Côte d'Ivoire/ Une association des victimes de la crise postélectorale charge la CPI et le gouvernement Ivoirien ‘’ Il n’y a pas qu’Abobo où l’on dénombre les victimes

Côte d'Ivoire/ Une association des victimes de la crise postélectorale charge la CPI et le gouvernement Ivoirien ‘’ Il n’y a pas qu’Abobo où l’on dénombre les victimes Featured

Abidjan, 31 jan (DiaspoTV.info)-Abidjan,31 jan (DiaspoTV.info)- L’union pour la sauvegarde du Patrimoine (USPWE) a déploré jeudi lors d’une conférence de presse à yopougon, la catégorisation des victimes des crises qui ont secoué le pays depuis 2002 par la cour pénale Internationale (CPI).

Selon le docteur Alphonse Tousséa Oulai président de la plate-forme de victimes de l’Ouest, la Côur Pénale Internationale (CPI) dans sa démarche semble ignoré le génocide depuis 2002, à titre d’exemple les massacres de Guitrozon, Petit Duékoué (141 morts en 2005), de Duékoué Carrefour (800 morts le 29 mars 2011), du camp de Nahibly dans lequel 230 personnes ont perdu la vie le 20 juillet 2012. La CPI dans son réquisitoire continue d’ignorer le peuple meurtrit par les différentes crises qui ont secoués notre pays la Côte d'Ivoire depuis 2002, les villages entiers, les campements et enclos sacrés, vandalisés,pillés, détruits dans le Guemon et le Cavally.

« Aujourd’hui, à notre niveau, nous estimons que les victimes sont ces personnes physiques et morales qui ont subi les conséquences des violences, des atteintes aux droits humains. Nous avons plusieurs catégories de victimes, les victimes directes, les familles des victimes et les personnes ayant subi les conséquences des violences survenues. Les victimes directes entre autres les personnes assassinées, leurs enfants devenus orphelins ou leurs enfants en rupture avec tout type de socialisation du fait de ces commissions de crimes, aussi les personnes mutilées, les violences basées sur le genre et nous avions vécus toutes atrocité dans nos regions, mais la Cour Pénale Internationale continue de narguer le peuple nous disons à cette manière de la CPI qui est censé une justice pour tous, mais une image hideuse à nos yeux dans le dossier ivoirien » à t-il expliqué avant d’appeler l’ensemble des victimes au calme et à renoncer à tout acte de vengeance.

L’USPWE a par ailleurs souhaité que tous les Ivoiriens en exile rentrent au bercail. Que tous les prisonniers politiques et tous les militaires emprisonnés sortent de prison. Souhaiter que les deux fils du pays illégalement détenus à la CPI rentrent au pays, car selon elle des frères Ivoiriens acquittés par la justice restent en prison n’est pas pour nous conduire le pays sur la route de la paix. Le peuple , même lourdement endolori, souhaite que les Ivoiriens se retrouvent pour réapprendre à vivre ensemble.

DiaspoTV.Info

Silvere Gael Bossiei

Read 86 times
Rate this item
(0 votes)

About Author

NewsLetter

Souscrivez à notre newsletter afin de recevoir les dernières informations de DiaspoTv.

Ad2