×

Annonce

There was a problem rendering your image gallery. Please make sure that the folder you are using in the Simple Image Gallery Pro plugin tags exists and contains valid image files. The plugin could not locate the folder: media/k2/galleries/4212
Société

Société (265)

Dernières Brèves

Rate this item
(0 votes)

Télécoms : Zéro 5, le bijou technologique d’Infinix sur le marché

mardi, 05 décembre 2017 09:57 Written by

Le dernier téléphone de la marque Infinix a été lancé, le mercredi 29 novembre.

Infinix reste fidèle à sa tradition d’offrir des smartphones alliant puissance et raffinement aux consommateurs. Il a présenté le nouveau fleuron de son écurie, le 29 novembre 2017, dans un hôtel d’Abidjan.

Cette cérémonie a réuni un parterre d’invités et la presse. Des privilégiés qui ont eu la primeur des lignes et des performances du Zéro 5 en terre ivoirienne. Camille Marotta, le marketing manager d’Infinix et son équipe se sont chargés de les guider dans cette découverte.

Un véritable bijou technologique

Le moins qu’on puisse dire est que Infinix a mis le paquet pour satisfaire le public. En effet, le Zéro 5 est un véritable bijou technologique. Ce smatphone est doté d’un puissant processeur de type helio P 25 à 8 noyau et d’une batterie de 4300 mAh.

En outre, le double capteur avec zoom optique et les applications de photographie professionnel du Zéro 5 vont l’imposer comme le saint Graal chez les amateurs de selfies et d’images.

Infinix Zéro 5 existe en versions simple et pro. Il est disponible en rouge, noir et or.

Des casques à réduction de bruit vont accompagner les téléphones de la gamme Zéro 5. Il s’agit, notamment, du Quiet X, du Quiet 1 et du Quiet 2.

Infinix est présente dans 30 pays et sur 5 continents. Plus de 5 millions de smartphones de la marques ont été vendus en Afrique et au Moyen-orient en 2017.

 

David BLAY

 

Comment

Rate this item
(0 votes)

Cote d'Ivoire/ société: Journée d' hommage au PR Agboville ; Pierre Dimba mobilise et soulage les victimes.. Featured

mardi, 05 décembre 2017 09:52 Written by
72 heures seulement après les affrontements qui ont fait plus de 4 victimes dont un mort venant du village de Mbéri, le Directeur Général de l'Agéroute Pierre Dimba, ne s' est pas fait prier pour aller présenter ses condoléances à la famille éplorée du jeune décédé à Mbéri, et apporté son réconfort aux blèssés des quartiers Sokoura, et Dioulabougou .
 
Le Premier responsable de l' Ageroute a consacré toute la journée du Vendredi 
1 er Décembre à rendre visite a toutes ces familles qui ont subi les effets collatéraux des affrontements d' Agboville. Partout où Pierre Dimba a posé les pieds, il a fait des dons en numéraire et nature en vue de soulager les peines et participer aux charges d'urgence en cours. Le DG de l' Ageroute a profité de l' occasion pour appeler ses parents a plus de cohésion, d'unité et de rassemblement en vue de permettre au Président de la République, Alassane Ouattara de poursuivre l'oeuvre de développement de la Côte d'Ivoire entamé depuis son accession à la magistrature Suprême
.
 
Aussi, les a  t il appelé à un soutien massif du peuple Krobou et Abbey  le Dimanche 17 Décembre prochain  à la place Henri Konan Bédié d' Agboville. En retour, à l' image du chef du village de Mbérie tout comme les communautés visitées, ces personnes se sont dites diposées à faire en sorte que la paix et la quiétude réviennent et ont d' abord remercié et féliciter  le DG et l'ont rassuré  de tout leur soutien pour le giga meeting auquel ils entendent prendre toute leur part pour le succés de cette fête républicaine. En marge de ces tournées, Pierre Dimba a offert 2 ordinateurs portables et un vidéo projecteur à la radio d' Agboville et présenter ses civilités au Préfet de région Toure Leon.
 
Notons que la veille, Jeudi, 29 Novembre été mis à profit pour le natif d' Agboville de passer aux côtés de la communauté musulmane la nuit du Mahôulid . Et le meme message a été véhiculé à ceux ci, qui se sont réjouie de cette marque de sympathie d' un cadre de la région.
 
Sercom dg

Comment

Last modified on mardi, 05 décembre 2017 10:45
Rate this item
(0 votes)

Cote d'Ivoire/ partenariat : Cérisier holding coopte City Petroleum des Emirates. Featured

mardi, 05 décembre 2017 08:44 Written by
Mobiliser des capitaux pour le financement des projets dans le cadre de l' assistance immobilière, a conduit le Président Directeur Général de Cérisier Holding S.A Alésia Adou en France, au Luxembourg , en Belgique et aux Emirates Arabe Unie du 05 au 29 Novembre dernier où il a reçu le prix Peak of success, en tant que Meilleur entreprise immobilière sur la plate forme de worldcob dont le siège situé à Houston aux Etats Unies,  est une Plate forme regroupant 3000 entreprises venant de divers domaines d' activités.
 
A peine de retour, le Président Directeur Général de cette entreprise en compagnie de son partenaire William Marie Egue, SG du Synademci ont signé une convention  avec Latif Ahmad Farahi, Directeur Général de City Petroleum, (entreprise basée à Dubai et New York) . C'était le Samedi 02 Décembre dernier dans un hôtel de la place. Cette  convention porte en priorité sur un investsiment de plus de 1 Miliard de Dollars Américain environ 500 Milliard de francs b dans le secteur prioritaire de l'assitance immobilière auquel va suivre plutard les secteurs de l' énergie, des infrastructures et autres.
Pour Alésia Adou cet accord est le fruit des retombés des démarches entreprises à l' extérieur en vue de garantir l' exécution au dela de tous les Projets appartenant à la plate forme de Cérisier Holding et partenaires.
Quand à Latif Ahmad Farahi, il s'est réjouit  pour son consortium de pouvoir pénétrer le marché de l' Afrique à travers la plate forme que  lui offre l' entreprise Cérisier Holding.
sercom

Comment

Last modified on mardi, 05 décembre 2017 11:36
Rate this item
(0 votes)

Trafic d’esclaves en Libye : que contient le plan humanitaire et sécuritaire de Macron ? Featured

jeudi, 30 novembre 2017 16:43 Written by

Emmanuel Macron a dévoilé mercredi soir l’ambition de pays européens et africains de créer une « task force » permettant de démanteler les réseaux des passeurs et de trafiquants, sans renoncer à réguler les flux migratoires traversant le pays.

Le choc des images n’aura pas été vain. En marge du sommet Union européenne - Union africaine qui s’est tenu à Abidjan, en Côte d’Ivoire, Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures mercredi soir qui doivent permettre de s’attaquer au trafic d’êtres humains en Libye.

Dix jours plus tôt, CNN révélait au monde abasourdi l’existence de ventes aux enchères d’hommes réduits aux rangs d’esclaves, dans une vidéo glaçante tournée près de Tripoli, la capitale libyenne.

Au sortir d’une réunion d’urgence qui a notamment réuni, à la demande de la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, le Tchad, le Niger, le Maroc, le Congo et la Libye, le chef de l’Etat a dessiné les deux piliers du grand plan d’action qui venait d’être élaboré par les puissances en présence.

Une « task force » sur le terrain

Le premier d’entre eux concerne la sécurité et le renseignement. Il vise à « démanteler les réseaux » de passeurs et de trafiquants, « profondément liés », selon le président, aux échanges d’armes, de drogue et « aux mouvements terroristes qui opèrent dans toute la bande sahélo-sahelienne ». Une « task force opérationnelle » devrait ainsi associer « les services de police et d’intelligence » de « l’ensemble des gouvernements présents autour de la table ».

 

En soulignant que le gouvernement libyen autorisait « un accès à son sol pour identifier les camps où ces scènes de barbaries ont eu lieu », Emmanuel Macron a par ailleurs laissé entendre que ce volet passera probablement par une intervention terrestre. On ignore encore quels pays ou quels organismes seront admis à se rendre sur place, ni s’ils auront à charge de diriger les « évacuations d’urgence » évoquées par le chef de l’Etat.

Mettre fin aux « conditions inhumaines »

Jeudi, Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine, a notamment évoqué l’existence d’un camp, qualifié de « guêpier », duquel 3 800 migrants, regroupés dans des « conditions inhumaines », devaient à tout prix « sortir le plus rapidement possible ». En tout, « de 400 000 à 700 000 migrants africains » se trouveraient actuellement en Libye, a-t-il rappelé.

L’autre grand pan du programme édicté mercredi ambitionne justement de réguler les flux migratoires qui traversent ce pays, en crise depuis six ans et la chute de Mouammar Kadhafi. L’idée, déjà évoquée fin août, de distinguer sur le sol africain les réfugiés politiques des exilés économiques reste privilégiée.

Un « centre de tansit et de départ » à Tripoli

C’est notamment dans ce cadre que devrait intervenir le « centre de transit et de départ » de Tripoli dont la mise en place prochaine a été annoncée, mercredi, par le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés. L’Organisation internationale pour les migrations devrait recevoir, elle, un soutien logistique et financier accru « pour aider au retour des Africains qui le souhaitent vers leur pays d’origine », tandis qu’un plan de « communication volontariste à destination de la jeunesse » devrait tenter de « décourager ceux qui ont cédé aux sirènes des passeurs ».

Reste à savoir qui attribuera - ou non - le droit d’asile aux hommes et aux femmes sur le chemin de l’exil. Et qui les accueillera, parmi les états européens et africains, en cas de danger avéré dans leur pays d’origine.

Comment

Scoop

Le gynécologue Denis Mukwege, qui soigne les victimes de violences…
Les faits La structure Totem Communication a été sollicitée par…
Rate this item
(0 votes)

Esclavage en Libye : 3800 migrants à rapatrier d’urgence, selon l’Union africaine Featured

jeudi, 30 novembre 2017 15:41 Written by

Un reportage de la chaîne CNN a montré que des migrants sont exploités comme esclaves.

Environ 3 800 migrants africains en Libye doivent être rapatriés d'urgence. C’est ce qu’annonce ce jeudi le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, soulignant que le nombre global de migrants en Libye se situe «entre 400 000 et 700 000».

Des «opérations d’évacuation d’urgence » de migrants victimes des trafiquants d’êtres humains en Libye ont été annoncées mercredi soir par le président français Emmanuel Macron en déplacement àAbidjan (Côte-d’Ivoire).

«Les 3 800» recensés dans un camp «veulent sortir le plus rapidement possible de ce guêpier» et doivent être rapatriés d'urgence, a affirmé Moussa Faki Mahamat lors du 5e sommet Afrique-Europe à Abidijan, en Côte d’Ivoire.

«Mais il ne s'agit pas que d'un seul camp», a-t-il souligné, indiquant que «le gouvernement libyen nous a dit qu'il y en 42. Certainement qu'il y en a plus que cela. On parle de 400 000 à 700 000 migrants africains en Libye». «Il faut d'abord secourir d'urgence ceux qui sont dans cette situation et nous réfléchissons ensemble, Libye, Union européenne, Union africaine, ONU, pour trouver des solutions plus pérennes à cette question de la migration», a-t-il conclu.

 

Un reportage de CNN montre des migrants vendus comme esclaves en Libye

Le sommet Europe-Afrique s'est achevé ce jeudi à Abidjan sur «l'engagement fort» des dirigeants des deux continents à lutter contre le drame de l'immigration clandestine et de ses dérives comme les marchés d'esclaves en Libye. «Une action humanitaire doit être menée rapidement» en Libye, «les réseaux de passeurs doivent être mis hors d'état de nuire» et «une enquête (internationale) doit être menée» , a déclaré le président ivoirien Alassane Ouattara lors de la séance de clôture.

Son homologue guinéen Alpha Condé, qui est également président en exercice de l'Union africaine, a demandé que la commission d'enquête soit dirigée par la commission des droits de l'Homme de l'UA. Il a également demandé que des «forces spéciales» soient mises en place «contre les trafiquants d'êtres humains». Ces mesures ont été annoncées dès mercredi soir par le président français, Emmanuel Macron, à l'issue d'une réunion d'urgence restreinte sur la question.

Après le scandale international né de la diffusion d'images de marché aux esclaves en Libye, l'immigration s'est imposée comme le thème majeur du sommet qui a réuni environ 80 chefs d'Etat et de gouvernement ainsi que 5 000 délégués.

Comment

Rate this item
(0 votes)

Migration: l’Afrique saisie d’un sursaut d’amour propre Featured

mardi, 28 novembre 2017 19:34 Written by

Un reportage-choc de la chaîne américaine CNN a circulé comme une traînée d’anthrax et déclenché l’ire des Africains. Elle montrait des migrants subsahariens vendus comme esclaves en Libye. Vague d’indignation, manifestations, rapatriement de migrants ont suivi cette vidéo. Mais qui sont ces candidats à l’exil, d’où viennent-ils et pourquoi partent-ils de chez eux, souvent au péril de leur vie?

Si dans l’ensemble, la plupart des flux migratoires se déroulent à l’intérieur du continent africain, (en Afrique occidentale par exemple 70% des flux migratoires se déroulent au sein de cette région) entre 300 000 et un million d’Africains se risquent à affronter la Méditerranée en direction de l’Europe. Pour ces migrants, cette aventure relève d’abord d’une interminable traversée du désert: celui du Sahara. La journaliste française Claire Meynial qui a reçu le prix Albert Londres pour une série de reportages sur les migrants, confiait lors d’une conférence TEDX: «C’est un mélange de pauvreté, d’ignorance, d’espoir et de pression sociale qui poussait les jeunes à partir. Et il n’y avait absolument rien qui pouvait les dissuader.»

A quoi ressemble le migrant africain?

Le migrant africain est généralement jeune (entre 18 et 35 ans), sans emploi ou sous-employé, doté d’un faible niveau d’éducation et ne dispose pas de perspectives d’avenir réelle. Il est la preuve vivante d’une gestion hasardeuse de la jeunesse sur un continent dont la démographie pourrait constituer le principal atout, tout comme se révéler une bombe à retardement.

Le migrant africain est généralement jeune (entre 18 et 35 ans), sans emploi ou sous-employé, doté d’un faible niveau d’éducation et ne dispose pas de perspectives d’avenir réelle.

En effet, indique la Banque africaine de développement (BAD), sur environ 420 millions de jeunes âgés de 15 à 35 ans en Afrique, un tiers n’a pas de travail et est découragé, alors qu’un autre tiers n’occupe que des emplois précaires. Un sur six seulement a un emploi rémunéré. La création d’emploi peine donc à rattraper le rythme de la démographie et seulement trois millions d’emplois formels sont créés annuellement alors que 10 à 12 millions de jeunes Africains entrent sur le marché du travail chaque année.

Dans un pays comme le Niger, par exemple, explique le Chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) français Serge Michaïlof, ils sont 240 000 jeunes à entrer chaque année sur le marché du travail. A l’horizon 2025, avec les mêmes taux de chômages, plus de 250 millions de jeunes se retrouveront au chômage et seront découragés ou économiquement inactifs. Et quand on sait que la population du continent devrait doubler d’ici 2050 et qu’un humain sur quatre sera un africain…

A l’horizon 2025, avec les mêmes taux de chômages, plus de 250 millions de jeunes se retrouveront au chômage et seront découragés ou économiquement inactifs.

Mais le chômage n’est pas la seule raison qui pousse à la migration. En effet, certains des candidats au départ fuient les conflits, l’instabilité ou la repression qui s’abat sur les populations de leurs pays.

Un coût élevé

La traversée clandestine a un coût, et il est généralement élevé. A ceux qui se demandent pourquoi ils n’investissent pas cet argent à créer des emplois chez eux, Claire Meynial répond que ces migrants se tournent vers des proches pour mobiliser la somme nécessaire, ou alors, ils accumulent durant le voyage en enchaînant les petits boulots. En outre, ils résident pour la plupart dans des pays où les environnements des affaires n’encouragent pas l’initiative privée. Le crédit bancaire y est par exemple inaccessible.

La traversée clandestine a un coût, et il est généralement élevé.

Tout au long du trajet, ils peuvent être victimes de passeurs véreux qui les exploitent. les cas de violations des droits de l’homme, d’abus sexuels, etc. sont légions.

Quelles réponses institutionnelles?

Si le président français Emmanuel Macron reconnaît que cette traite des humains «génère 30 milliards d’euros par an, touche malheureusement 2,5 millions de personnes», jusque là la réponse apportée du côté des institutions a été faible.

Les nations occidentales investissent de plus en plus pour empêcher les migrants d’entrer sur leur territoire.

L’Europe pratique la politique du verrouillage de ses frontières. L’immigration est perçue négativement et alimente la résurgence des formations nationalistes et extrémistes qui agitent le spectre du péril d’une invasion des sociétés occidentales. Résultats, les nations occidentales investissent de plus en plus pour empêcher les migrants d’entrer sur leur territoire. A titre d’exemple, l’Allemagne et la Turquie ont dépensé 14 milliards d’USD pour faire face aux flux de réfugiés et de migrants, un montant plus élevé de 25 % par rapport aux budgets des contrôles aux frontières de l’Union européenne sur la période de 2000 à 2015, indique l’organisation internationale des migrations (OIM). Cette politique se traduit par la formation de garde-côtes de pays frontaliers de l’Union, le renvoi des migrants vers leurs pays d’origine.

L’union européenne avait annoncé la création, l’année dernière, d’un fonds de 500 millions de $ pour lutter contre l’immigration illégale tandis que l’Italie a créé son propre fonds de 200 millions de $ qui ira en direction du Niger, plaque tournante de la migration vers l’Europe.

La déréliction de l’Etat Libyen qui a suivi le renversement et l’exécution du guide de la Jammahirya, Muammar Kadhafi a contribué à l’explosion de la migration vers l’Europe via l’Italie.

Mais peu de réponses ont été apportées aux causes directes que sont le chômage et l’instabilité politique. La déréliction de l’Etat Libyen qui a suivi le renversement et l’exécution du guide de la Jammahirya, Muammar Kadhafi a contribué à l’explosion de la migration vers l’Europe via l’Italie. En effet, la Libye, aujourd’hui partagée entre deux gouvernements antagonistes et des milices lourdement armées ne peut plus désormais jouer son rôle d’Etat-tampon. La montée de l’extrémisme islamique et du terrorisme dans le Sahel a permis le développement de ce cancer puisque certains de ces groupes tirent des revenus conséquents de ce trafic.

En outre, pour critiquable qu’elle puisse être, l’immigration clandestine ne connaîtra de fin que si les dirigeants y apportent une réponse politique et socio-économique. En effet, indique la BAD, au cours des trois dernières décennies, les envois de fonds à destination de l’Afrique ont été multiplies par plus de 9, dépassant le montant total combiné des investissements directs étrangers (IDE) et de l’aide publique au développement (APD).

Quand la vidéo de CNN est publiée, le pouvoir ivoirien rapatrie 155 migrants. Il sera bientôt suivi du gouvernement camerounais. De son côté, le Rwanda se propose de fournir un emploi à environ 30 000 d’entre eux. Un pas. Un petit. Mais, peut-être, le début d’une longue marche vers le retour de l’espoir.

Aaron Akinocho

Comment

Rate this item
(0 votes)

Kemi Seba: «Il n’y aurait pas d’esclavage sans la complicité des criminels de l’UE et des premiers terroristes de la terre: les présidents africains» Featured

mardi, 28 novembre 2017 19:30 Written by

Un discours tout en points d’exclamation. Ou presque ! Très en colère, aussi bien qu’en verve, Kemi Seba, le leader de « Urgences Panafricanistes » n’y est allé d’aucune réserve, samedi à Bruxelles, pour appeler le mal par son nom. Et remettre les pendules à l’heure.

Des nouveaux esclavagistes du 21ème siècle tapis dans le Maghreb qui ont trouvé en l’homme noir leur souffre-douleur de prédilection, aux criminels de l’Union Européenne qui, après avoir pillé l’Afrique sans vergogne, ni préavis, en sont aujourd’hui à repousser le peuple du continent berceau de l’humanité comme on le ferait des pestiférés, en passant par ces terroristes de chefs d’Etats africains qui ont réduit leurs peuples à l’état de gueux, les obligeant ainsi à migrer « suicidairement » –passez-nous le néologisme- aux quatre coins du monde pour quêter obséquieusement obole, les orchestrateurs de la monstrueuse tragédie qui se déroule sous nos yeux, tous autant qu’ils sont, en ont été pour leurs grades respectifs.

Le mercure est monté de mille et un crans, quand, après avoir avisé les « bandes de rats »… négrophobes de toute la terre qui piétinent l’homme Noir qu’elles allaient bientôt être forcées de le respecter, Kemi Seba s’est mis à citer nommément, en brandissant leurs tristes effigies, ces vampires qui ont transformé la jeunesse africaine en meutes de zombies, qui, pour avoir une once de considération de la part de leurs Etats, ou pour bénéficier de 65.000 francs CFA –sans lendemain-, suivez mon regard, doivent d’abord faire un long, sinueux et douloureux détour par la « case esclavage » chez les « bédouins du désert ».

Ouattara, Kabila, Macky Sall, Paul Biya, Ali Bongo… ! Sous les hourras d’une foule pour qui ces noms n’évoqueraient rien moins que ceux des hommes qui, pour mieux se livrer à leurs orgies de sang sataniques, ont depuis donné à manger aux chiens leur humanité.

Ci-dessous, l’intégralité du discours historique de Kemi Seba le 25 novembre 2017 (transcription libre de Cameroonvoice)

«Nous ne sommes pas naïfs ! Et nous devons préciser que nous n’avons pas commencé à lutter contre l’esclavagisme grâce au maître des médias américains qu’est CNN.

Nous militions contre l’esclavage qui touche notre peuple dans le monde arabe et ailleurs, depuis des années déjà !

Je ne suis pas venu ici pour faire des salamalecs. Je ne suis pas venu ici pour tourner autour du pot. Nous ne sommes pas venus ici pour caresser les gens dans le sens du poil, nous allons dire la vérité.

Mais nous allons profiter aussi de cette occasion pour dire les choses que nous pensons vis-à-vis de la négrophobie qui perdure dans le monde arabe.

Dire cela n’est pas du racisme !… Dire cela n’est pas du racisme contre tout ce qui n’est pas Noir, c’est simplement la vérité !

Nous sommes gentils avec tout le monde, mais nous sommes discriminés partout où nous allons. Nous donnons de l’amour à tout le monde, mais nous sommes traités comme des sous-hommes partout où nous allons. Nous avons traité l’humanité comme la reine de l’Univers, mais l’humanité nous a traités comme des esclaves.

Je ne cherche pas à être aimé par ceux qui détestent les Noirs ! Mais je cherche à leur faire comprendre… nous cherchons à leur faire comprendre que si vous ne nous aimez pas, nous allons vous forcer à nous respecter, bande de rats !…

Et à faire comprendre à l’Union Européenne qu’elle ne peut pas parler de reculer l’immigration alors qu’eux viennent piller nos richesses sans autorisation.

Nous sommes une génération qui n’acceptera pas le compromis. Nous sommes une génération qui n’acceptera pas de discuter des jours et des jours avec des barbares, nos oppresseurs !

Nous sommes venus dire ici que nous ne sommes pas contre l’esclavage simplement qui touche la Libye. Nous luttons contre l’esclavage qui touche le peuple Noir dans sa globalité.

Frères et sœurs du Maghreb, certains sont ici, et nous les remercions. Nous leur adressons un message, parce que nous ne tournons pas autour du pot : à chaque fois qu’un peuple souffre dans cette humanité, le peuple noir se mobilise pour les autres peuples. Vrai ou faux ?

Bon nombre d’entre nous se sont mobilisés pour soutenir la Palestine face aux barbares d’Israël ! Mais nous attendons en retour que les Maghrébins soient aussi nombreux pour nous soutenir, sinon ils devraient eux aussi s’expliquer avec nous !

Nous sommes à l’ère de la réciprocité : comme nous vous tendons la main, vous devez nous soutenir à proportion égale. Si vous ne le faites pas, ne vous réclamez pas « Africains » quand ça vous arrange ! Vous ne pouvez pas être sur le continent africain et appartenir plus à la Ligue Arabe qu’au continent africain.

Si vous êtes avec nous, vous êtes avec nous de jour comme de nuit ! Et si vous ne voulez pas être avec nous, nous ne vous retiendrons pas, vous tracerez votre chemin !

Il n’y aurait pas d’esclavage en Libye, il n’y aurait pas d’esclavage en Mauritanie, il n’y aurait pas d’esclavage dans le monde arabe aujourd’hui sans la complicité des criminels de l’Union européenne, mais aussi sans la complicité des premiers terroristes qui existent sur cette terre, en l’occurrence nos présidents africains

C’est parce que ces criminels ne font pas leur travail que notre peuple est obligé de migrer aux quatre coins de la planète ;

C’est parce que ces criminels ont sacrifié la jeunesse africaine…

Alassane Ouattara, monsieur Kabila, Macky Sall, Paul Biya, Ali Bongo… ([les plus grands négriers de l’histoire de l’Afrique])

Libérez l’Afrique ! Libérez l’Afrique ! Libérez l’Afrique ! Libérez l’Afrique ! Libérez l’Afrique ! Libérez l’Afrique !»

Ndam Njoya Nzoméné

Comment

Rate this item
(0 votes)

Cote d’Ivoire / Politique : A quelques heures du sommet UA-UE Affi N’guessan monte au créneau Featured

lundi, 27 novembre 2017 20:10 Written by

À quelques heures du sommet UA_UE  qui se tiendra du 29 au 30 Novembre 2017 à Abidjan,  le leader de l'opposition ivoirienne est monté au créneau lors d'une conférence de presse qu'il a animé à son domicile sise à la Riviera Mbadon pour présenter aux hôtes de la Cote d’Ivoire la situation socio économique qui prévoit en ce moment dans le pays .

Au cours de cette conférence il a abordé plusieurs questions de l'actualité nationale tel que la justice, la pauvreté grandissante au sein de la population ivoirienne, l’insécurité et l’immigration clandestine.

C’est avec des mot peut voilés qu’il a dénoncé une justice des vainqueurs flagrante, qui maintient depuis 2010 les partisans de l'ex président pour certains dans des prisons , pour d'autre dans des endroits inconnus, une situation qui constitue un frein à la réconciliation nationale.

La situation de Sam l'Africain et de samba David qui ont déjà purgé leur peine et qui sont toujours maintenu en incarcération, le maintient en détention des prisonniers pro- Gbagbo sont des exemples palpables de ce qui qualifie de justice des vainqueurs .

Pour le président du front populaire cette injustice et le  manque de démocratie nous a conduit à la faillite de l'état. L'immigration clandestine qui s'accroit dans notre pays sont la résultante d'un état qui ne peut pas offrir le bien être à sa jeunesse.

Sur la question d'un 3 eme mandat pour le président Ouattara , le Président du Fip dit que cela est anti constitutionnel met en garde d’une réaction du peuple ivoirien face a ce qu’il qualifie de forfaiture de la part du RDR.

Ainsi il a conclu ses propos en remerciant toutes les personnes qui travaillent pour la réconciliation du Fip, car selon  tous les cadres du parti travaillent à une réconciliation très prochaine au sein du parti.

 

Brice Sei ( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

 

Comment

Last modified on mardi, 28 novembre 2017 19:57

NewsLetter

Souscrivez à notre newsletter afin de recevoir les dernières informations de DiaspoTv.

Ad2