Côte d'Ivoire-Bloléquin : Après les événements du 17 février 2018 un autre jeune tabassé par la police

Côte d'Ivoire-Bloléquin : Après les événements du 17 février 2018 un autre jeune tabassé par la police Featured

Blolequin, 05 fev (DiaspoTV)- Un tir de sommation, une personne tabassée, tel est le bilan de cette excursion policière dans une zone qui ne fait pas partir des zones de compétence de la police nationale dans la localité.

Les faits remontent à la nuit du samedi 02 au dimanche 03 février 2019.
Le problème foncier qui est à la base se situe comme suit:

À Vaya où nous nous sommes rendus, nous avons une première version des faits. Oulaï Junior ( Jeune sujet d'interpellation) 20 ans, déclare avoir vendu une superficie de 4 hectares à Monsieur Karidja à une valeur de 500.000F CFA ( Cinq cents mille francs CFA)
Après la transaction, la forêt en question est devenue objet de litige entre lui et son cousin KPANHI Sacool qui ne cesse d'ultimer au sieur Karidja de cesser de travailler cette portion de terre.

Suite à ces entraves répétées, le sieur Karidja s'est plaint au commissariat de police de Bloléquin qui en réalité n'est pas compétent dans cette zone situé à 18 Km de Bloléquin seule la gendarmerie a compétences, mais Oulaï ne s'y est jamais rendu sous prétexte que le chef de terre avait retiré la plainte afin de la traiter de manière locale. Pour en finir avec cette situation, Oulaï junior a promis remboursé le sieur Karidja.

C'est à ce stade que la police fait irruption dans cette bourgade dans les environs de 19 heures.
<< Je venais à peine de la douche quand je vis un véhicule personnel garé derrière ma maison et trois hommes corpulents débarquent en compagnie de Karidja qui dit en ces mots: Le voilà. À peine indiqué, aussitôt les trois individus me fauchent et je tombe. L'un d'entre eux tira en l'air et les deux autres m'immobilisaient par terre en tapant sur mes côtes.

Une fois inconscient, ils me mirent dans leur engin dans l'intention de m'emmener avec eux à Bloléquin. C'est à ce moment que la jeunesse a dressé des barricades pour les empêcher de partir. Personne ne leur a porté main. C'est ainsi que nous sommes allés chez le chef avec eux. C'est devant le chef que nous avons pu identifier l'un d'entre eux qui portait un tee-shirt bleu estampillé : POLICE, témoignage de Oulaï Junior.

Pour équilibrer l'information, nous sommes allés au commissariat pour rencontrer le Caire Didia KACOU Louis Constant qui donne sa part des faits:<< Mes hommes sont allés à Vaya pour un abus de confiance autour d'une somme de 650.000f même si ce n'est pas notre zone de compétences. À deux reprises nous avions lancé des convocations par le biais du chef de village qui n'ont pas été honorées jusqu'à ce jour.

Le jeune était dans la maison quand mes hommes sont arrivés dans sa cour.
Quand ils ont demandé après lui, il a tenté de s'enfuir par la fenêtre située derrière la maison, c'est ainsi qu'ils ont tiré une fois en l'air (sommation) pour mettre la main sur lui.
Et je vous confirme l'enfant n'a pas été frappé par mes hommes, c'est une simulation.

Les témoignages divergent de part et d'autre, mais il est à retenir qu'apparemment, après la nuit mouvementée du samedi, les populations de Vaya vaquent à leurs occupations quotidiennes dans la quiétude.
Le préfet de département Sidiki joint par téléphone n'a pas voulu donner de détails. " Écouter monsieur vous n'êtes plus correspondant de l'agence Ivoirienne de Presse à Bloléquin donc laisser mon département en paix" a t-il conclure.

DiaspoTV.info

Silvere Gael Bossiei

 
Read 222 times Last modified on mercredi, 06 février 2019 09:35
Rate this item
(1 Vote)

About Author

NewsLetter

Souscrivez à notre newsletter afin de recevoir les dernières informations de DiaspoTv.

Ad2