Cote d'Ivoire/ politique : élections présidentielles 2020; la présidente du FORSCI tire la sonnette d'alarme.

Cote d'Ivoire/ politique : élections présidentielles 2020; la présidente du FORSCI tire la sonnette d'alarme.

«  Les scrutins électoraux sont, en effet, beaucoup plus perçus comme catalyseur ou accélérateur du déclanchement de la violence.
Ils intensifient les tensions existants, en particulier lorsqu'ils ne sont pas tenus de façon crédible... »  À déclaré Mme Pulchérie Gbalet présidente du Forum des Organisations de la Société Civile Ivoirienne (FORSCI) au cours d'une conférence bilan sur les élections locales et régionales tenues le 13 Octobre dernier 
Cette conférence de presse à été organisée le jeudi 22 Novembre 2018 au siège de cette organisation sise à Cocody Mermoz.


Et pour étayer ses propos, la présidente a pris pour exemple les violences poste électorales qui ont suivi après la tenue de ce scrutin.
Selon elle, depuis le 24 décembre 1999, la côte d'Ivoire, traverse d'incessantes crises institutionnelles, politiques et militaires qui ont fini par plonger le pays dans une instabilité chromosomique. Des crises ont négativement impacté la vie politique, économique et sociale des populations ivoiriennes.
De ce fait, le Forum des Organisations de la Société Civile Ivoirienne FORSCI, depuis le 15 Novembre 2017 a lancé un projet dénommé ’’zéro violence en 2020’’ avec pour Objectif de travailler à éviter à la côte d'Ivoire une autre crise postélectorale en 2020.


Pour le FORSCI : «  il apparaît clairement que la priorité pour la paix en Côte d'Ivoire n'est pas l'organisation d'élections, mais la réconciliation, à travers la résolution des problèmes qui ont été, et qui demeurent sources de conflits en côte d'Ivoire....
C'est dans cette posture que mon organisation à décidé de boycotter les élections locales et régionales passées.
Vue les violences qui ont suivi après les dits élections, je soutiens que mon organisation a fait le choix de la sagesse » c'est elle insurgée.

Sur la question des propositions concrètes que son organisation pour le retour de la paix en côte d’Ivoire, la présidente Pulchérie Gbalet demande : 
- la libération des prisonniers politiques et militaires au chef de l’état, dans l'intérêt supérieur de la nation 
- Au chef de l'état de réformer la CEI selon sa promesse du 06 août 2018 avant les élections 2020. Et propose une CEI débarrassée des politiques, uniquement composé par les membres la société civile.
- À la cour Suprême de rendre des verdicts juste pour ne pas mettre le feu aux poudres.
- À l'opposition de jouer franchement le jeu démocratique, et d'éviter d'attiser la haine 
- Aux organisations de la société civile de prendre conscience de leurs responsabilités et de se montrer plus engagées pour le bien des populations.
- Au peuple de Côte d'Ivoire de démontrer davantage sa maturité dans ses choix qui devrait désormais reposer sur des objectives.

B.S

 

Read 24 times Last modified on vendredi, 30 novembre 2018 12:26
Rate this item
(0 votes)

NewsLetter

Souscrivez à notre newsletter afin de recevoir les dernières informations de DiaspoTv.

Ad2