Côte d’Ivoire/ Anne Désirée Ouloto, l’Histoire d’une Institutrice qui redonne fière allure à Abidjan

Côte d’Ivoire/ Anne Désirée Ouloto, l’Histoire d’une Institutrice qui redonne fière allure à Abidjan Featured

Abidjan, 22 mars (DiaspoTV.INFO)- Anne Désirée Ouloto depuis 2017, est la ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable et porte-parole adjoint du Gouvernement. Elle est également députée du RDR. Titulaire d’un baccalauréat littéraire, elle abandonne les cours de droit commencés à l’Université Félix Houphouët Boigny pendant la crise étudiante de 1990 et devient institutrice une fonction qu’elle exercera avec brio pendant des années. En 2000, elle obtient un poste d'assistante juridique à l'Autorité Nationale de Régulation du secteur de l’Électricité (ANARE), jusqu’en 2005. En 2006, militante politique, elle est chargée d’études puis chef de cabinet au ministère de l’Enseignement supérieur. Pendant la crise ivoirienne de 2010-2011 elle est porte-parole du candidat Alassane Ouattara. Puis devient député et ministre.

Cette vision du grand Abidjan qu’elle a développé depuis l’opposition en affichant sa détermination à en finir avec l'insalubrité et le désordre dans les grandes villes et surtout à Abidjan semble devenir une réalité. Une série de mesures ont été prises. La Ministre de la Salubrité urbaine Anne Désirée Ouloto ne cesse pas de donner de l’énergie pour faire de la Côte d’Ivoire un pays propre à l’image des pays Européens depuis sa nomination.

Comparaison d’avant-hier n’étant raison d’hier, devient raison aujourd’hui.


Abidjan sous le père fondateur était une belle ville caractérisée par ses gratte-ciels, ses rues bitumées bien entretenues et bien marquées, ses quartiers chics comme Cocody, Plateau, 2 plateaux, Riviera, Marcory Zone 4, Bietry, etc.…, par ses rues propres et salubres, ses immeubles et autres bâtiments aux façades toujours peintes, par ses échangeurs… Tellement belle qu’elle a été surnommée « La perle des lagunes » en référence à la lagune qui la traverse. Une lagune propre dans laquelle on n’hésitait pas à se baigner, à pêcher. Tout le monde voulait voir Abidjan. Tout le monde rêvait d’Abidjan. D’ailleurs, Abidjan était choisie par beaucoup de jeunes mariés Africains comme destination de voyage de Noces car il y avait aussi des hôtels de Luxe, qui n’enviaient rien aux palaces Européens. Abidjan la perle des lagunes a vécu. Abidjan la ville propre a existé. Abidjan l’enchantée a connu ses heures de gloire comme ville organisée, disciplinée et respectée.

La perle des lagunes qui était devenue la perle des ordures et c’est peu dire ! Les rues qui étaient jonchées de détritus puant à mille lieues, toutes les artères étaient occupées par des commerces, les routes étaient envahies par des engins roulants totalement déglingués et crachant leurs gaz nocifs et cancérigènes à chaque changement de vitesse. Les caniveaux, pour ce qu’il en reste, était toujours rempli d’ordures, d’eaux usagées boueuses, nauséeuses et stagnantes. Il n’était pas rare, et c’était un euphémisme, de voir des échoppes ou même carrément des habitations construites sur des caniveaux dans l’indifférence totale des riverains, aujourd’hui, Abidjan vient de loin et semble retrouvée toutes ces repères que l’on sait d’elle grâce à cette institutrice qui ne cessait de dire aux élèves quant elle était en fonction en tant que institutrice : « La propreté doit être votre leitmotiv.
De yopougon à Port-bouét en passant par Adjamé, Abobo, Cocody, Marcory etc.… Abidjan renait de ces cendres avec des véhicules de ramassages d’ordures, des femmes qui nettoient les ruelles chaque matin et soir. 
Le premier responsable des Ivoiriens n’a donc pas eu tort de choisir cette dame pour l’accompagné dans sa tache ardue pour faire de la Cote d’ivoire un pays qui fait rêvé à l’image des pays Européens.
Les Ivoiriens sont aujourd’hui habitués aux bruits des gros engins des sociétés ECOTISA, ECO EBURNI etc.… qui leurs rend visite chaque matin et soir 7j/7j. L’Ivoirien a oublié aujourd’hui le surnom maman Bulldozer qu’il avait attribué à la fille de klahon dans le département de Toulepleu, région du Cavally. 
Depuis quelques temps, Abidjan est devenu plus attractive et les visiteurs ne boudent pas leur plaisir : "ça fait au moins deux fois que je viens Abidjan avec la famille pour découvrir cette ville qui revient de loin. C'est un vrai plaisir de voir ici toutes les infrastructures, les ponts, les grandes surfaces commerciales comme Cap nord-sud, cosmos et le zoo avec, les chimpanzés et autres animaux et cela fait plaisir de revoir mon pays qui avait perdu toutes ces repères.» explique Koussi serge un ivoirien vivant en Europe venu en vacance. 
"Je suis très content d'être ici. Ça fait vraiment chaud au cœur de revoir le pays après vingt ans, Abidjan respire beaucoup mieux aujourd’hui ", souligne un autre visiteur. 

 

Abidjan d’avant-hier à hier n’était plus que l’ombre d’elle-même. Comme une star connaissant la déchéance après un règne sans partage. Abidjan ne faisait plus rêver.  Abidjan était descendue de son piédestal pour devenir la ville la plus sale, la plus indisciplinée, la plus désordonnée, la plus anarchique, la plus insalubre de

Hier, les Ivoiriens se plaignaient des ordures aux odeurs pestilentes qui les envahissaient dans les différents quartiers sans être enlevés, ou du moins à temps. Aujourd’hui l’ivoirien respire mieux et voit grand.

Silvere Gael Bossiei

Read 182 times Last modified on samedi, 23 mars 2019 18:07
Rate this item
(0 votes)

About Author

NewsLetter

Souscrivez à notre newsletter afin de recevoir les dernières informations de DiaspoTv.

Ad2