiffres d’affaires respectifs, pour n’avoir pas respecté leurs cahiers des charges. Cette décision intervient dans un contexte de ras-le-bol des abonnés qui croient à tort que c’est la faute à la libéralisation du secteur. Qu’en est-il réellement ?

 

La libéralisation du secteur des télécommunications a été lancée depuis 1999. Pourtant, le Bénin continue d’enregistrer de mauvaises performances du fait de la mauvaise gouvernance qui prévaut dans le secteur. Après un contrôle effectué du 02 mars au 18 avril 2017, l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste du Benin (Arcep-Bénin) a constaté la persistance de la mauvaise qualité des prestations des réseaux de téléphonie mobile. Pour l’ensemble des réseaux, la conformité par rapport aux obligations des cahiers des charges varie entre 49% et 75% pour la 3G, et de 4% à 75% pour la 2G selon l’Arcep, et ce depuis les audits de 2016 et même bien avant. Des pratiques de fraude ont été également constatées, incluant des complicités internes et externes au secteur et un manque à gagner de plusieurs milliards pour l’Etat Béninois et les opérateurs concernés chaque année. Cela en dépit de l’obligation faite aux réseaux de sécuriser leurs installations.

Si tous ces maux existent en dépit de la libéralisation, c’est parce que celle-ci a été mal implantée en ignorant les préalables de mise en œuvre. La première étant bien évidemment l’existence d’un état de droit. La corruption, le manque de contrôle dans le secteur et surtout le silence complice des autorités sont les premiers responsables des maux du secteur. Déjà lors de la libéralisation du secteur en 1999, à cause de l’impréparation des acteurs, et une forte corruption, les licences avaient été bradées, souvent de gré à gré, à 120 millions FCFA aux réseaux pendant que le prix variait entre 800 millions FCFA au Togo et 70 milliards FCFA au Sénégal à la même période. Les différentes réévaluations à 5 milliards FCFA puis à 30 milliards FCFA respectivement intervenues en 2004 et en 2007 souvent de façon arbitraire alors que les anciennes licences étaient toujours en cours. Les appels d’offres étaient uniquement pour la forme. Cela a poussé les opérateurs à une course à la rentabilisation de leurs investissements, notamment la partie pots-de-vin. Le résultat a été : des tarifs élevés sans amélioration de la qualité des services. L’exaspération des abonnés a donc conduit au mouvement de boycott des services GSM largement suivi le 5 juillet 2017. L’existence d’une Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste est certes une avancée. Mais la cooptation à peine voilée des membres de ladite autorité ne garantit pas l’autonomie de son fonctionnement. La « capture » de cet organe par les politiques et les hommes d’affaires ayant cautionné l’arrivée de ces membres, en a entaché l’impartialité et l’efficacité. Pour preuve, l’ancienne équipe de l’Arcep installée par le gouvernement passé et n’ayant pas fini son mandat, a purement et simplement été mise à la porte par un nouveau décret abrogeant les précédents à l’arrivée de l’actuel gouvernement. Déjà l’opinion publique soupçonne la nouvelle équipe de l’Arcep, à tort ou à raison, d’être le bras armé de l’exécutif contre les hommes d’affaires ou politiques dissidents exerçant dans le secteur. En cause, la décision de retrait de licence à l’opérateur Bell Bénin précédemment propriété d’un député opposé au régime actuel. Au-delà de cette prise en otage de l’organe, ce qu’il faudrait pointer du doigt est la défaillance du cadre législatif, notamment la non-effectivité d’un code numérique devant servir de gouvernail. Même si la loi sur le code numérique a été adoptée au parlement le 13 juin 2017, elle n’est pas encore mise en application. Par ailleurs, l’Arcep ne dispose pas encore de tout l’équipement nécessaire à l’exercice de toutes ses attributions. Pour cette raison elle n’a que des réactions sporadiques alors que les préjudices sont quotidiens.

Au Bénin, les services GSM en plus d’être de mauvaise qualité, coûtent excessivement chers. Ainsi, en matière d’accès à internet, le gigabyte coûte au minimum l’équivalent de 16,60% du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG) d’après le rapport 2017 de l’Alliance pour Internet abordable. Cela vaut au Bénin d’être classé 29ème sur 57 pays pris en compte. Mais ce mauvais rapport qualité/prix s’explique par l’inexistence d’une concurrence saine entre les différents réseaux de téléphonie mobile. En effet, le Bénin dispose encore de trois réseaux actifs dont deux (Moov et MTN) contrôlent près de 90% du marché après la cessation d’activités de deux d’entre eux pour endettement massif. Mais à en croire les tarifications, il y a une entente tacite entre les différents réseaux sur les prix et les parts de marchés au détriment des abonnés. Cela explique la forte similarité des offres, l’immobilité des tarifs et surtout l’absence de compétition directe entre les réseaux.

Face à ces constats amers, les sanctions ne suffisent pas à assainir le secteur. L’urgence est à l’instauration d’une veille sur le marché pour prévenir les pratiques anti-concurrentielles. En ce sens un conseil de la concurrence compétent et indépendant serait le bienvenu non seulement dans le secteur des GSM mais également pour les autres secteurs. Mais cela ne suffit pas pour améliorer la gouvernance du secteur. Il faudrait encore garantir un respect strict des cahiers des charges. Pour ce faire, les organisations de la société civile et l’Arcep ont un rôle important, particulièrement les associations de défense des consommateurs qui devraient redoubler de vigilance et être associées aux activités par l’Arcep afin de mieux protéger les intérêts des consommateurs. En outre une ligne verte devrait être mise en place pour recueillir les plaintes des consommateurs. Enfin, les médias aussi doivent jouer leur partition en relayant les plaintes et informations utiles.

Sans une attention particulière au secteur des services GMS à travers l’instauration d’une meilleure gouvernance, et une autorité de régulation compétente et autonome, les bienfaits de la libéralisation espérés seront hors de portée. Pire, le Bénin risque de rater l’émergence d’une économie numérique créatrice de richesse et d’emplois.

Mauriac AHOUANGANSI, doctorant-chercheur béninois.

Article publié en collaboration avec Libre Afrique.

Comment

Rate this item
(0 votes)

Voitures électriques : Samsung promet 700 km d’autonomie grâce à une batterie révolutionnaire ! Featured

lundi, 25 septembre 2017 09:51 Written by
La semaine dernière lors du Salon de l’Automobile de Francfort, Samsung a fait sensation en dévoilant un tout nouveau modèle…

Comment

NewsLetter

Souscrivez à notre newsletter afin de recevoir les dernières informations de DiaspoTv.

Ad2