Dernières Brèves

Rate this item
(0 votes)

Côte d'Ivoire : Commémoration du 59ème anniversaire de l'indépendance de la Côte d'Ivoire à Agboville dans l'Agnéby-Tiassa. Featured

vendredi, 09 août 2019 07:36 Written by

Le mercredi 07 août 2019 à 9h sur la grande voie entre l’Agence de la Cie et le commissariat d’Agboville a été célébré le 59ème anniversaire de l’Indépendance de la Côte d’Ivoire en présence des autorités, des élus, cadres, fils, filles, mouvements politiques, associations, mutuelles et les différentes institutions résidentes de cette localité.

Notons que les autorités, cadres et élus de la région de l’Agnéby-Tiassa n’ont pas manqué à ce grand rendez-vous.

La cérémonie a débuté avec le discours du Préfet de région de l’Agnéby-Tiassa Monsieur Ekponon André, qui a estimé que le département d’Agboville est en bonne position dans le programme social du gouvernement.

Dans cette allocution à la population lors de la célébration du 59ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, il a indiqué qu’au regard d’un certain nombre d’acquis, notamment en matière d’infrastructures routières et sociales, l’on est en droit d’affirmer qu’Agboville n’est pas en reste.

Pour preuve, il a cité les travaux de renforcement des axes routiers Thomasset-Agboville et Agboville-Céchi, en cours de bitumage.

En outre, le Préfet a souligné qu’en ce qui concerne le projet de création d'une unité de potabilisation (adduction d’eau potable) de l’état, les travaux de renforcement du système d’alimentation en eau potable sont en nette progression dans la région.

Attirant l’attention des chefs coutumiers, chefs de terres et notables des différentes circonscriptions de ladite région et départements, Monsieur Ekponon André en sa qualité de Préfet de région et chef suprême de l’administration a tenu à informer et attirer l’attention de la municipalité sur les méventes et l’occupation illicite des terres et terrains non viabilités qui ne s’inscrit pas dans le contexte de l’urbanisation conventionnelle de l’état.

La preuve en est que cela a toujours été sources de litiges et conflits fonciers occasionnant parfois des pertes de vies humaines. Par ailleurs, la cérémonie s’est couronnée par un gigantesque défilé au quel ont pris part différentes organismes, structures, institutions ainsi que les corps militaire, de gendarmerie, de police, des eaux et forêts, des sapeurs-pompiers etc …..

Pour embelir cette journée du 59ème anniversaire de l’Indépendance de la Côte d’Ivoire dans la commune d’Agboville, une journée d’excellence fut organisée par le président du conseil régional de l’Agnéby -Tiassa (son Excellence Mr DIMBA N’GOU Pierre) en l’honneur des 56 meilleures élèves de ladite région. Le prix du meilleur proviseur des lycées fut attribué à Mme Françoise Seqré, proviseur du lycée TELES-SPORT de TAABO) au titre de l’année scolaire 2019.

Faisant donc du LYCEE TELES SPORT de TAABO, le premier en thème de réussite au BAC session 2019 avec un taux de réussite de 86% sur les quatre départements ( Agboville, Tiassalé, Sikensi et Taabo) qui composent la région de l’Agnéby-Tiassa.

En profitant de cette journée inoubliable, Monsieur Dimba N’gou pièrre en sa qualité de président du Conseil de Région de l’Agneby Tiassa et agissant entant que promoteur du système éducatif par excellence a offert des Dons, Kits scolaires et des outils informatiques aux plus méritants des élèves de la région accompagnés des enveloppes en espèce dont le montant varie selon le niveau d’étude et la classe fréquentée.

Ces prix se présentent comme suite : (10000 Fcfa pour les élevés du cp1 au CM1), (20000 Fcfa pour les élèves admis en classe de 6ème ), (3OOOO Fcfa pour les élèves admis au BEPC, (100000 Fcfa pour les élèves admis au BAC).

Au regard du geste et de l’acte de soutien posez par le Conseil Régional de l’Agnéby-Tiassa, toute la population a exprimé sa grande satisfaction et reconnaissance par les micros trottoirs réalisés par les correspondants de DIASPOTV sur place représentés par son chef de production audiovisuel ( MAMO DEMANVILLE).

Pour son dévouement et son ingéniosité en terme d’éducation dans les LYCEES que composent l’Agnéby-Tiassa, un prix spécial de 30 000 FCFA, accompagné d’un ordinateur portatif et un trophée fut offert à Mme la Proviseur du LYCEES SPORT DE TAABO.

Notons aussi, qu’à cette cérémonie il y a eu la participation et l’implication du premier magistrat de la commune d’Agboville du Nom de monsieur N’CHO Acho Albert ( maire de la ville), qui au cours d’une interviews a exprimé sa reconnaissance au chef de l’Etat .

Il a aussi appelé la population à mener des actions de cohésion sociale pour une paix durable afin que les élections de 2020 se passent sans incidents. Quant au sénateur de la région de l’Agneby Tiassa (EKISSI BEHOU) il a emboité les pas au Maire d’Agboville  pour démontrer aux yeux des élus locaux et cadres présents à la cérémonie du 59ème anniversaire de notre indépendance, que la jeunesse Ivoirienne est dotée de grands talents et d’innovations. c'est la cas d'un jeune étudiant en art qui a offert trois tableaux présentant la caricature des trois autorités présentes (le Préfet, le Président du Conseil Régional et le Maire ) de la région.

Ceci a attiré l’attention des autorités présentes à cette cérémonie. C’est au environ de 13 Heures GMT avec la prestation de l’artiste Bilé Didier l’initiateur « du zoulou » et un grand cocktail à la préfecture qu'à pris fin la commémoration du 59ème anniversaire de l'indépendance de la Côte d'Ivoire à Agboville dans l'Agneby-Tiassa.

MAMO DEMANVILLE pour Diaspotv

Comment

Rate this item
(0 votes)

Côte d’Ivoire/ Politique ivoirienne et si Augustin Ouattara avait raison ? Featured

vendredi, 09 août 2019 16:17 Written by

Abidjan, 08 Aout (Diaspotv.info)- Depuis 1996 l’enfant de Katiola, augustin haimtihinmincoh Ouattara alors étudiant à l’université de Bouaké avait déjà commencé à affiché son amour à la politique en faisant librement le choix de brandir le joker Alassane Ouattara comme une alternative pour le développement de la Côte d’Ivoire. L’histoire a-t-elle finie par lui donné raison ?

Les faits qui doivent pousser à écouté l’homme politique.

En  2005, l’homme avait prédit l’arrivé au pouvoir d’Alassane Ouattara et cela lui a valu un séjour en exil au Benin. Mais comme un bon marabout politique  qui ne prend pas à sa clientèle une somme colossale, Augustin Ouattara se signal encore en 2008 pour parler de l’arrivée très prochaine d’Alassane Ouattara au pouvoir et là encore l’homme était considéré comme un déréglé mental. 2011 l’histoire finie par donner raison à l’enfant de Katiola, une raison qui pousse ce dernier à faire une autre  prophétie en 2012, cette fois-ci celle d’un deuxième et troisième mandat pour Ouattara. Les politiques continuent toujours à lui prêté une oreille indifférente et 2015 fini par confirmer sa raison, 2020 est proche écoutons le un peu chers politiques.

Nous ne sommes qu’en 2016, les prochaines joutes électorales en ce qui concerne la présidentielle ivoirienne auront lieu,  en octobre 2020. Mais déjà cette annonce vise à préparer les esprits à une éventuelle troisième candidature du chef de l’État, M. Alassane Ouattara. C’est à l’image de la goutte d’eau qui finit par percer la roche tel que relevé supra. Car si troisième candidature il devrait y avoir (pour l’instant on n’en est pas encore là, jusqu’à preuve du contraire), c’est sûr que cela soulèverait quelques grognements tout au moins, vu que le mandat actuel était supposé être le dernier. C’est dans cette même période que une coalition présidé par le même augustin haimtihinmincoh Ouattara juge alors nécessaire d’une troisième candidature du président Alassane Ouattara, pourquoi selon eux ?

Un troisième mandat au président de la République, Alassane Ouattara, pour favoriser une alternance du pouvoir sans crise politique. Selon Augustin Ouattara, «Depuis que le Président Alassane Ouattara a rendu public sa volonté de quitter le pouvoir en 2020, le pays n’a plus connu de tranquillité car chacun de nos cadres pense être le meilleur acteur pour l’alternance du pouvoir en 2020, ce qui nous a conduit à ce désordre que nous avons constaté depuis un mois avec les mutineries et la grève des fonctionnaires.

Je referme donc la parenthèse. Mais elle était importante celle-ci, pour jeter quelque lumière sur la stratégie actuellement déployée. En vue de préparer les esprits à une annonce éventuelle.
Les médias, détiennent ce pouvoir extraordinaire de préparer les esprits. Et on s’en doute très peu en général. On a l’impression que tout ce qui défile sur les écrans de télévision est fortuits. Que non ! Chaque élément projeté, chaque commentaire véhicule une idéologie certaine. Plus ou moins manifeste. Et je ne le dis pas pour la RTI notre chaîne nationale, mais cela est valable pour tous les médias. Bref, là encore je referme la parenthèse. Ce n’est pas l’objet de cet article.

Je termine. Par des questions. Cette annonce faite, qui suggère au président de songer à un 3e mandat, est-ce une stratégie lancée par le pouvoir en place ou s’agit-il réellement de personnes  »désintéressées » qui en font la proposition ? Seuls eux le savent.
Aussi, si cela devait se faire, ne serait-ce pas la porte ouverte à des mouvements de protestation ?

Et puis un 3e mandat, la constitution le permet-elle ?                              

Silvère Bossiei pour Diaspotv.info

 

Comment

Rate this item
(0 votes)

L'adresse à la nation ivoirienne de Jean Enoc Bah président du C.R.I à l'occasion du 59ème anniversaire de l'indépendance de la Côte d'Ivoire Featured

mercredi, 07 août 2019 15:15 Written by

En ce jour du 7 Août 2019, date commémorative de l'indépendance de notre pays, je voudrais, vous inviter, mes chers compatriotes, à un moment de réflexion et de prise de conscience effective.

Réflexion, parce qu'en cette période précise, alors que le colon français voulais nous attribuer notre indépendance, qui signifie l'acquisition de notre souveraineté nationale et internationale, il a refusé de nous céder l'effectivité des enjeux d'une vraie indépendance en nous maintenant sous tutelle économique, financière et monétaire plus de cinquante ans durant.

Alors qu'à partir des années 2000, notre premier président issu d'une élection démocratique, affichait clairement sa volonté de nous affranchir de cette tutelle coloniale, qu'en 2011, le colonisateur s'est résolu, à reprendre totalement les choses en mains, en nous imposant par la force de ses avions de guerre et toutes sortes d'armes lourdes, avec des cohortes de mercenaires étrangers venus de la sous région, son gouverneur à la place du président que notre peuple à choisi à la suite pourtant d'une élection qui en réalité n'était pour le colon qu'un prétexte afin de faire aboutir le plus long coup d'état de l'histoire de l'humanité.

Ce gouverneur donc qui s'attèle chaque jour à garantir et à promouvoir les intérêts du colonisateur et de ses complices internationaux, au détriment des intérêts du peuple de Côte d'Ivoire qui se trouve aujourd'hui marginalisé sur tous les plans ayant même interdiction à revendiquer son identité, au risque de se voir taxé de xénophobe, et subir des attaques en règle d'allogènes représentants 55% à ce jour de la population ivoirienne.

C'est pourquoi, cher compatriotes, au regard de tout ce qui précède, ce jour, mon âme est triste, envahie par la peur des expropriations nombreuses dont nous continuons à être victime et de la menace acerbe de repeuplement qui s'inscrit dans les actes de ce gouvernement de Côte d'Ivoire, que je vous invite, à ne point vous laisser distraire, par une soit disant indépendance, qui n'en est vraiment pas une.

L'heure est donc grave pour chaque ivoirienne et ivoirien, que tu sois du Nord, de l' Ouest, du Sud, de l'Est ou du centre. Ainsi donc, si nous voulons exister, il nous faudra dès maintenant revenir à une union sacrée de nos peuples, afin de ne pas un jour disparaître de cette planète en tant que peuple.

Car si l'on nous refuse aujourd'hui notre identité, que serions nous demain ? pour finir, J'appelle chaque ivoirienne et ivoirien, à se tenir prêt pour la véritable lutte pour notre indépendance perdu le 11Avril 2011, et, à travers un sursaut national, qui passe nécessairement par le départ du gouverneur français de la communauté internationale Alassane Ouattara, de la tête de notre pays, afin qu'à travers des élections transparentes et ouvertes, nous puissions désigner un président de la république pour notre pays en 2020.

Vive la Côte d'Ivoire.

La lutte continue

M. Jean Enoc BAH, ex-Président de la défunte CNC (Coalition Nationale pour le Changement) et actuel Président-fondateur du CRI (Congrès pour la Renaissance Ivoirienne)

Comment

Rate this item
(0 votes)

DEPUIS LA BELGIQUE , LE PRÉSIDENT LAURENT GBAGBO ÉCRIT À L'EX PRESIDENT BÉNINOIS NICEPHORO SOGLO. Featured

lundi, 05 août 2019 08:03 Written by

Politique : Une délégation du FPI de Laurent Gbagbo au domicile de l’ancien couple présidentiel béninois SOGLO

L’ancien couple présidentiel béninois Nicéphore et Rosine Soglo a reçu à son domicile à Cotonou une forte délégation du Front Populaire Ivoirien de Laurent Gbagbo à son domicile ce vendredi 02 aout 2019. Forte de 5 personnes, la délégation était conduite par le vice-président du parti Justin Koné Katina, ancien ministre ivoirien du budget, actuel Porte-parole du président Laurent Gbagbo. Ce dernier était assisté du Secrétaire Général Adjoint du Fpi, Seydou Soro, du Secrétaire de la coordination Fpi section Togo-Bénin, du représentant du Fpi à Cotonou, Guy Konan Anselme et d’un membre du parti Bruno Ahouanmagnagahou, ivoirien d’origine béninoise. Les échanges empreints de convivialité ont duré plus d’une heure.

Au début de la séance, la présidente Fondatrice du Parti la Renaissance du Bénin a souhaité la bienvenue à ses visiteurs. Elle a insisté sur la loyauté des membres de la délégation qui malgré les épreuves et l’exil sont restés fidèles à leur parti et à leur leader l’ancien président de la République de Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo. La président Rosine Vieyra-Soglo n’a pas manqué de souligner l’absence du président en exercice de son parti, Léhady Soglo, lui aussi actuellement en exil pour son combat politique.

A sa suite le président Nicéphore Soglo s’est montré très sensible à la lutte du Fpi et s’est engagé à œuvrer davantage pour l’unité et la paix définitive en Côte d’Ivoire, un pays frère au Bénin.

A son tour, l’ancien ministre ivoirien, chef de la délégation et porte-parole du président Gbagbo a exprimé toute sa gratitude à ses hôtes pour la chaleur de l’accueil qui leur a été réservé. Il a annoncé être porteur d’un message personnel du président Gbagbo à son frère et ami le président Nicéphore Soglo. Un message contenu dans un courrier dont la teneur n’a pas été divulguée.

D’autres sujets ont meublé les échanges entre les deux parties notamment les questions de l’intégration sous régionale à travers la prochaine monnaie commune. Il a été également évoqué la Renaissance de l’Afrique notamment le devoir de mémoire sur la traite des noirs. Les nombreux conflits en cours sur le continent africains ont retenu les attentions.

Il faut dire que le Président Laurent Gbagbo bien qu’acquitté par la Cour Pénale Internationale (Cpi) depuis 15 janvier 2019 est confiné à Bruxelles où ses mouvements sont limités dans un périmètre déterminé par la Cour. Il est interdit de se prononcer publiquement, directement ou par personnes interposées sur l’affaire ayant fait l’objet du procès. Son message peut s’expliquer par les initiatives prises par le Forum des anciens chefs d’Etat africains dont le président Nicéphore Soglo est le vice-président afin de faire accélérer la libération du prévenu puis son retour au pays. D’autres initiatives du forum des anciens chefs d’Etat sont prévues dans les jours à venir dans le but de réconcilier les filles et fils ivoiriens entre eux.
La délégation a quitté le domicile de l’ancien couple présidentiel béninois très satisfaite.

Fait à Cotonou le 02 aout 2019
Le Service de Presse du président Nicéphore Dieudonné Soglo

SERVICE COMMUNICATION FPI

Comment

Scoop

Aucune photo n’est venue immortaliser la rencontre, qui s’est tenue…
La nouvelle fait l’effet d’une petite bombe. Opposition, voix de…
Rate this item
(0 votes)

Côte d’Ivoire: Quand le président Bédié situe les enjeux politiques ivoiriens Featured

vendredi, 02 août 2019 16:57 Written by

Le lundi 29 juillet dernier, le président Bédié et sa délégation se sont rendus à Bruxelles pour s’enquérir des nouvelles du président Gbagbo, à la fin de cette visite qui marque la nouvelle page historique que leur pays est entrain de s’écrire, un communiqué final a été rendu qui se définit comme une feuille de route de l’opposition qui tournait en rond. Le tolet que cette visite suscite, seulement est étonnant. Pourquoi autant de bruits sur cette visite, si elle ne revêt aucune menace ? oui le pouvoir à Abidjan est paniqué et se joue les durs.

Si les deux chefs d’état ont compris que l’heure est grave et qu’il faut s’unir, où est donc le problème ? Pourquoi faire croire que leur volonté est dressée contre la personne de Ouattara ? Ouattara conduit un système méchant, inexorable, antidémocratique et sanguinaire, pour l’enrayer, on n’a pas besoin d’effrayer les ivoiriens qui vivent l’enfer.

Pourquoi, quand les autres s’unissent pour combattre les dangers qui guettent leur pays, on ne parle pas d’alliance d’intérêt mortifère et quand il s’agit de la Côte d’Ivoire, on y voit le diable ? Pourquoi, ce qui unit les autres, quand les pays africains l’empruntent, on crie au loup ? Qui peut confirmer que le système Ouattara, partage de manière équitable, les richesses du pays avec les ivoiriens ? Qui peut confirmer que les ivoiriens vivent dans la paix, la quiétude ? Qui peut rassurer que Ouattara soit un patriote et aime véritablement ses compatriotes pour leur offrir le bien-être et le vivre-ensemble ? Quand un président est incapable d’offrir la vie à ses compatriotes, il faut le chasser purement et simplement et c’est la prise de conscience que les ivoiriens sont entrain de prendre, où est donc le problème ? Il faut le dire, Ouattara est un vrai danger, un despote, un dictateur, un homme d’affaires qui a fait de son pays, un vrai comptoir de commerce et les ivoiriens souffrent.

Le président Bédié, pour marquer sa détermination, s’est prêté à des interviews pour certifier sa volonté et sa démarche pour libérer son pays, ce qui est rare. Sur la radio RFI, le président a été plus que claire. D’abord, il rassure les ivoiriens de l’état de santé de son jeune frère Gbagbo Laurent, ensuite de leur unanime volonté à s’unir pour venir à bout à la dictature du pouvoir en place. Depuis un certain moment, le président Bédié a commencé à jouer son rôle d’opposant et apprend aussi, le pouvoir à accepter de jouer le sien.

La panique gagne le camp du pouvoir qui, autrefois, faisait tout avec force quand il était lié au PDCI RDA, mais les pendules ont changé de direction. La Côte d’Ivoire est vraiment occupée et envahie par la légèreté, l’inculture politique et la faute d’un pouvoir qui n’a d’autre souci que de régler des comptes et chercher à enrichir des clans que d’ouvrir le bonheur sur tous les ivoiriens. Si, M. Alassane Dramane Ouattara conçoit sa démocratie comme affamer, détruire la cohésion sociale, enrichir une minorité au profit de la majorité, vaut mieux l’empêcher dès maintenant que de laisser la situation s’envenimer.

Deux anciens chefs d’état pétris d’expériences, patriotes, se mettent ensemble pour combattre un système et non, une personne. Sous ce régime, les centres hospitaliers universitaires, les CHU, sont devenus des mouroirs, l’insécurité est liguée comme un droit quotidien, l’oppression, la poursuite des cadres valables d’apporter leur savoir-faire, sont injustement condamnés à des lourdes peines d’emprisonnement.

Les ivoiriens ont la peur au quotidien. Si pour une fois, ils prennent conscience de leurs douleurs et désirent se mettre ensemble pour conjurer ce mauvais sort, il est où le problème ? Qui ceux qui sont contre cette démarche salvatrice, qui crient au loup ? Les ivoiriens sont fatigués de vivre l’enfer sur leur propre terre. Les ivoiriens sont désabusés de vivre dans cette gouvernance mensongère.

Les présidents Bédié et Gbagbo, ont pris la mesure de la gravité de la situation, accompagnons-les, car les enjeux politiques qui guettent leur pays, sont trop énormes. Si aimer chez Ouattara, c’est de détruire, trop c’est trop.

Source : Busness & Actuality TV

Comment

Rate this item
(0 votes)

Bangolo / Education: un cadre offre des tables bancs et prend en charge l’inscription en ligne des élèves Featured

jeudi, 01 août 2019 19:33 Written by

Dah, le village natal de Serey Dié  dans le département de Bangolo (ouest)  était en fête le samedi dernier. Et pour cause, un groupe de cardes du département  conduit  par Charles Ludovic  Goulia, conseiller municipal délégué à la mairie de Koumassi, a fait  plusieurs dons importants dans ce village. Cent tables bancs ont été offertes à la deuxième école primaire de cette localité ainsi que des équipements sportifs. Prenant la parole, le donateur situé le contexte particulier de son geste. « Notre région sort d’une crise qui l’a défiguré et mis en retard sur le chemin du développement. En tant que fils du Guémon, notre rôle est de contribuer à donner un sourire à nos parents en améliorant leur condition de vie. Et la meilleure manière de  s’occuper d’eux c’est de commencer par le temple du savoir qui est l’école pour une formation de qualité de nos enfants », a déclaré Ludovic Goulia.

Le collaborateur de Cissé Bacongo a lancé un appel à tous  les fils du département à l’union en vue d’apporter en ce qui le concerne chacun sa pierre à l’édifice. Ludovic Goulia et son équipe ont informé la population de la prise en charge par eux de l’inscription en ligne des élèves du secondaire de ce village de plus cinq mille âmes pour la rentrée prochaine. Une nouvelle reçue évidement avec un tonnerre d’applaudissement par la population qui n’a pas manqué de remercier le donateur et son équipe.

Réceptionnant les tables bancs, le directeur régional de l’éduction  national, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle de Duekoué, Coulibaly Apa Patrice a exprimé la gratitude de la ministre Kandia Camara au donateur. Pour lui, cet équipement vient renforcer la capacité d’accueil des élèves et permettra au village de Dah d’abriter l’année prochaine un centre d’examen du certificat d’étude du premier cycle  élémentaire (cepe) et de l’entrée en 6e. Pour terminer, le drenetfp a lancé un appel aux cadres de la région à faire comme Ludovic Goulia pour le bonheur de leurs enfants.

 

Tonia ZONSEDOUE

Comment

Last modified on jeudi, 01 août 2019 19:39
Rate this item
(0 votes)

Duekoué: Paix et cohésion, Flan Moquet César« Il faut puiser dans ce que nous avons vécu pour édifier une nation unie et plus forte » Featured

jeudi, 01 août 2019 19:26 Written by

Le président  du centre de recherche politique d’Abidjan et son équipe ont posé leur valise à la salle des fêtes de la mairie de Duekoué, la capitale de la région du Guémon (ouest) le jeudi dernier. Il s’agit de la 9e et dernière étape (à l’intérieur du pays) des tournées sensibilisations à la paix et à la cohésion sociale initiées par ladite structure. Une campagne de sensibilisation faite d’une causerie débat autours du thème « dialogue politique en côte d’ivoire ». C’est une lucarne offerte par le centre de recherche politique à la population pour donner son point de vue sur le déroulement processus de réconciliation national  et du dialogue politique ivoirien.

Interrogés sur le thème du jour, les représentants des partis politiques, les chefs religieux, les leaders de jeunesse et des femmes ne sont pas passés par quatre chemins. Vu  la spécificité de la ville martyrs de Duekoué, les causes données par la population sont nombreuse et les propositions diverses. « Nous sommes venu donner l’occasion aux populations de cette région pour dire ce qu’elles avaient au fond d’elles même par rapport à la question de la réconciliation, de la cohésion sociale à Duekoué et en côte d’ivoire. Les causes ont été nommés, les obstacles inhérentes à la réconciliation ont été abordés, notamment la question du foncier rural, le chômage des jeunes, la mésentente entre les  leaders politiques et bien d’autres… », a déclaré césar Moquet Flan directeur du centre de recherche politique d’Abidjan interrogé à la fin de la cérémonie.

Au soir des interventions, l’organisateur se dit satisfait de du niveau du débat. Les données collectées serviront à constituer un rapport qui sera remis aux autorités étatiques ivoiriennes pour servir de catalyseur en vue d’un processus de réconciliation réussit. «Nous avons atteint notre objectif qui consiste à laisser les différentes  populations s’exprimées sur la question de la réconciliation et du processus du dialogue politique en côte d’ivoire, de sorte qu’a partir des données collectées nous puissions rédiger un document stratégique, un document d’orientation décisionnel », a fait savoir le docteur César Moquet Flan.

 Après l’intérieur du pays, le centre ivoirien de recherche politique met le cap sur la capitale économique ivoirienne où une rencontre semblable est prévue. Pour la boucle, César Moquet Flan compte réunir la classe politique ivoirienne au sommet autours d’une table afin qu’elles se prononcent  sur la question de la réconciliation et la cohésion sociale.

Une démarche forte appréciée par les participants qui ont fait le plein de la salle. Ils ont par la voix de Guillaume Gadé président départemental du conseil national de la jeunesse de côte d’ivoire (cnjci) lancé un appel au gouvernement ivoirien pour des élections apaisées en 2020. « La véritable paix passe par les principaux leaders politiques et non la population. La crise poste électorale de 2011 est partie de la commission électorale indépendante (cei). Aujourd’hui la composition de cette commission ne fait pas de consensus avec les partis de l’opposition. Néanmoins, la loi sur cette cei a été adopté par le parlement. Ne sommes- nous pas en train de semer les germes d’une autre crise ? », S’est il interrogé avant de demander au docteur César Moquet Flan de traduire les craintes de la population du Guémon aux autorités compétentes quant à d’éventuelles crises liées aux élections dont elle en a marre.

Pour le docteur Flan qui a écouté religieusement pendant deux d’horloge les participants, les populations ont montré un engouement. Cela signifie qu’elles ont un fort désir de paix, de cohésion sociale. Il les a appelé à croire en leur pays qui est à la croisées des chemins. « Une grande nation se bâtie sur la base des progrès mais aussi sur la base des traumatismes. C’est la somme des traumatismes et des succès qui permettent  de construire une nation solide. Il faut puiser dans ce que nous avons vécu pour édifier une nation une et plus forte », a t- il conclut.

 

Tonia ZONSEDOUE pour DiaspoTV

Comment

Last modified on jeudi, 01 août 2019 19:52
Rate this item
(0 votes)

Côte d’Ivoire/ crise postélectorale de 2011, Une ONG plaide pour la libération des vingt-quatre personnes dont 6 civils et 18 corps habillés) encore en détention Featured

mercredi, 31 juillet 2019 20:04 Written by

Abidjan, 31 juillet (DiaspoTVINFO)-L’ association des femmes et familles des détenus d’opinion en Côte d’Ivoire( AFFDO-CI), ONG œuvrant pour la défense et la protection des droits humains en général et des droits humains catégoriels spécifiques des personnes d’opinion et des détenus d’opinion, présidée par DESIREE DOUATI, a dans un communiqué dont DiaspoTV a reçu copie, plaidé pour la libération de vingt-quatre personnes liées à la crise postélectorale de 2011, dont 6 civils et 18 corps habillés sont encore en détention dans cinq prisons officielles en Côte d’Ivoire à la suite de l’ordonnance d’amnistie prise par le Chef de l’État le 06 août 2018.

Pour BAHIBO JEAN SEVE, secrétaire général de ladite l’ONG, la décision du chef de l’État, Alassane Ouattara et de l’ensemble de son gouvernement d'amnistier 800 personnes dont Simone Gbagbo, l'ex première dame de Côte d'Ivoire est salutaire mais reste encore incomplète en raison du maintien en détention de vingt-quatre (24) personnes liées à cette même crise, dont 6 civils et 18 corps habillés, d’où la raison de ce plaidoyer.

« Suite à la décision d’amnistie accordée à 800 citoyens Ivoiriens dont Simone Gbagbo, l'ex première dame de Côte d'Ivoire le 06 août 2018, nous voudrions remercier de prime abord les autorités Ivoiriennes pour cet acte qui participe à la réconciliation entre les fils et filles de la Côte d’Ivoire. Ensuite remercions les chancelleries, les Organisations de Défense des droits humains et le Conseil National des droits de l'Homme en Côte d’Ivoire pour leurs interventions diplomatiques, politiques et sociales qui ont abouti à la libération le 25 juin dernier des sept Ivoiriens détenus à la prison centrale de Monrovia depuis 2013. Enfin nous estimons que pour la réconciliation les vingt-quatre (24) personnes liées à cette même crise, dont 6 civils et 18 corps habillés encore dans les geôles de cinq prisons du pays doivent rejoindre leurs familles respectives afin de rendre complète la décision d’amnistie du chef de l’État Alassane Ouattara », a-t-il expliqué avant de lancer UN CRI DE COEUR quant à la libération des vingt-quatre civils et corps habillés encore dans les liens de détention.

L’AFFDO-CI  tient  aussi rappelé à l’opinion nationale et internationale qu’au cours des six derniers mois, l’opinion a assistée à plusieurs arrestations des personnes d’opinion et des ex-détenus d’opinion. « On pourrait par exemple citer certains faits que nous qualifions de cas emblématiques » :
l’arrestation et l’écrou de Mr Alain Lobognon Député de la nation sans tenir compte de son immunité parlementaire suite à un tweet dénonçant un troisième mandat du chef de l’État
Le maintien en détention de Mr Soro dit carton noir dénonçant certaines pratiques irrégulières des hommes en tenue.

La privation de prise de parole en public de MR N’DRI VALENTIN, Président de la Jeunesse urbaine du PDCI-RDA premier parti politique de Côte d’Ivoire. 
L’arrestation au cours d’une séance de travail du secrétaire National de la JFPI et trois de ses collaborateurs à Yopougon par des éléments non identifiés sans aucun motif et gardés pendant 48h à la préfecture de police.

L’enlèvement des sieurs Koffi Serges et Koudou Jean Didier ex détenus à une destination inconnue depuis le 14 JUILLET 2019 jusqu’à ce jour.
L’arrestation au sein de la CEI et la garde à vue du président des indignés de COTE d’IVOIRE et quatre de ses collaborateurs puis un journaliste répondant à une séance de travail dans ladite institution.
« Au regard de ces faits d’arrestation et de détention nous attestons que les droits fondamentaux élémentaires de ces personnes n’ont pas été observés d’où nous en déduisons que ces actes relèvent de l’arbitraire des gouvernants voulant intimider les citoyens qui souhaiteraient s’exprimer librement » a-t-il poursuivit. 
L’AFFDO-CI a par la suite réitéré ces remerciements à l’endroit des organisations nationales comme internationale et des instituts des droits de l’homme pour la libération des sept Ivoiriens détenus Monrovia au Libériaet leur a rappelé que beaucoup restent à faire pour que les droits humains soient respectés par tous et pour tous. Enfin elle a invité les gouvernants à favoriser la réconciliation nationale en impliquant tous les Ivoirienssans distinction.
 
Silvere Bossiei pour diaspoTV.Info

 

Comment

NewsLetter

Souscrivez à notre newsletter afin de recevoir les dernières informations de DiaspoTv.

Ad2