Dernières Brèves

Rate this item
(0 votes)

Côte d’Ivoire : Voici les propositions de l’opposition à la réforme de la Commission électorale indépendante(CEI) Featured

lundi, 18 mars 2019 09:08 Written by

Ce vendredi 01 mars 2019, les Présidents des partis politiques de l’opposition ivoirienne se sont réunis en assemblée plénière, au siège du PDCI-RDA, pour examiner et adopter le document portant réforme de la Commission Électorale Indépendante (CEI).

En effet, après la réunion du 21 janvier 2019, convoquée et présidée par Son Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du gouvernement de la République de Côte d’Ivoire, il a été demandé aux Partis politiques de transmettre individuellement au Ministère de l’intérieur, sous quinzaine, leur proposition de projet de réforme de la commission électorale indépendante.
Les Présidents des Partis politiques de l’opposition Ivoirienne ont adressé un courrier, en date du 30 janvier 2019, indiquant à Monsieur le Premier Ministre, l’impérieuse nécessité de mettre en place un cadre de concertation élargie, impliquant tous les partis politiques, sans exclusive, la Société civile et le Gouvernement.

L’objectif de la mise en place de ce cadre élargi de concertation répond au souci, des Partis Politiques de l’opposition ivoirienne, de parvenir à une réforme consensuelle et profonde de la commission électorale indépendante. La simple recomposition de celle-ci, comme l’envisage le gouvernement, ne suffira pas à remplir cet objectif.
Les Partis politiques de l’opposition ivoirienne notent, avec regret, que leur requête est demeurée sans suite, à ce jour.

Les Partis politiques de l’opposition Ivoirienne ont décidé de parler d’une même voix et de proposer un document unique, conforme à l’arrêt rendu le 18 novembre 2016 par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.
La CEI doit être un organe indépendant et impartial qui protège le droit à l’égalité devant le suffrage. Elle doit être l’instrument qui organise la dévolution des mandats électifs dans la paix et le respect des droits de tous.

Aussi, les Présidents des Partis Politiques de l’opposition Ivoirienne ont- ils adopté, ce jour, le projet de réforme de la CEI qu’ils défendront au cours des rencontres du cadre de concertation élargie.

Au-delà de la réforme de la CEI, les Partis Politiques de l’opposition Ivoirienne appellent à des discussions sur l’environnement des élections ; à savoir, l’établissement des cartes Nationales d’identité arrivées à expiration, le recensement électoral, la révision du code électoral pour l’adapter à la constitution du 08 novembre 2016 et le cadre institutionnel relatif aux élections en Côte d’Ivoire.

Les Présidents des partis politiques de l’opposition ivoirienne renouvellent leur demande adressée au gouvernement de la République de Côte d’Ivoire pour la tenue d’une large concertation pour une réforme profonde et consensuelle de la Commission Electorale Indépendante.

Les Présidents des Partis politiques de l’opposition Ivoirienne expriment leur attachement au respect de l’indépendance de l’organe en charge des élections consacré, de façon non équivoque, par la constitution en son article 51.
Les Présidents des Partis politiques de l’opposition Ivoirienne félicitent les membres du comité des experts des Partis Politiques de l’opposition Ivoirienne pour la qualité des documents élaborés et leur demandent de rester saisis des documents relatifs à la révision du code électoral, à la loi organique portant composition, organisation, attributions et fonctionnement de la nouvelle structure en charge des élections en Côte d’Ivoire, au découpage électoral et à l’organisation des élections.

Fait à Abidjan le 01 Mars 2019

LES PARTIS ET GROUPEMENTS POLITIQUES
DE L’OPPOSITION IVOIRIENNE

Comment

Rate this item
(0 votes)

Côte d'Ivoire/Le coordinateur du mouvement Association Diamant Noir pour le RHDP de la commune d'Adjamé investi Featured

samedi, 16 mars 2019 15:46 Written by

Abidjan,16 mars (diaspotv.info)- Le Président national de l’association Diamant noir pour le  RHDP (ADN- RHDP) a installé la délégation d’Adjamé, ce samedi 16 mars dans le quartier Bramakoté de la dite commune à t-on constaté sur place.

Kamakaté Mohamed désigné délégué d’ADN-RHDP d’ Adjamé et ses collaborateurs qui vont porter haut le flambeau de la coordination dans cette commune populaire ont été investis par Touré Aboubacar  président national de l’association Diamant Noir pour le RHDP (ADN-RHDP) une association crée en 2018 mais qui apporte sa modeste contribution dans l'évolution du RHDP.

Cette délégation aura pour but de sensibiliser, de  mobiliser et de recenser les potentiels électeurs dans la commune  d’Adjamé pour les échéances électorales de 2020  en faisant partager la vision du président Alassane Ouattara qui a décidé de réunir les Ivoiriens autour des vertus républicaines à savoir la paix, l’amour et la réconciliation, valeurs très chères au père fondateur de la Côte d’Ivoire, Félix Houphouët-Boigny.  

L’ADN-RHDP aura pour mission principale selon son président Aboubacar Touré, d’apporter sa modeste contribution sur le terrain  au parti unifié RHDP à gagner les futures élections en recensant les électeurs car selon son président national il ne s’agit pas de remplir les bâches par des personnes qui n’ont pas les papiers. ‘’ 2020. C’est un travail de fourmi et d’araignée  que nous allons abattre pour la victoire du RHDP en faisant enrôlé les ivoiriens car pour nous la victoire c’est dans les urnes et ne vote que celui qui à les papiers’’, a noté Touré Aboubacar président national nationale de l’association Diamant noir pour le  RHDP (ADN- RHDP).

La lourde responsabilité est revenue  Kamakaté MOHAMED le tout nouveau coordinateur investi de remobiliser les troupes pour les échéances futurs, une tache qui selon lui est difficile mais pas impossible au regard de tous les efforts qui ont été consentis par le Président Ouattara et l’ensemble de son gouvernement pour le bien être du peuple Ivoirien.  Il a expliqué qu’après l’installation de la coordination nationale, l’implantation des sections de la structure se poursuivra dans les 25 sous-quartiers de la commune d’Adjamé.

  Ils étaient nombreux, les jeunes d’Adjamé qui ont participé à cette rencontre. La prochaine étape est celle de l’intérieur.

Silvere Gael Bossiei pour DiaspoTV.Info

Comment

Last modified on dimanche, 17 mars 2019 12:35
Rate this item
(0 votes)

Côte d’ivoire : le cabinet de Guillaume Soro dissout par le nouveau président du parlement Featured

vendredi, 15 mars 2019 16:47 Written by

Amadou Soumahoro, le nouveau président de l’Assemblée nationale de côte d’ivoire vient d’annoncer les premières couleurs. Un règlement de comptes avec son prédécesseur ?  En tout cas le député de Séguéla a embouché la trompette de la polémique par l’arrêté n° 07 ANP/PT  pris ce 13 mars qui dissout le cabinet de Guillaume Soro.

« Il est mis fin aux fonctions du personnel engagé et affecté au cabinet du président de l’assemblée nationale », précise le communiqué dont Diaspo tv a reçu copie.

Pour rappel, Amadou Soumahoro candidat du groupe parlementaire du rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et a paix (rhdp- unifié) a été élu le 07 mars dernier avec 153 voix contre pour son adversaire Jérémie N’gouan. Il succède à ce poste Guillaume Soro qui a démissionné du perchoir.

 

Tonia ZONSEDOUE pour Diaspo TV

Comment

Last modified on vendredi, 15 mars 2019 17:23
Rate this item
(0 votes)

Côte d’ivoire : l’hommage de Laurent Gbagbo a Bernard Dadié « tu as tout donné à ta patrie et à ton continent afin de les sortir des chaines de la domination infâme » Featured

mardi, 12 mars 2019 10:01 Written by

 

Côte d’ivoire : l’hommage de Laurent Gbagbo a Bernard Dadié « tu as tout donné à ta patrie et à ton continent afin de les sortir des chaines de la domination infâme »

 

L’écrivain ivoirien Bernard Dadié, décédé à l’âge de 103 ans le 09 mars dernier, on le sait est un ami fidele de l’ex président ivoirien Laurent Gbagbo. Dans une note rendue publique, Laurent rend hommage à l’illustre disparu avec des mot et expressions pleins d’amour  à l’endroit de son compagnon de lutte. Diaspo Tv vous propose l’intégralité de set hommage.

 

A toi, mon très cher doyen
Très peu de personnes ont accès à la plénitude de la bénédiction divine. Celle-ci ne s’ouvre qu’aux hommes et aux femmes qui ont quelque chose de particulier à apporter à l’humanité pour son progrès vers la perfection. Ils deviennent patrimoine commun de l’humanité et leurs âmes entrent, de ce fait, dans l’infinitude qui leur confère l’éternité. A la lumière de ton œuvre, à la fois immense et multidimensionnelle, mon très cher Bernard Dadié, tu as accédé au statut de ces hommes d’exception.

Homme aux multiples talents et aux convictions incorruptibles, A toi, mon très cher doyen
Très peu de personnes ont accès à la plénitude de la bénédiction divine. Celle-ci ne s’ouvre qu’aux hommes et aux femmes qui ont quelque chose de particulier à apporter à l’humanité pour son progrès vers la perfection. Ils deviennent patrimoine commun de l’humanité et leurs âmes entrent, de ce fait, dans l’infinitude qui leur confère l’éternité. A la lumière de ton œuvre, à la fois immense et multidimensionnelle, mon très cher Bernard Dadié, tu as accédé au statut de ces hommes d’exception.

Homme aux multiples talents et aux convictions incorruptibles, tu as tout donné à ta patrie et à ton continent afin de les sortir des chaines de la domination infâme. Tu as mené ce combat sur tous les fronts, notamment ceux des belles lettres et de la politique. Les nombreux prix qui t’ont été décernés au niveau mondial, pour récompenser la qualité de tes œuvres littéraires, témoignent pour toi dans la chaine des générations. Or la qualité de tes œuvres littéraires exprime l’intégrité de ton engagement politique construit sur le socle inébranlable de ta soif pour la liberté. 
Au nom de la liberté, en tant que valeur universelle à tous les peuples, tu t’es engagé dans la lutte pour la naissance de notre nation dès ton jeune âge. De 1944, année de formation des premiers instruments de lutte politique pour la libération des peuples africains jusqu’à ce jour fatidique du 9 mars 2019, tu as fait don, sans discontinuité, de 75 années de ta vie aux peuples opprimés au nom de ton idéal de liberté. Toute la nation ivoirienne et toute l’Afrique te restent indéfiniment redevables pour ce sacrifice incommensurable.

A titre personnel, je te sais infiniment gré de l’amitié dont tu m’as honoré et qui s’est exprimée par ton soutien à mon endroit quand, à peine parvenu au pouvoir, après des décennies de lutte pacifique, des forces réactionnaires et violentes se sont liguées contre moi et mon gouvernement pour barrer notre chemin vers la liberté de nos peuples. En effet, il ne t’a pas fallu beaucoup de temps pour comprendre que les dites forces sont les mêmes que toi et tous nos illustres devanciers, aviez combattues naguère. Les protagonistes ont changé mais le combat reste le même. Tu as ainsi fait fi de ton âge qui te donnait le droit d’une retraite bien méritée, et tu t’es investi entièrement dans ce combat. Malgré la fatigue et la maladie, à 103 ans, tu as gardé cette posture du combat jusqu’à ce que ton dernier souffle te soit retiré. Au moment où tu entres dans le repos éternel, je voudrais t’assurer, très cher doyen, de ce que je tiens fermement le flambeau que tu m’as donné en octobre 2010 comme le serment de la poursuite inlassable de notre quête de liberté et de l’incorruptibilité de nos convictions.

Je sais à quel point mon sort te préoccupait et, par-dessus tout, je connais le prix que tu accordais au succès de notre lutte. C’est pourquoi, bien qu’ébranlé par ta disparition, qui arrive quelques mois seulement après celle de Sangaré Aboudramane, je reste déterminé à demeurer fidèle à l’idéal de notre combat politique. Tu peux donc te reposer et jouir de la plénitude de la félicité éternelle que Dieu offre aux âmes de bonne volonté.

Adieu Bernard B. Dadié. Adieu cher doyen et infiniment merci pour tout. 
Laurent GBAGBO

 

Propos retranscrits par Tonia ZONSEDOUE pour Diaspo TV

Comment

Rate this item
(0 votes)

C’est fait ! Amadou Soumahoro est désormais le nouveau président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire. Featured

samedi, 09 mars 2019 17:34 Written by

L’ancien Ministre auprès du président de la République, chargé des Affaires politiques, Amadou Soumahoro, a été élu ce jeudi 7 mars 2019, nouveau président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, au terme d’une session extraordinaire qui s’est déroulée en présence du vice-président de la République, Daniel Kablan Duncan, du Premier ministre Amadou Gon, de plusieurs membres du gouvernement, de diplomates, et autres invités de marque.

« Nous ne sommes ni des députés godillots, ni des béni-oui-oui. Faisons prévaloir notre honneur ! », lance Alpha Yaya Touré aux députés de l’opposition.

Ce sont en fin de compte 158 députés sur 252, qui ont pris part au vote après que les groupes parlementaires PDCI-RDA, Rassemblement et Vox populi soutenus par le député Pascal Affi N’Guessan, ont décidé de boycotté la cérémonie.

Ce qui a donné l’impression d’une salle à moitié vide de l’hémicycle habituellement plein à craquer lors de ce genre d’évènement. Quoi qu’il en soit, le vote a eu lieu, à bulletin double bien sûr, et Amadou Soumahoro, candidat du RHDP, s’est vu accrédité de 153 voix contre 03 voix pour son adversaire Jérémie N’Gouan, initialement candidat du PDCI-RDA, et deux bulletins nuls.

Ce sera donc à juste titre que Mamadou Diawara, le président par intérim, déclarera Amadou Soumahoro élu à la majorité absolue. Prenant la parole, le nouveau président de l’Assemblée nationale rendra un vibrant hommage au président de la République, Alassane Ouattara, qu’il qualifie de ‘’grand homme d’Etat’’, pour la confiance sans cesse renouvelée. Il exprime sa gratitude au Premier ministre Amadou Gon Coulibaly ainsi qu'au vice-Président de la République, Daniel Kablan Duncan.

Amadou Soumahoro les rassure sur la complémentarité du travail de l’Assemblée nationale d'avec toutes les autres institutions de la République, avant de rendre un hommage, mais sans le citer nommément, à son ‘’prédécesseur’’, Guillaume Soro, pour le travail abattu à la tête de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire depuis le 12 mars 2012. « Je considère ce choix comme l’expression de votre engagement à soutenir le travail que nous ferons afin de redonner à notre institution toutes ses lettres de noblesse.

Nous devons consolider la dynamique de paix et de progrès qui prévaut dans notre pays. Notre institution doit être à la pointe du combat en créant des synergies nécessaires avec toutes les autres institutions de la République », a-t-il fait savoir.

 

Gael Sylvère Bosiei pour Diaspotv

Comment

Rate this item
(0 votes)

Côte d’Ivoire : l’impact du retour de Gbagbo sur la présidentielle de 2020 Featured

mardi, 05 mars 2019 09:20 Written by

L’acquittement de l’ancien Président ivoirien Laurent Gbagbo par la Cour pénale internationale (CPI) a ouvert la voie à son retour en Côte d’Ivoire, une fois libéré. Son retour après sept ans de détention à La Haye, et huit ans après son arrestation liée aux troubles post électoraux de 2010, pourrait impacter l’élection présidentielle du pays en 2020.

Une influence dans l’ombre

Malgré son absence, son influence sur la politique ivoirienne a façonné les divisions de l’opposition au cours des années qui ont suivi son départ. Notons en plus que la coalition qui a remporté les élections présidentielles de 2010 et 2015, dans la mouvance du président Alassane Ouattara, est pour l’instant mal en point avec de fortes luttes de pouvoir et un effritement.

La coalition de Ouattara étant affaiblie et l’opposition divisée, le retour de Gbagbo pourrait mettre en péril la politique de la coalition avant les élections. Ceci est d’autant plus vrai que Gbagbo continue de bénéficier d’un soutien populaire dans le pays, y compris dans sa région natale, dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire. Tout cela laisse penser qu’il pourrait encore bénéficier du soutien des Ivoiriens. De plus, son retour en Côte d’Ivoire confirmerait sa prétendue innocence et concrétiserait la réussite dans sa lutte contre Ouattara et les préjugés occidentaux.

Les amis et les ennemis de Gbagbo

Après son transfèrement à la Haye, le parti populaire de Gbagbo, le Front populaire ivoirien (FPI), s’est fragmenté entre ceux qui lui étaient fidèles et ceux qui souhaitaient aller au-delà de son héritage. Aboudramane Sangaré, un ami de Gbagbo, a notamment rejeté l’idée de poursuivre le travail du parti sans lui. Sangaré et ses disciples ont estimé que Gbagbo reviendrait en Côte d’Ivoire pour contester le Président Alassane Ouattara, à l’issue de la procédure de la CPI.

Dès lors, Sangaré a obtenu le titre officieux de « gardien du temple », qui lui a permis de maintenir la place de Gbagbo au centre du FPI. Sangaré est décédé à la fin de l’année dernière sans que son empreinte ne soit effacée.

Les efforts pour dépasser l’héritage de Gbagbo ont été surtout menés par Pascal Affi N’Guessan, ancien Premier ministre de Gbagbo, qui a assumé la présidence du parti avant les élections de 2015. Cela a déclenché des protestations véhémentes de la part des partisans de Gbagbo. Bien que N’Guessan ait rendu hommage à Gbagbo, les loyalistes ont estimé qu’il n’était pas sincère. N’Guessan a été au centre d’une autre controverse lorsqu’il a décidé de se présenter à l’élection présidentielle de 2015 malgré le mot d’ordre de boycott lancé par l’autre branche du FPI. Avant l’élection, il a rencontré le président français François Hollande, ce qui a conduit les partisans de Gbagbo à soutenir qu’il recevait un soutien financier de la France ce qui n’a jamais été vérifié.

Avec un taux de participation faible de 55% (comparé à 80% en 2010), l’absence de soutien au sein du FPI éclaté, a conduit N’Guessan à obtenir un peu plus de 9% des suffrages, contre près de 84% à Ouattara. Le boycott de l’opposition et les appels à attendre le retour de Gbagbo semblaient être très forts. Depuis lors, N’Guessan a expérimenté différentes alliances politiques et ne s’est apparemment pas réconcilié avec tous les partisans de Gbagbo.

Les options de Gbagbo

S’il revient, l’une des options pour Gbagbo serait celle de reprendre la position de porte-drapeau du FPI et de concourir à l’élection de 2020. Malgré son échec de 2010 rien ne semble l’empêcher de se présenter, surtout que la suppression de l’âge maximum des candidats (75 ans auparavant) le rend éligible avec 74 ans en mai. Ce scénario suppose bien sûr que Ouattara n’établisse pas d’obstacles juridiques au retour de Gbagbo.

Un autre scénario est que Gbagbo pourrait guider le FPI vers une nouvelle alliance politique avant les élections. L’alliance pourrait impliquer certains des anciens alliés malheureux de Ouattara. Un scénario connexe est que Gbagbo pourrait unir le Front populaire ivoirien et les forces de l’opposition, nommer un nouveau porte-drapeau et rester le pilier historique du parti. Enfin, Gbagbo pourrait aussi parfaitement décider de rester en marge tout en restant actif sur la scène politique.

Qu’en pensent les Ivoiriens?

Selon un sondage réalisé en 2017 par Afrobarometer, le réseau de recherche africain indépendant, les Ivoiriens soutiennent fermement (81%) le maintien de la limite à deux mandats présidentiels. Ils soutiennent également de manière écrasante la démocratie (77%). Mais ils ont quelques inquiétudes, juste avant les élections, puisque 52% d’entre eux indiquent qu’ils ne sont pas satisfaits du fonctionnement de la démocratie dans le pays.

L’une des critiques émises par l’opposition contre Ouattara est son intolérance à la contestation. 48% des Ivoiriens estiment qu’ils ne sont pas du tout – ou pas très – libres de critiquer le Président. Il est fort possible que Gbagbo capitalise sur ces mécontentements qui, allié à un fort taux de participation comme lors de l’élection de 2010, amène à une redistribution des cartes.

Abel Gbala, titulaire d’un M.A. de l’Université Félix Houphouët Boigny et expert en suivi et évaluation du développement et Peter Penar, professeur adjoint au département de science politique à l’Université du Michigan. (version élaguée)

Article publié en collaboration avec Libre Afrique

Comment

Rate this item
(0 votes)

Bruno Koné confirme le manque de projet du RHDP : « Si Bédié est candidat, Ouattara sera candidat » Featured

mardi, 05 mars 2019 09:00 Written by

, ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme et par ailleurs vice-président du RDR, chargé des relations extérieures et de la région de la Bagoué, dont il est originaire, s’est prêté aux questions de ses parents.

 Pour Bruno Koné, l’objectif d’ est de passer le flambeau à une nouvelle génération. Cependant si en 2020  est candidat à la présidentielle, Ouattara revissera sa position. Interrogé sur le sujet du 3è mandat d’ en 2020, à laquelle ne semblait pas adhérer l’assistance, Bruno Koné dit ceci : « le président nous a tous facilité la tâche parce qu’il s’est lui-même déjà exprimé publiquement à plusieurs reprises sur ces questions », avant d’être plus précis, « la volonté du président aujourd’hui, c’est de passer le flambeau à une nouvelle génération. C’est ça sa volonté ».

A l’en croire, « il est placé à un niveau où il sait qui peut continuer le travail qu’il a commencé. Parce que si ce qu’il a commencé s’arrête, ce n’est pas bon pour nous. Nous ne le percevons pas pour le moment », et de poursuivre, « mais le vrai bonheur on ne l’apprécie que lorsqu’on l’a perdu, donc n’attendons pas de le perdre avant de commencer à apprécier. Il sait qui est capable de continuer le travail qu’il a commencé donc faisons lui confiance à ce point. Je sais qu’il a des noms en tète ; je sais qu’il travaille sur des schémas.

Mais Koné a nuancé ses propos : « si le président Henri Konan Bédié est candidat, Ouattara sera candidat et il aura raison ». Expliquant : « si tu estimes que tu es trop vieux que tu veux passer main à une nouvelle génération et tu vois quelqu’un qui est plus vieux que toi qui veut être candidat, c’est que tu peux être candidat ! ».

Pour Bruno Koné « tout tient à comment vont évoluer les choses d’ici là. Si quelqu’un veut se plaindre, il va d’abord se plaindre à Bédié pour dire « tu es trop vieux pour être candidat ». Ceux qui pensaient que le Président Alassane Ouattara souhaitait un 3è mandat jugé anti-constitutionnel par ses pourfendeurs, du fait d’un projet pour la Côte d’Ivoire ; en ont donc pour leur compte. Cette volonté exprimée par certains de ses proches est donc liée à une rivalité avec Bédié.

Karina Fofana

Comment

Rate this item
(0 votes)

Côte d'Ivoire/Nouvelle plateforme de l’opposition: Adjé Dominique (ex-Rdr) adhère au projet du président Bédié Featured

mercredi, 27 février 2019 13:43 Written by

Abidjan,27 fev (DiaspoTv.info)- Adjé Dominique, anciennement membre influent du Rdr, notamment à Bouaflé, qui a décidé de tourner le dos à la case pour sa nouvelle formation politique, le Parti pour la République et la démocratie (Prd), compte prendre sa place au sein de la nouvelle plateforme politique qu’initie le président du Pdci-Rda. Mercredi dernier, il s’est rendu à Daoukro pour non seulement présenter ses civilités au président Henri Konan Bédié mais lui porter de vive voix son projet.

Le nouveau patron du parti pour la Republique et la démocratie (PRD), s’est rendu le mercredi dernier, dans le fief du Sphynx de Daoukro pour, non seulement lui présenter ses civilités, mais aussi lui porter de vive voix son adhésion à la nouvelle plateforme de l’opposition.

 

« En vingt années de militantisme, j'ai fait preuve de dynamisme, d'abnégation et de loyauté envers le parti. Cependant, je n'ai plus à ce jour la force morale, physique, matérielle nécessaire pour continuer la mission qui m'a été assignée par le parti », avait-il déclaré lors de sa demission du RDR, qui est intervenue trois jours avant le congrès constitutif du RHDP, le 26 janvier 2019.

De quoi irriter le president Alassane Ouattara qui, l'on le sait, est catérigoriquement opposé à une quelconque adhésion d'un militant, fut-il ex-membre de son parti, à cette plateforme. « Je pense que ce n’est pas dans l’intérêt de Guillaume Soro de le faire. Et je lui ai dit », avait-il dit de Guillaume Soro dans une interview accordée à RFI, avant d'ajouter : « Il sait ce que j'en pense... »

Silvere Bossiei

diaspoTV.Info

Comment

Last modified on vendredi, 01 mars 2019 13:00
Rate this item
(0 votes)

Réconciliation au sein du FPI: « J’ai demandé à aller saluer Simone, elle n’a pas encore donné de suite », affirme Affi N’Guessan Featured

mardi, 26 février 2019 09:32 Written by

Le président du Front populaire ivoirien (Fpi), Affi N’Guessan, s’est exprimé le samedi 23 février 2019, à Abidjan, sur plusieurs questions dont celle d’un rapprochement entre Simone Gbagbo et lui depuis la sortie de prison de l’ex-Première dame. C’était en marge de la cérémonie d’échanges de voeux des militants avec leur président.
A ce sujet, le président du Conseil régional du Moronou a éclairé la lanterne de l’opinion. « J’ai demandé officiellement à aller saluer Simone Gbagbo à sa sortie de prison. C’est elle qui gère son calendrier. Jusqu’à présent, elle n’a pas encore donné une suite », a fait savoir Affi N’Guessan.

Poursuivant, il a indiqué comprendre la posture de Mme Gbagbo. « Je comprends puisqu’elle s’est positionnée pour le moment dans la dissidence. Donc je comprends qu’on ne se voit pas. Si elle doit me rencontrer, cela veut dire que tous ceux qui sont autour d’elle sont d’accord. Ils savent que cette rencontre à un impact sur l’unité au sein du parti. Donc tant qu’ils n’ont pas fait l’option de l’unité, ils ne vont pas la laisser organiser cette rencontre. Le débat est en leur sein », a-t-il martelé.

Et de relever: « j’ai des échos de sa posture par rapport à la question de l’unité et de la réconciliation en Côte d’Ivoire. Dans certaines prises de position, elle-même le dit clairement qu’elle est favorable à la réconciliation. Ce qui voudrait dire qu’elle n’est pas opposée à l’unité du Fpi. Parce qu’on ne peut pas être pour la réconciliation au niveau de la nation et être contre la réconciliation au sein de son parti », a-t-il conclu sur la question.

Jean Bavane Kouika
Fratmat

Comment

NewsLetter

Souscrivez à notre newsletter afin de recevoir les dernières informations de DiaspoTv.

Ad2