Chassé de la tête de l'Etat il y a moins d'un an, Jacob Zuma qui a été dernièrement signalé du côté de la musique où il voudrait faire ses premiers pas, a vu  son nom proposé par son parti pour les élections législatives de mai prochain. L'annonce est du porte-parole de l'ANC, Dakota Legoete, qui s'exprimait dimanche au cours  d'une conférence de presse à Durban (dans le nord-est du pays). Chassé de la tête de l'Etat il y a moins d'un an, Jacob Zuma qui a été dernièrement signalé du côté de la musique où il voudrait faire ses premiers pas, a vu son nom proposé par son parti pour les élections législatives de mai prochain. L'annonce est du porte-parole de l'ANC, Dakota Legoete, qui s'exprimait dimanche au cours d'une conférence de presse à Durban (dans le nord-est du pays).

Afrique du Sud : L'ANC propose la candidature de Jacob Zuma aux législatives de 2019 Featured

Chassé de la tête de l'Etat il y a moins d'un an, Jacob Zuma qui a été dernièrement signalé du côté de la musique où il voudrait faire ses premiers pas, a vu  son nom proposé par son parti pour les élections législatives de mai prochain. L'annonce est du porte-parole de l'ANC, Dakota Legoete, qui s'exprimait dimanche au cours  d'une conférence de presse à Durban (dans le nord-est du pays).


Impayable Jacob Zuma, décidément ! Aux dernières nouvelles, l'ancien leader sud-africain et de l'African National Congress, est en passe d'effectuer un fulgurant retour sur scène (politique) suite à l'annonce par le parti au pouvoir au pays de Nelson Mandela de sa nomination parmi ses futurs candidats aux prochains scrutins législatifs,  

Le parti dirigé aujourd'hui par le successeur de monsieur Zuma, Cyrill Ramaphosa, avait pourtant annoncé que ses candidats aux législatives "ne doivent pas avoir fait preuve d'indiscipline ou avoir été impliqués dans la corruption", comme l'a d'ailleurs rappelé  à Durban Dakota Legoete. Mais il semble que Jacob Zuma n'est pas astreint à ces critères et conditionnalités, si l'on s'ent tient aux explications de Legoete, qui laissent penser que le successeur de Thabo Mbeki n'est pas l'initiateur de sa propre candidature : "Nous en sommes encore à l'étape où chaque candidat doit accepter ou décliner" sa candidature, a affirmé le porte-parole  de l'ANC. Et dakota Legoete d'ajouter . "Nous ne voulons pas miner ce processus (...). Nous attendons que lui, le camarade Zuma, (et les autres candidats) nous fassent savoir s'ils acceptent ou pas"leur nomination.

Du grain à moudre pour l'opposition qui n'a pas manquer  de prendre à rebrousse-poil le parti au pouvoir, qui n'a pas de cesse de rappeler que la liste de ses candidats aux législatives "doit renforcer [son] intégrité", et dont l'actuel chef et président sud-africain, Ramaphosa, a fait de la lutte contre la corruption et de la relance de l'économie son cheval de bataille. 
Or Jacob Zuma est empêtré dans des démêlées judiciaires pour des affaires de corruption présumée.

Natondi K.

Read 30 times
Rate this item
(0 votes)

About Author

NewsLetter

Souscrivez à notre newsletter afin de recevoir les dernières informations de DiaspoTv.

Ad2