Société

Société (330)

Dernières Brèves

Rate this item
(0 votes)

La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines, selon une étude Featured

lundi, 18 mars 2019 09:03 Written by

Près d’une femme sur deux cent est décédée après une césarienne, selon cette étude concernant près de 3.700 mères de 22 pays africains parue dans la revue médicale The Lancet Global Health.

La mortalité maternelle est par comparaison de l’ordre de 0,1 pour 1.000 opérations au Royaume-Uni alors qu’elle atteint 5,43 pour 1.000 opérations pour les mères africaines étudiées (sur la base de 20 décès après césarienne sur 3.684 mères africaines).

Les femmes africaines ont présenté près de trois fois plus de complications pendant l’intervention chirurgicale que les femmes américaines.

Les saignements sévères, pendant ou suivant l’opération, représentent la complication la plus fréquente chez les femmes africaines.

“L’amélioration des résultats chirurgicaux de la césarienne pourrait considérablement réduire la mortalité maternelle et néonatale” (décès dans les 28 premiers jours de la vie), estime le professeur Bruce M. Biccard, de l’Université du Cap (Afrique du Sud) qui a dirigé l’étude.

Dans cette étude, les trois quarts des césariennes ont été faites en urgence (78,2%, 2.867 femmes). Et nombre de mères sont arrivées en chirurgie avec un risque préopératoire déjà élevé en raison de complications liées à la grossesse.

Les mères qui ont des complications placentaires préopératoires, une rupture de l’utérus, des saignements avant la naissance, des saignements obstétricaux sévères au cours de la chirurgie et des complications de l’anesthésie sont plus susceptibles de mourir après ou au cours d’une césarienne.

Cette étude fait partie d’une vaste étude “ASOS” (African Surgical Outcomes Study) mesurant les résultats chirurgicaux de tous les patients opérés pendant sept jours dans 183 hôpitaux de 22 pays africains.

Elle montre que les césariennes sont la chirurgie la plus courante et représentent en moyenne un tiers des interventions chirurgicales en Afrique tandis que le taux de mortalité néonatale après césarienne atteint le double de la moyenne mondiale.

“Paradoxalement, alors que de nombreux pays cherchent à réduire le taux d’accouchement par césarienne, l’augmentation du taux de césariennes reste une priorité en Afrique” remarque le professeur Biccard.

“Améliorer l’accès à la chirurgie – et la sécurité de cette procédure – pourrait permettre aux patientes de se présenter plus tôt et d’éviter des complications et des décès”, poursuit-il.

Dans cette optique, il préconise une meilleure identification précoce de risque de saignement et une utilisation moins restrictive des traitements de l’hémorragie post-partum. Des produits sanguins de longue durée de conservation, ainsi qu’une aide en ligne ou via des applications mobiles à l’anesthésie pratiquée par des non médecins, pourraient aussi contribuer à accroître les taux de survie.

Le nombre de naissances par césarienne a quasiment doublé dans le monde en quinze ans, de 12% à 21% entre 2000 et 2015, dépassant même 40% dans 15 pays, selon une analyse parue en 2018 dans la revue médicale The Lancet.

On estime entre 10% et 15% la proportion de césariennes absolument nécessaires pour des raisons médicales.

Avec AFP

Comment

Rate this item
(0 votes)

Côte d’ivoire : le gouvernement fait du chantage aux enseignants grévistes Featured

vendredi, 15 mars 2019 17:27 Written by

La reprise des cours contre le dégèle des comptes bancaires des enseignants ; c’est la nouvelle recette du ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle Kandia Camara Kamissoko. Elle l’a proposé le mercredi dernier lors d’une réception à son cabinet aux responsables syndicaux lors d’une audience.

« Madame le Ministre de l’Education Nationale de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, a reçu le mercredi 13 Mars 2019 les membres de l’ISSEPCI.
Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des négociations entre le Ministère de l’Education Nationale et les syndicats. Il ressort des échanges entre la première responsable de l’Education Nationale et les syndicalistes que tous les enseignants ayant repris les cours depuis le lundi 11 Mars verront leurs comptes dégelés.
Il s’agit bien des enseignants qui ont effectivement repris les cours », précise le communique publié sur la page officielle du ministère de l’éducation nationale rendu public le 14 mars.

La reprise des cours annoncées à plusieurs fois par le gouvernement pourra t- elle être effective avec cette mesure ? Si certains structure syndicales ont annoncés la reprise des cours, la coalition des syndicats du secteur éducation et formation, actrice  principale  de la grève avec à sa tête Pacôme Attabi annonce qu’elle ne cédera pas au chantage du gouvernement ivoirien.

Pour rappel, les enseignants ivoiriens du secondaire et du primaire public sont en grève depuis le 22 janvier dernier. Ils réclament des conditions de vies meilleures. Pour les dissuader le gouvernement a choisi la voie de la fermeté. Depuis début février leurs comptes sont gelés.

 

Tonia ZONSEDOUE pour Diaspo TV

 

Comment

Rate this item
(0 votes)

Côte d'Ivoire/ En prélude à la journée mondiale du consommateur,l'APROCACI sensibilise les consommateurs de Yopougon sur leurs droits Featured

jeudi, 14 mars 2019 17:48 Written by

Abidjan, 14 mars 2019 (diaspotv.info)- En prélude de la journée Internationale du consommateur célébrée chaque 15 mars, Coulibaly Toumani, président de la section de Yopougon de la fédération ivoirienne des consommateurs "Le Réveil", a déploré que le droit du consommateur soit méconnu de ce dernier, invitant les consommateurs à se rapprocher de l’APROCACI en vue d’une prise en charge efficiente des droits de ces derniers.
« Le consommateur ivoirien ne maitrise jusque-là pas ces droits. Cela cause des désagréments entre consommateurs et opérateurs économiques, surtout quand ce dernier ne se rapproche pas de sa faitière » a-t-il indiqué lors d’une cérémonie organisée jeudi au foyer des jeunes de yopougon en prélude à la cérémonie de ladite journée prévue le 15 mars aux palais de la culture.
Prenant l’exemple de l’augmentation du loyer, il ne comprend pas que certains locataires décident du jour au lendemain de l’augmentation du loyer sans se référer à la justice alors que la justice prévoit une disposition dans ce sens.
Pour lui, il faut également appliquer la loi, surtout en ce qui concerne les cautions pour la location de maisons qui pour certains propriétaires s’élèvent jusqu’à un an.
M. Coulibaly déplore également que les routes ivoiriennes réhabilitées ne durent que le temps de la réhabilitation.
Pour sa part, le directeur régional du ministère du commerce de Yopougon Kouadio Pondo a salué les actions des associations des consommateurs, avant de s’insurger contre le comportement des faux agents contrôleurs qui font perdre le consommateur par leurs arnaques. 
Il a terminé en invitant chaque consommateur le ministère du commerce en dénonçant certains actes des commerçants.

La journée mondiale du consommateur sera célébrée vendredi 15 mars au pais de la culture de Treichville en présence du premier ministre Amadou Gon Coulibaly et de certains membres du gouvernement.
SGBpour diaspotv

Comment

Last modified on jeudi, 14 mars 2019 18:49
Rate this item
(0 votes)

Bangolo: les élèves manifestent pour la reprise effective des cours Featured

jeudi, 14 mars 2019 18:08 Written by

Les élèves de Bangolo  ne sont pas content ; en tout cas pas dut tout. Pour cela ils tenus à se faire entendre ce 14 mars dans les rues de la ville. Tout à commencé au lycée moderne de la ville au environ de 8h 40mn. Les élèves du seul établissement public du département ont décidé d’interrompre les cours. Après avoir vidé leurs aimes des écoles privées, les élèves ont occupé la voie publique nationale. «Nous sommes sorti pour nous faire entendre. Nous réclamons notre droit au cours pour lesquels nous nous sommes inscrits. Mais nous constatons que les professeurs ne sont pas tous là. Pendant que certaines classes font cours d’autres sont assis à ne rien faire par manque de professeurs, cela ne nous arrange pas», nous a laissé entendre jean Luc, élève en classe de 1ère. « Nous sommes en classe d’examen et seulement trois professeurs sur neuf font  cours ; où allons nous avec ça ? Hier le conseil des ministres a dit que les cours ont repris sur l’étendue du territoire national sauf dans quelques établissements d’Abidjan et de Daloa ; nous voulons leur dire que ce n’est pas vrai à Bangolo et dans le Guémon. Nous demandons pardon au président de la république de dire un mot pour sauver notre avenir », a déclaré l’un des responsables des élèves qui a requis l’anonymat.

De manière responsables les élèves du public soutenu pas ceux du privé ont brulés des pneus sur la voie publique sans verser dans des casses avec des slogans tels « nous voulons faire cours… libérer ». Informé de la situation le secrétaire général de la préfecture Mamadou Coulibaly, accompagnés des leaders de jeunesses du département sont arrivés sur les lieux de la manifestation pour discuter avec  les élèves. Après un dialogue franc avec l’autorité, les manifestants ont levé les barricades et regagner les domiciles. L’autorité préfectorale par mesure de prudence a demandé la suspension des cours pour 48h et donné rendez- vous aux élèves  pour le lundi.

Tonia ZONSEDOUE pour Diaspo TV

Comment

Last modified on jeudi, 14 mars 2019 18:57
Rate this item
(0 votes)

Côte d'Ivoire/Remaniement ministériel : La défense et l'intérieur fondus…Alcide Djédjé fait son entrée. Featured

samedi, 09 mars 2019 17:43 Written by
Diaspotv.info abordait il y a peu le sujet d’un remaniement ministériel qui serait en Côte d’Ivoire. Et dans l’escarcelle des postes à pourvoir, des informations non encore formelles circulent sous les manteaux.
 
Deux informations capital circulent en ce moment sur le remaniement très en vue. En effet, selon une indiscrétion, le président de la République mûrirait l’idée de fondre les ministères de la défense et de l’intérieur pour en faire un.
 
Dans le secret des bois, la source indique que ce ministère reviendrait à Hamed Bakayoko, actuel patron de la défense. Il se susurre que le ministre de l’intérieur aurait mail à partir avec le directeur général de l’office national d’identification (ONI), un très ‘‘bon petit’’ d’Hamed Bakayoko. Pour mémoire, sous Houphouët-Boigny, le colonel M’bahia Blé occupa le ministère de la défense et de l’intérieur. Ça serait une répétition de l’histoire sous Ouattara.
 
Tout comme la CAN remportée par les Éléphants et l’année blanche en préparation. Alcide Djédjé serait annoncé dans ce nouveau gouvernement en guise de récompense. La Concorde, c’est le nom du parti politique créé par cet inconditionnel de Laurent Gbagbo dont il a été son ministre des affaire étrangères. Il a basculé au Rhdp d’Alassane Dramane Ouattara.
 
Alcide Djédjé, il faut le rappeler s’est investi dans l’organisation du congrès du Rhdp du 26 janvier 2019. Le faisant, Amadou Gon Coulibaly et Alassane Dramane Ouattara veulent envoyer un message clair à leurs opposants qu’ils ne donnent pas dans l’ingratitude et l’ethnicisme. Kandia Camara garde, sauf modification de dernière minute à son portefeuille à la tête de l’éducation perturbée par une grève prolongée des enseignants. La fonction publique connaîtrait aussi des aménagements. Mabri Toikeusse pourrait perdre l’enseignement supérieur et la recherche scientifique. Bien que Rhdp, l’Udpci de Mabri est déterminé à aller contre Ouattara en 2020. Inutile pour le tenant du pouvoir d’offrir les moyens à son challenger pour l’affronter lors de la présidentielle sensée se tenir en principe dans un an.
 
 
Gael Sylvère Bossiei pour Diaspotv

Comment

Rate this item
(0 votes)

RDC / Les évêques demandent à Tshisekedi ''d’assurer la bonne gouvernance'' Featured

mardi, 05 mars 2019 09:34 Written by

En République démocratique du Congo, les évêques catholiques invitent les nouveaux dirigeants à rompre radicalement avec ‘’les antivaleurs des régimes précédents’’ en assurant une bonne gouvernance et un Etat de droit.

Pour l'Abbé Donatien Nshole, les évêques n’ont pas de problème avec le pouvoir, ils font la promotion ‘’des valeurs de dignité et de vérité’’.

Ecoutez le secrétaire général et porte-parole de la CENCO, la Conférence Episcopale Nationale Congolaise joint à Kinshasa par Amadou Diallo.

Comment

Rate this item
(0 votes)

Macky Sall déclaré vainqueur de la présidentielle au Sénégal Featured

mardi, 05 mars 2019 09:30 Written by

Macky Sall a été donné vainqueur de l’élection présidentielle sénégalaise du 24 février, avec 58,27 % des votes, selon les résultats officiels provisoires publiés jeudi par la Commission nationale de recensement des votes (CNRV).

Le candidat de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) est suivi d’Idrissa Seck, qui obtient 20,50 % des suffrages. Ousmane Sonko est arrivé troisième avec 15,67 % des voix, selon les résultats provisoires publiés par le magistrat Demba Kandji, président de la CNRV.

L’universitaire Issa Sall a obtenu 4,07 % des suffrages, et l’ancien ministre Madické Niang a eu 1,48 % des voix.

Le taux de participation est de 66,25 %, selon le président de la CNRV.

Pas de second tour
Macky Sall remporte donc l’élection présidentielle au premier tour, selon ces résultats.

Des responsables des principales coalitions s’étaient exprimées au soir du vote sur l’issue du scrutin.

Le Premier ministre Mahammed Dionne avait annoncé la réélection de Macky Sall, estimant que les premiers résultats disponibles créditaient son candidat de 57 % au moins des voix.

Sa déclaration avait suscité une vive indignation dans le pays, où on reproche au chef du gouvernement d’annoncer des résultats avant les institutions habilitées à le faire.

« Personne n’a le droit de publier des résultats de l’élection, à part la Commission nationale de recensement des votes et le Conseil constitutionnel », a précisé, à sa suite, Demba Kandji.

De leurs côtés, les candidats Idrissa Seck et Ousmane Sonko avaient exigé la tenue d’un second tour, accusant certains médias de publier ce qu’ils considéraient comme de faux résultats.

Leur attitude avait été dénoncée par le Syndicat national des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics). Pour ce dernier, les journalistes n’avaient donné que les résultats publiés par les bureaux de vote.

Ambiance postélectorale
La porte-parole de la coalition BBY, Aminata Touré, ancien Premier ministre, a demandé aux militants du candidat réélu de célébrer leur victoire dans le fair-play.

Quelques heures avant la publication des résultats, les militants de la coalition Idy 2019 ont exigé la tenue d’un second tour de l’élection, estimant qu’aucun candidat ne pouvait sortir vainqueur dès le premier tour.

Qui est Macky Sall ?

Le président réélu a été maire de Fatick (ville du centre) et directeur général de la société nationale pétrolière. Il a été plusieurs fois ministre, puis député, Premier ministre et président de l’Assemblée nationale.

Il a été militant d’AJ/PADS avant de rejoindre le Parti démocratique sénégalais (PDS), la formation de son ancien mentor Abdoulaye Wade, son adversaire au second tour de l’életcion présidentielle de février-mars 2012.

Comment

Rate this item
(0 votes)

Côte d’Ivoire :Voici les propositions de l’opposition à la réforme de la Commission électorale indépendante(CEI) Featured

mardi, 05 mars 2019 09:27 Written by

Ce vendredi 01 mars 2019, les Présidents des partis politiques de l’opposition ivoirienne se sont réunis en assemblée plénière, au siège du PDCI-RDA, pour examiner et adopter le document portant réforme de la Commission Électorale Indépendante (CEI).

En effet, après la réunion du 21 janvier 2019, convoquée et présidée par Son Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du gouvernement de la République de Côte d’Ivoire, il a été demandé aux Partis politiques de transmettre individuellement au Ministère de l’intérieur, sous quinzaine, leur proposition de projet de réforme de la commission électorale indépendante.
Les Présidents des Partis politiques de l’opposition Ivoirienne ont adressé un courrier, en date du 30 janvier 2019, indiquant à Monsieur le Premier Ministre, l’impérieuse nécessité de mettre en place un cadre de concertation élargie, impliquant tous les partis politiques, sans exclusive, la Société civile et le Gouvernement.
L’objectif de la mise en place de ce cadre élargi de concertation répond au souci, des Partis Politiques de l’opposition ivoirienne, de parvenir à une réforme consensuelle et profonde de la commission électorale indépendante. La simple recomposition de celle-ci, comme l’envisage le gouvernement, ne suffira pas à remplir cet objectif.
Les Partis politiques de l’opposition ivoirienne notent, avec regret, que leur requête est demeurée sans suite, à ce jour.

Les Partis politiques de l’opposition Ivoirienne ont décidé de parler d’une même voix et de proposer un document unique, conforme à l’arrêt rendu le 18 novembre 2016 par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.
La CEI doit être un organe indépendant et impartial qui protège le droit à l’égalité devant le suffrage. Elle doit être l’instrument qui organise la dévolution des mandats électifs dans la paix et le respect des droits de tous.

Aussi, les Présidents des Partis Politiques de l’opposition Ivoirienne ont- ils adopté, ce jour, le projet de réforme de la CEI qu’ils défendront au cours des rencontres du cadre de concertation élargie.

Au-delà de la réforme de la CEI, les Partis Politiques de l’opposition Ivoirienne appellent à des discussions sur l’environnement des élections ; à savoir, l’établissement des cartes Nationales d’identité arrivées à expiration, le recensement électoral, la révision du code électoral pour l’adapter à la constitution du 08 novembre 2016 et le cadre institutionnel relatif aux élections en Côte d’Ivoire.

Les Présidents des partis politiques de l’opposition ivoirienne renouvellent leur demande adressée au gouvernement de la République de Côte d’Ivoire pour la tenue d’une large concertation pour une réforme profonde et consensuelle de la Commission Electorale Indépendante.

Les Présidents des Partis politiques de l’opposition Ivoirienne expriment leur attachement au respect de l’indépendance de l’organe en charge des élections consacré, de façon non équivoque, par la constitution en son article 51.
Les Présidents des Partis politiques de l’opposition Ivoirienne félicitent les membres du comité des experts des Partis Politiques de l’opposition Ivoirienne pour la qualité des documents élaborés et leur demandent de rester saisis des documents relatifs à la révision du code électoral, à la loi organique portant composition, organisation, attributions et fonctionnement de la nouvelle structure en charge des élections en Côte d’Ivoire, au découpage électoral et à l’organisation des élections.

Fait à Abidjan le 01 Mars 2019

LES PARTIS ET GROUPEMENTS POLITIQUES
DE L’OPPOSITION IVOIRIENNE

Comment

NewsLetter

Souscrivez à notre newsletter afin de recevoir les dernières informations de DiaspoTv.

Ad2