Tourisme & Loisir

Tourisme & Loisir (9)

Dernières Brèves

Carte postale de Guinée : un pays magnifique à découvrir

lundi, 21 août 2017 12:11 Written by
Carte Postale est une nouvelle rubrique initiée et qui, comme son nom l’indique, présente quelques aspects d’une ville, d’un village ou d’un pays d’Afrique. Dans ce premier numéro, il est question de présenter aux lecteurs d’AFRIK.COM la Guinée, un pays d’Afrique de l’Ouest.
 

La Guinée n’est certes pas facile d’accès en voiture, mais reste un beau pays à découvrir. Pays d’Afrique de l’Ouest, son relief est exceptionnel avec des villages qui culminent parfois à plus de cinq cents mètres de hauteur. La richesse de son sol et de son sous-sol, encore sous exploitée promet des lendemains meilleurs à ce pays en quête de ressources humaines.

Des routes à reconstruire....

Cote d’Ivoire/ Coulisses du Sita /2017 : à la découverte de l'école hôtelière de Grand Bassam (EHB).

lundi, 01 mai 2017 12:16 Written by

«  Le salon international du tourisme d'Abidjan  qui se tien du 28 au 1er Mai a été l’occasion pour l’équipe de diaspotv.info d’aller à la rencontre de certains établissements d’excellence  hôtelières qui exercent en Cote d’Ivoire ; parmi eux nous avons été impressionné par la qualité de la formation dispensée à  l'école hôtelière de Grand Bassam (EHB) »

 Mlle sofia smouni, étudiante en cuisine à l'école hôtelière de Grand Bassam et blagueuse culinaire: " notre école est la meilleure".

Apres  la cérémonie officielle, la coupure du ruban et la visite des stands on s’est intéressé au stand  l'école hôtelière de grand Bassam dirigé par son directeur General monsieur Hakim serhiini et crée en 2016.

Initialement notre école propose le brevet de technicien option cuisine professionnelle, le brevet de technicien option technique hôtelière mais aussi une  spécialisée sur  le secteur dé compétence de La formation aux métiers dé l’hôtellerie, le Bachelor en maintenance hôtelier mais aussi des spécialisations a la restauration, spécialisations en cuisine, spécialisation en hébergement, spécialisations en gestion et administration hôtelière

 

Les termes dé qualités, le contenus dès programmes de formation et de diplômassions, que propose l’EHB sont la république parfaire de l’école hôtelière de Genève, une école suisse centenaire avec qui elle a une convention de coopération et de partenaires privilégiés de l’école hôtelier de Casablanca (EHC).

 

Notre  objectifs : c’est d’offrir une formation hôtelière de classe mondiale a nos étudiants et auditeurs afin d’aligner leurs pratiques professionnelles sur les standards internationaux.

 Notre cible sont les nouveaux bacheliers, les étudiants, les professionnels en activités, les chômeurs.

 

Au dire de Mlle Sofia smouni  l’école hôtelière de grand Bassam va organiser les journées portes ouvertes les 05 et 06 mai ,2017 . «  Nous faisons aussi  le brevet de techniciens (BT) avec 3ans de formation », il faut signaler que l’école hôtelière de grand Bassam a des ouvertures sur l’emploi :

Les fonctions transversale de l’entreprise, le management hôtelier, les métiers du management dans l’industrie hôtelière, de Directeur d’hôtel ou résidence hôtelière, de  Directeur de restauration, de Directeur d’hébergement, gouvernante générale ctc  …

«  Nous invitons toutes les personnes désireuse de faire carrière dans le monde de l’hôtellerie et de la cuisine de venir chez nous pour recevoir une formation au standard  international  à moindre cout » à t elle conclue.

T.Eugène

 

 

Côte d’Ivoire/ Une société ouvre le transport lagunaire aux usagers d’Abidjan

mardi, 18 avril 2017 16:52 Written by


La société de transport lagunaire (STL) a démarré ses activités commerciales au bénéfice des usagers abidjanais, a annoncé samedi son directeur général adjoint, David Fofana, lors d’une cérémonie de présentation.

« Nous démarrons, à compter de ce jour (samedi), nos activités commerciales avec une flotte de six bateaux », a déclaré M. Fofana, soulignant que le nombre de bateaux sera porté à 16 d’ici juin prochain.

« C’est une bouffée d’oxygène pour les populations de la capitale économique ivoirienne », s’est félicité un agent de voyage, Mambo Géromé, lors d’une balade lagunaire à bord du « Bassam », l’un des six bateaux. Pour lui, le démarrage des activités de la STL marque l’effectivité de la libéralisation du transport lagunaire. « Le transport lagunaire, est une alternative viable », a déclaré M. Mambo.

La STL, dotée d’un capital de trois milliards de FCFA, est spécialisée dans le transport public par voie lagunaire et dans la navigation de plaisance. Elle ambitionne de transporter en toute sécurité les personnes et les biens selon les standards internationaux en vue d’améliorer la mobilité des populations abidjanaises.

Silvere Gael Bossiei pour DiaspoTv

Le tourisme dans la Zone UEMOA : quel positionnement pour le Sénégal et la Côte d’Ivoire ?

lundi, 20 mars 2017 08:38 Written by
Le tourisme est classé au rang de priorité dans l’ensemble des pays de la zone UEMOA, qui ambitionnent de faire de ce secteur un levier de croissance économique. Pourtant depuis plusieurs années, on assiste à une stagnation, voire un recul important de ce secteur dans la zone avec une chute en 2016 de l’ordre de 6 % des activités.
 

Avec pas moins de 3 pays (Niger, Burkina Faso, Mali) classés sous « ligne rouge » par les pays occidentaux, qui demeurent en grande partie les gros pourvoyeurs de touristes, la zone UEMOA a bien du mal à décoller. Un constat amer qui laisse également paraitre des disparités entre les 8 pays de la zone (Benin, Burkina Faso, Côte d’ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo) en matière de politique touristique. Pourtant, se souvient-on, en 2008 lors d’une réunion de concertation des ministres en charge de ce secteur tenue à Niamey, une décision de politique commune avait été prise afin de booster le tourisme en zone UEMOA. Depuis lors, quasiment rien d’existant en terme de politique commune, reléguant ainsi les pays de l’Union Économique Monétaire Ouest Africaine parmi les destinations, à fort potentiel, les moins sollicités.

Toutefois dans cette hécatombe du tourisme en zone UEMOA, deux pays sortent du lot, et représentent à eux seuls près des 2 tiers l’activité touristique dans la zone. Il s’agit de la Côte d’Ivoire et du Sénégal. Selon les rapports présentés par la société Jumia Travel, spécialisée dans le voyage en Afrique, ces deux pays ont connu en 2015 et 2017 une amélioration significative en dépit du contexte globale dans la zone. « La Côte d’Ivoire et le Sénégal sont deux pays qui ont connu ces deux dernières années une amélioration du secteur touristique. Pour le compte du Sénégal, le pays a atteint à nouveau la barre de 1,5 million de touristes alors qu’on avait plus connu cela depuis 2012. Pour la Côte d’Ivoire, le retour à la stabilité politique et économique a donné un nouveau souffle à ce secteur, malgré l’attentat terroriste de Grand Bassam la Côte d’Ivoire est toujours parmi les destinations les plus prisées, même si on note une baisse d’activité à hauteur de 0.9% en 2016 » , Explique Guillaume Pepin, directeur Afrique de l’Ouest de ladite structure.

Les « locomotives » du tourisme en zone UEMOA

En l’absence d’une politique Commune du tourisme qui aurait pour objectif de faire de l’Union un pôle majeur de développement touristique en Afrique avec le développement d’une offre touristique de qualité dans l’espace communautaire, et l’amélioration de la visibilité et de la compétitivité des destinations de l’UEMOA, la Côte d’Ivoire et le Sénégal, les deux plus grandes économies de la zone et plus expérimentés en matière de politique touristique, pourraient fort bien se positionner en locomotives de ce secteur, si ce n’est déjà naturellement le cas. Un prenant ainsi le lead sur le devenir de ce secteur dans la zone, ils pourraient contribuer à « réveiller » le potentiel des autres pays et montrer la voie. Le partage d’expérience et des acquis serait dès lors indispensable pour une harmonisation des efforts.

Le tourisme dans l’espace communautaire présente un potentiel important et des richesses distinctives sur le plan naturel, culturel, historique, architectural, etc… Il convient cependant de noter qu’une large part des richesses touristiques de l’UEMOA reste non valorisée et méconnue du grand public.

Scoop

L’Abissa Tour 2017 dont le leitmotiv est « un produit…
Le constat est de l’organisation Mondiale du Tourisme (OMT) qui…
Carte Postale est une nouvelle rubrique initiée et qui, comme…

Le numérique en appui au développement du tourisme et de l’hôtellerie en Côte d’Ivoire

jeudi, 16 mars 2017 13:43 Written by
La Côte d’Ivoire s’attelle davantage à réduire la fracture du numérique. Selon l’indice de développement des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), la Côte d’Ivoire a enregistré une forte progression en 2016. Cette évolution des Technologies de l’Information et de la Communication, est toute aussi bénéfique pour d’autres secteurs d’activité économique tels que le tourisme et l’hôtellerie.
 

L’internet et les médias sociaux aident à la révolution du secteur de tourisme et de l’hôtellerie. Selon le rapport 2017 produit par Jumia Travel sur le secteur du tourisme ivoirien, la Côte d’Ivoire a enregistré, avec plus de 7,5 millions d’abonnés à internet, un taux de pénétration d’internet de plus de 31% en 2016. Ce taux évolutif, soutenu par ce nombre croissant d’abonnés, constitue un facteur important de développement du secteur.

Ainsi, le secteur de l’hôtellerie, qui a connu un réel essor en Côte d’Ivoire ces cinq dernières années et qui pâtissait d’un problème de compétence et de formation de ses acteurs, tend aujourd’hui à se professionnaliser, avec des acteurs mieux formés dans leur domaine qu’est l’hôtellerie, mais aussi à l’usage de l’outil informatique. Les applications mobiles, les outils d’autonomisation et bien d’autres services en ligne ouvrent un nouveau champ avec davantage de potentiels clients aux hôtels.

De plus, les acteurs du tourisme ivoirien eux-mêmes, utilisent l’internet pour la promotion des sites touristiques du pays aussi bien sur leur site internet que sur les média sociaux tels que Facebook, Instagram, twitter bien d’autres. Des efforts sont certes faits à travers de nouvelles initiatives qui naissent sur la toile ivoirienne mais l’e-tourisme reste encore faible. Le secteur devrait néanmoins connaître une évolution d’ici 2026 grâce aux prévisions des autorités ivoiriennes qui entendent atteindre un taux de pénétration à internet estimé à 50%. Cela devrait également permettre de dynamiser ce secteur, l’accès à internet étant aussi un levier important de développement touristique et de promotion de la destination Côte d’Ivoire.

Dans le domaine du voyage par exemple, nombreux sont ceux qui utilisent de plus en plus l’outil internet pour planifier leur déplacement, leur permettant ainsi de gagner en temps et en efficacité.

Tourisme en Côte d’Ivoire : un rapport révèle des chiffres clés

mardi, 07 mars 2017 15:17 Written by
L’économie ivoirienne connaît une stabilité remarquable depuis les cinq dernières années. Le pays note un renforcement de la confiance des investisseurs. Ces derniers font de plus en plus de la destination Côte d’Ivoire l’une des plus recommandées en matière d’affaires fructueuses.

L’économie ivoirienne connaît une stabilité remarquable depuis les cinq dernières années. Le pays note un renforcement de la confiance des investisseurs. Ces derniers font de plus en plus de la destination Côte d’Ivoire l’une des plus recommandées en matière d’affaires fructueuses.

Avec une croissance estimée à 9% en 2016, la Côte d’Ivoire doit sa performance sous-régionale au dynamisme de ses secteurs d’activités dont le tourisme. Constituant une part importante dans l’essor économique, ce secteur dynamique est en pleine croissance comme le démontre le rapport produit par la plateforme panafricaine de voyage Jumia Travel, un acteur du tourisme en Afrique. Dénommé « Hospitality Report », ce rapport met en exergue les facteurs de développement du tourisme, qui reste un secteur d’avenir pour l’économie ivoirienne.

Depuis 2014, le secteur du tourisme et du voyage constitue 4.8% du Produit Intérieur Brut (PIB) ivoirien. Pour l’année 2017, la prévision est d’environ 7%. Cette contribution devrait connaître une hausse moyenne d’environ 5.6% par an jusqu’en 2026. Ce qui révèle la progression de l’apport du secteur au développement économique du pays.

Le tourisme comme facteur de développement économique

419 milliards de francs Cfa, c’est la recette générée par le secteur du tourisme ivoirien en 2015. Avec un apport considérable du tourisme d’affaires (56%) et de loisir (44%). Le pays ayant en vue l’organisation de plusieurs grandes rencontres telles que les Jeux de la Francophonie 2017 et la Coupe d’Afrique des Nations 2021, ces apports devraient connaître une croissance considérable.

Si la Côte d’Ivoire est un modèle économique en Afrique de l’Ouest francophone, il n’en demeure pas moins pour le secteur du tourisme et du voyage. La destination Côte d’Ivoire est davantage prisée par les touristes étrangers qui constituent 11% des recettes touristiques. Selon ce rapport, le pays a atteint la barre du million de voyageurs internationaux en 2015 et la compagnie nationale aérienne Air Côte d’Ivoire a accueilli plus de 1,8 million de passagers au cours de l’année 2016, soit une hausse de 11% de son trafic.

Avec l’installation massive de grandes chaînes hôtelières en terre ivoirienne et la mise en chantier de plusieurs sites touristiques, le secteur a permis la création de 101 000 emplois directs dans le courant de l’année 2015. En 2016, le secteur touristique a toutefois enregistré une baisse d’activité de 0.9% ; une situation due à l’attaque terroriste qui a touché la cité balnéaire de Grand-Bassam en mars 2016. Mais les prévisions de l’« Hospitality Report » annoncent une hausse de 2.6% à partir de 2017, et ce, jusqu’en 2026, avec la création d’environ 129.000 emplois directs supplémentaires.

Le numérique pour le développement du tourisme ivoirien

Selon le rapport de l’indice de développement des Technologies de l’information et de la communication (TIC) en 2016, la Côte d’Ivoire, en bonne voie pour la réduction de la fracture numérique, passe de la 139e à la 132e place, sur 175 pays dans le monde. De plus, entre 2014 et 2016, le taux de pénétration à internet a connu une hausse considérable. Il est estimé à 31,25% pour le compte de l’année 2015, soit 7,5 millions d’abonnés à internet dont presque 100% d’abonnés mobiles. Ce qui favorise le développement du secteur du e-commerce qui connaît également sa vitesse de croisière sur le territoire depuis 2014 avec l’installation de plusieurs start-up de vente en ligne. Quant à l’e-tourisme ivoirien, il peine encore, malgré ce taux de pénétration de plus en plus important.

Le rapport 2017 de Jumia Travel met en exergue non seulement les points forts qui constituent les facteurs de développement du tourisme ivoirien mais aussi les axes d’amélioration dont doivent tenir compte les autorités compétentes pour une Côte d’Ivoire émergente avec une revalorisation du secteur touristique.

Côte d’Ivoire/Tourisme : La baie de cocody, le retour du « paradis d'Abidjan »

mardi, 07 février 2017 10:03 Written by

NewsLetter

Souscrivez à notre newsletter afin de recevoir les dernières informations de DiaspoTv.

Ad2