Côte d’Ivoire: Quand le président Bédié situe les enjeux politiques ivoiriens

Côte d’Ivoire: Quand le président Bédié situe les enjeux politiques ivoiriens Featured

Le lundi 29 juillet dernier, le président Bédié et sa délégation se sont rendus à Bruxelles pour s’enquérir des nouvelles du président Gbagbo, à la fin de cette visite qui marque la nouvelle page historique que leur pays est entrain de s’écrire, un communiqué final a été rendu qui se définit comme une feuille de route de l’opposition qui tournait en rond. Le tolet que cette visite suscite, seulement est étonnant. Pourquoi autant de bruits sur cette visite, si elle ne revêt aucune menace ? oui le pouvoir à Abidjan est paniqué et se joue les durs.

Si les deux chefs d’état ont compris que l’heure est grave et qu’il faut s’unir, où est donc le problème ? Pourquoi faire croire que leur volonté est dressée contre la personne de Ouattara ? Ouattara conduit un système méchant, inexorable, antidémocratique et sanguinaire, pour l’enrayer, on n’a pas besoin d’effrayer les ivoiriens qui vivent l’enfer.

Pourquoi, quand les autres s’unissent pour combattre les dangers qui guettent leur pays, on ne parle pas d’alliance d’intérêt mortifère et quand il s’agit de la Côte d’Ivoire, on y voit le diable ? Pourquoi, ce qui unit les autres, quand les pays africains l’empruntent, on crie au loup ? Qui peut confirmer que le système Ouattara, partage de manière équitable, les richesses du pays avec les ivoiriens ? Qui peut confirmer que les ivoiriens vivent dans la paix, la quiétude ? Qui peut rassurer que Ouattara soit un patriote et aime véritablement ses compatriotes pour leur offrir le bien-être et le vivre-ensemble ? Quand un président est incapable d’offrir la vie à ses compatriotes, il faut le chasser purement et simplement et c’est la prise de conscience que les ivoiriens sont entrain de prendre, où est donc le problème ? Il faut le dire, Ouattara est un vrai danger, un despote, un dictateur, un homme d’affaires qui a fait de son pays, un vrai comptoir de commerce et les ivoiriens souffrent.

Le président Bédié, pour marquer sa détermination, s’est prêté à des interviews pour certifier sa volonté et sa démarche pour libérer son pays, ce qui est rare. Sur la radio RFI, le président a été plus que claire. D’abord, il rassure les ivoiriens de l’état de santé de son jeune frère Gbagbo Laurent, ensuite de leur unanime volonté à s’unir pour venir à bout à la dictature du pouvoir en place. Depuis un certain moment, le président Bédié a commencé à jouer son rôle d’opposant et apprend aussi, le pouvoir à accepter de jouer le sien.

La panique gagne le camp du pouvoir qui, autrefois, faisait tout avec force quand il était lié au PDCI RDA, mais les pendules ont changé de direction. La Côte d’Ivoire est vraiment occupée et envahie par la légèreté, l’inculture politique et la faute d’un pouvoir qui n’a d’autre souci que de régler des comptes et chercher à enrichir des clans que d’ouvrir le bonheur sur tous les ivoiriens. Si, M. Alassane Dramane Ouattara conçoit sa démocratie comme affamer, détruire la cohésion sociale, enrichir une minorité au profit de la majorité, vaut mieux l’empêcher dès maintenant que de laisser la situation s’envenimer.

Deux anciens chefs d’état pétris d’expériences, patriotes, se mettent ensemble pour combattre un système et non, une personne. Sous ce régime, les centres hospitaliers universitaires, les CHU, sont devenus des mouroirs, l’insécurité est liguée comme un droit quotidien, l’oppression, la poursuite des cadres valables d’apporter leur savoir-faire, sont injustement condamnés à des lourdes peines d’emprisonnement.

Les ivoiriens ont la peur au quotidien. Si pour une fois, ils prennent conscience de leurs douleurs et désirent se mettre ensemble pour conjurer ce mauvais sort, il est où le problème ? Qui ceux qui sont contre cette démarche salvatrice, qui crient au loup ? Les ivoiriens sont fatigués de vivre l’enfer sur leur propre terre. Les ivoiriens sont désabusés de vivre dans cette gouvernance mensongère.

Les présidents Bédié et Gbagbo, ont pris la mesure de la gravité de la situation, accompagnons-les, car les enjeux politiques qui guettent leur pays, sont trop énormes. Si aimer chez Ouattara, c’est de détruire, trop c’est trop.

Source : Busness & Actuality TV

Read 59 times
Rate this item
(0 votes)

About Author

NewsLetter

Souscrivez à notre newsletter afin de recevoir les dernières informations de DiaspoTv.

Ad2