Dernières Brèves

Elections au Zimbabwe: Robert Mugabe souhaite la défaite de son ancien parti

L'ex-président zimbabwéen Robert Mugabe s'est invité dans la campagne électorale dimanche, à la veille de scrutins historiques, pour appeler les électeurs à faire tomber son ancien parti, qui l'a poussé vers la sortie en novembre après trente-sept ans de règne.

Les Zimbabwéens doivent élire lundi leurs président, députés, conseillers municipaux à l'occasion des premiers scrutins depuis la chute de M. Mugabe.

L'ancien homme fort du pays, âgé de 94 ans, est sorti du silence qu'il respectait depuis le début de la campagne électorale, en tenant sa première conférence de presse en direct depuis sa démission forcée.

"J'espère que le vote de demain va faire tomber la forme militaire de gouvernement" actuel, a lancé M. Mugabe dans cette intervention surprise depuis sa luxueuse résidence de Blue Roof à Harare, où il passe une retraite dorée.

"Je ne peux pas voter pour ceux qui m'ont mal traité", a-t-il poursuivi avant de sous-entendre qu'il donnerait sa voix au candidat du principal parti d'opposition, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), Nelson Chamisa, dont il a toujours combattu la formation.

"Je ne peux pas voter pour la Zanu-PF", le parti au pouvoir depuis l'indépendance du Zimbabwe en 1980, a expliqué l'ex-chef de l'Etat et ancien président de la Zanu-PF. "Qui reste-t-il ? Chamisa", a-t-il lancé, provoquant quelques rires parmi les journalistes.

Le plus vieux dirigeant en exercice de la planète avait dû renoncer au pouvoir en novembre, sous la pression de l'armée et de la Zanu-PF.

L'armée était intervenue pour empêcher, le moment venu, l'ambitieuse Première dame Grace Mugabe de remplacer son mari nonagénaire.

Il a finalement été remplacé par Emmerson Mnangagwa, qu'il avait démis deux semaines plus tôt de ses fonctions de vice-président.

Ce fut "un véritable coup d'Etat", a lancé dimanche M. Mugabe, jugeant par ailleurs "totalement ridicule" l'idée qu'il ait voulu faire de son épouse Grace, âgée de 53 ans, son successeur.

Assis dans un fauteuil de cuir vert, l'ancien président, en lunettes de soleil et costume cravate impeccable, est apparu en forme pendant les deux heures de son intervention qu'il a terminée en posant aux côtés de son épouse.

- Chamisa embarrassé -

Lors d'une intervention à la radio d'Etat, le président Mnangagwa a indirectement répondu à son prédécesseur en affirmant qu'"après des années d'immobilisme, les événements de novembre 2017 avaient donné au Zimbabwe l'occasion de rêver de nouveau".

Il s'est félicité du climat "de paix" pendant la campagne électorale, contrairement aux précédentes élections sous l'ère Mugabe, entachées de nombreuses violences.

"Demain vous déciderez de l'avenir du Zimbabwe", a-t-il lancé aux électeurs, les exhortant "d'utiliser avec discernement" leur pouvoir pour cette élection, "la plus contestée de toute notre histoire".

M. Mnangagwa, patron de la Zanu-PF, est donné favori du scrutin, devant M. Chamisa, propulsé récemment à la tête du MDC, à la suite du décès de son leader historique Morgan Tsvangirai, le rival de longue date de M. Mugabe.

Mais l'écart entre les deux principaux candidats à la présidentielle s'est récemment réduit. Le président sortant est crédité de 40% des suffrages, contre 37% pour son principal adversaire, selon un sondage publié il y a dix jours par le groupe Afrobarometer.

Si aucun candidat n'obtient la majorité absolue lundi, un deuxième tour sera organisé le 8 septembre.

M. Chamisa, qui veut incarner le changement et la rupture avec l'ancien régime, a accueilli avec prudence et embarras dimanche les propos de l'ancien président Mugabe.

"Si quelqu'un dit " vous êtes mon candidat préféré". Qui suis-je pour refuser cette voix ?", a réagi le patron du MDC.

"Ce n'est pas mon devoir en tant que candidat de choisir les électeurs", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse à Harare. "Ma principale tâche est d'unir le pays", a-t-il ajouté, avant d'accuser une nouvelle fois la commission électorale de partialité dans la préparation de ces scrutins historiques.

Lors de sa campagne, M. Mnangagwa, 75 ans, a garanti des élections "libres, justes et transparentes", en rupture avec les violences et fraudes qui ont caractérisé les derniers scrutins organisés pendant la présidence Mugabe.

Il a aussi promis l'apogée d'une "nouvelle démocratie" et des milliards de dollars d'investissement pour remettre sur pied une économie ruinée par les réformes catastrophiques de son prédécesseur.

 

AFP

Comment

Rate this item
(0 votes)

Cote d'Ivoire/ Coopération:Une délégation portugaise visite Bingerville. Featured

lundi, 30 juillet 2018 20:06 Written by

La ville de Peso da regua située dans le nord du Portugal  est en jumelage depuis deux 02 ans avec celle de Bingerville. Ce jumelage à l’initiative du Maire Beugré djoman de Bingerville et du premier  adjoint  au maire Mario Montes de peso da regua est rentré dans sa phase active  ce mercredi 18 Juillet 2018 avec l’arrivée d’une délégation  portugaise  composée de 12 membres essentiellement des étudiants de l’école Rodo qui est un centre de formation professionnelle

Selon le chef de la délégation, Alexandra Maria Gonçalves, professeur de langue portugaise de son état, « nous  sommes fiers  d’être en cote d’ivoire merci pour  cet accueil formidable . notre arrivée ici est pour nous d’une importance capitale», a-t-elle dit. Quant à Ricardo Gomes professeur et encadreur de la délégation, il a exprimé sa joie de recevoir très bientôt les élèves de Bingerville au Portugal pour des formations. « Nous vous attendons en septembre » a-t-il précisé.

Saluant ce partenariat, Beugré Djoman s’est réjoui de la présence de cette jeunesse estudiantine en cote d’ivoire et singulièrement à Bingerville. «Nous mettrons tout en œuvre pour rendre leur séjour agréable et que cette initiative ne soit pas la dernière », a-t-il  révélé.

Soulignons qu’ au programme de nos hôtes, des visites de lieux touristiques de la commune de Bingerville, Bassam, Yamoussoukro, des lieux touristiques d’Abidjan ,des usines de transformation du cacao, sans omettre les séances de travail avec des responsables de la formation professionnelle en Côte d’Ivoire.La délégation portugaise quitte la cote d’ivoire le 26 Juillet prochain.

 

JC PIEKOURA

Comment

Rate this item
(0 votes)

Cote d'Ivoire / vie des médias:Le FSDP conduit une mission auprès des radios privées non-commerciales à lintérieur du pays Featured

lundi, 30 juillet 2018 13:50 Written by
La Direction Exécutive du Fonds de Soutien et de Développement de la Presse (FSDP) a conduit du  22 au 28 juillet 2018, une « mission danalyse situationnelle auprès des radios privées non-commerciales des régions du Haut-Sassandra, du Béré et du Worodougou ».
Au cours de cette mission, la délégation du FSDP, conduite par M. Camara Bangali, Sous directeur chargé du Suivi, de lEvaluation et du Contrôle, a pu échanger avec ces radios afin, de connaitre leurs conditions de travail, leurs difficultés, de recueillir leurs besoins, de faire le suivi des appuis pour celles qui en ont bénéficié, mais également de présenter le FSDP, aux autorités locales et aux correspondants de presse.
De Issia, Daloa, Vavoua, Séguéla, à Mankono, la délégation du FSDP a été reçue par les autorités préfectorales.
Elles ont toutes reconnu l'importance de ces radios dans le renforcement de la cohésion sociale. Les autorités préfectorales rencontrées ont invité le FSDP à renforcer ses appuis en faveur de ces radios notamment en matière de formation et d'équipement.
La délégation du FSDP a eu des séances de travail pendant cette mission avec les responsables et le personnel de Radio La Voix du Rocher (Issia) ; Radio Tchrato, Daloa FM, Radio Yackoi (Daloa) ; Radio Kavokiva, Radio Génération FM (Vavoua) ; Radio La Voix du Worodougou (Séguéla) ; Radio La Voix du Béré (Mankono).
A chacune de ces étapes, le FSDP a pu recueillir les besoins des radios et les avis des autorités locales sur leurs activités.
Le chef de la délégation, M. Camara Bangali a pu faire au cours de ces différentes visites, une présentation du FSDP. Les agents de ces radios ont posé pour leur part, des questions et ont reçu des éclairages sur les activités du Fonds. Il s'en est suivi une visite guidée de ces radios.
Il est à noter que les responsables des radios ont salué l'approche de terrain de la Direction Exécutive qui, à travers ces missions, arrive à prendre connaissance de leurs préoccupations pratiques.
A la suite de ces visites, les préoccupations de ces radios privées se résument en quatre points essentiels:
-le besoin de formation des agents ;
-léquipement en matériels de travail et mobiliers de bureaux ;
-le besoin de moyens de mobilité, notamment des motos ;
-une subvention de fonctionnement.
Ces radios, pour la plupart, évoluent dans des conditions difficiles. 
Il faut indiquer, par ailleurs, que les responsables de ces radios, ont salué lappui du FSDP à leur structure respective. A la fin des différentes rencontres, les responsables des radios ont dit avoir eu une meilleure compréhension des missions du FSDP et espérer recevoir ses appuis. 
Par ailleurs, au cours dune conférence de presse, le 27 juillet à Séguéla, M. Camara Bangali, à au nom de Mme N'Guessan Bernise, Directeur Exécutif du FSDP, félicité les acteurs de ces radios pour le travail abattu en faveur des populations.
A loccasion de cette rencontre, M. Camara Bangali a rappelé que le Fonds de Soutien et de Développement de la Presse est un Etablissement Public Administratif placé sous la tutelle technique du Ministère de la Communication et des Médias. Il est né de la volonté de lEtat de Côte dIvoire, face aux besoins exprimés par les acteurs du secteur des médias privés et du rôle de ceux-ci dans la promotion de la démocratie, de permettre dune part aux entreprises de presse et de communication audiovisuelle de vivre, se développer et se professionnaliser, dautre part aux organisations professionnelles du secteur de réaliser des projets dintérêt collectif au profit de leurs membres.
Le FSDP a pour mission, a-t-il expliqué, de financer au profit des entreprises de presse, de communication audiovisuelle privées et des organisations professionnelles des médias : la formation ; les études et conseils ; la diffusion ; le développement de la presse et du multimédia ; les projets dintérêt collectif.  Il a aussi pour mission de garantir les emprunts des entreprises de presse et de communication audiovisuelle ainsi que des organisations professionnelles auprès des établissements bancaires et daccorder des subventions. Le FSDP, selon le conférencier, sadresse à lensemble du secteur des médias privés, presse écrite et communication audiovisuelle.
 
sercom; FSDP

Comment

Last modified on lundi, 30 juillet 2018 13:59
Rate this item
(0 votes)

Côte d’Ivoire : Des proches de Soro chez Bédié pour lui apporter leur soutien Featured

lundi, 30 juillet 2018 07:26 Written by

Une importante délégation du Réseau des amis de la Côte d’Ivoire (mouvement proche de Guillaume Soro) composée du président national, le député Kanigui Mamadou Soro , le député Soumaila Yao, le député Bassatigui Fofana , le député Gnangadjomon Kone, le député Berry Sidibe, le député-maire Issika Soumahoro, le député-maire Ben Souk Sess, le président du RACI-JEUNE Dogo Lacina Katchenefowa Cissé et l'assistante du président du RACI Evelyne Gui a été recue ce Samedi 28 Juillet 2018 à DAOUKRO par le président HENRI KONAN BÉDIÉ, président du PARTI DÉMOCRATIQUE DE CÔTE D'IVOIRE ( PDCI-RDA ), a appris IvoireBusiness de source proche du RACI.

Pour le député Kanigui Mamadou Soro, s'agissait pour le RACI d'apporter un soutien ferme au président du PDCI-RDA, poursuivre son oeuvre de réconciliation des ivoiriens.
Le président du RACI a également évoqué avec le président Henri Konan Bédié, les circonstances de l'assassinat du jeune SORO KOGNON à Korhogo et de la réquisition du corps par la justice ivoirienne, incidents qui ont empêché la tenue de son son assemblée générale, laquelle avait été violemment attaquée par des partisans du président Alassane Ouattara.

Serge Touré

Comment

Scoop

Le Danemark suspend 9,8 millions de dollars d’aide à la…
La présidence gabonaise a reconnu implicitement dimanche la gravité de…
Le forum des organisations de la société civile d'Afrique demande…
Rate this item
(0 votes)

Burundi : l'OIM apporte une aide d'urgence aux victimes des inondations

vendredi, 27 juillet 2018 10:57 Written by

Plus de 1.000 ménages déplacés au Burundi ont bénéficié d'une aide d'urgence octroyée par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), suite aux inondations qui sévissent dans le sud et l'ouest du pays depuis fin mai. 
   Les aides ont été distribuées sous forme d'abris, de fournitures non-alimentaires et de soutien locatif, a indiqué l'OIM dans un communiqué. 
   Selon l'agence onusienne, les inondations ont complètement détruit plus d'un millier de maisons et laissé 4.000 autres ménages déplacés et vulnérables. Les ménages touchés ont perdu la plupart de leurs biens et ont été forcés de chercher un abri avec leurs voisins. 
   "Le soutien apporté aux victimes des inondations a été un excellent exemple de collaboration entre les membres de la communauté humanitaire au Burundi", a déclaré Sam Derbali, coordonnateur des secours d'urgence de l'OIM au Burundi, précisant que l'aide a été fournie grâce au soutien du Bureau de l'aide américaine aux désastres étrangers (USAID/ OFDA) et du Département du développement international du Royaume-Uni, en collaboration avec l'administration locale ainsi que des volontaires de la Croix-Rouge du Burundi et de l'Organisation pour la prévention et l'intervention contre les risques et contingences.

NEW YORK (Nations Unies), 26 juillet (Xinhua)

Comment

Rate this item
(0 votes)

Cote d'Ivoire /Vie des Médias: Le Président du FPI Affi N’Guessan a échangé avec l’Union des Patrons de Presse en Ligne de Côte d’Ivoire(UPLCI) Featured

jeudi, 26 juillet 2018 15:50 Written by

Dans le cadre de sa tournée de rencontre et d’échange avec les leaders des partis politiques de Côte d’Ivoire, l’Union des Patrons de Presse en Ligne de Côte d’Ivoire (UPL-CI) a été reçue en audience ce mercredi 25 juillet 2018 par le Président du Front Populaire Ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan. La délégation de l’Upl-ci conduite par son Président Nando Dapa est arrivée au siège du FPI sise au Cocody-Vallon sous le coup de 11 H GMT.
Au cours de l’entretien qui a duré environ 45 mn, le Président Nando Dapa a indiqué que l’Union des patrons de Presse en ligne (UPLCI) qu’il dirige s’est engagée à accompagner le développement de la Côte d’Ivoire dans tous les domaines et dans tous les secteurs d’activités. Ainsi, après avoir rencontré la plupart des membres du gouvernement, les organisations patronales et les responsables des organisations de la société civile, c’est le tour des leaders des partis politiques. « Nous avons adressé des  correspondances à tous les partis politiques sans exception. Il s’agit pour nous de rencontrer les Présidents ou Présidentes de ces organisations politiques pour leur présenter notre union. Ensuite leur expliquer notre plan de travail et leur proposer une franche collaboration dans le but d’obtenir des informations fiables chaque fois que les journalistes de l’UPLCI en sollicitent », a déclaré Nando Dapa.
Le Président de l’UPLCI a par ailleurs souligné que son organisation a initié une caravane nationale baptisé « caravane-découverte » qui consiste à visiter chaque région du pays pour en découvrir toutes les potentialités Socio-économiques et culturelles. Pour cela le Patron de l’Upl-ci a saisi l’occasion pour solliciter l’autorisation et le soutien du Président du FPI, fils du Moronou et député de Bongouanou à l’effet d’effectuer une visite dans sa région.
En réponse, le numéro un du FPI, s’est dit heureux de recevoir la délégation des Patrons de la Presse en Ligne de Côte d’Ivoire au moment même où son parti s’apprête à célébrer son 4ème congrès ordinaire prévu les 27 et 28 juillet au palais des sports de Treichville à Abidjan. Selon lui, la presse numérique est devenue incontournable à toute activité socio-politique de nos jours. « Tous les partis politique en général et singulièrement les partis de l’opposition n’ont autre choix que de collaborer avec la presse privée et surtout la presse en ligne. Car comme vous le savez tous, nous n’avons pas accès aux médias publics. C’est pourquoi je tiens à vous dire merci d’être venus vers nous. Nous vous rassurons que nous sommes ouverts et disposer à avoir une collaboration franche avec votre organisation. Déjà, veillez-vous mettre en rapport avec nos différents responsables de communication pour toute activité éventuelle. Vous savez bien qu’après demain (ndlr : vendredi 27 juillet) nous allons en congrès. Nous vous invitons déjà à cette  grande rencontre. Pour votre visite dans le Moronou, je vous donne mon accord de principe et nous sommes prêts à vous recevoir dans le cadre de vos activités. Mes collaborateurs vont se mettre en rapport avec vous pour élaborer le programme. Ça  sera juste après le congrès » a-t-il indiqué. Les membres du service de communication du FPI ont assisté à la rencontre fort enrichissante. Hormis le Président Nando Dapa, la délégation de l’UPL-CI était composée de Jules Eugène N’DA, Benoît Kadjo et Eveline Kouadio.
UPL-CI

Comment

Last modified on jeudi, 26 juillet 2018 15:54

NewsLetter

Souscrivez à notre newsletter afin de recevoir les dernières informations de DiaspoTv.

Ad2