République du Zimbabwé/Décès de l’ex président Robert Mugabe : Un héro s’en est allé, voici son parcours.

0
106

Né en 1924, Robert Mugabe d’une famille pauvre de ce qui était encore Rhodesie du Sud a eu une enfance solitaire entouré de ses livres.

Devenu instituteur, il part étudié en Afrique du Sud. C’est dans ce pays qu’il s’initie au marxisme avec les membres de l’ANC (Congrès National Africain) le parti anti apartheid de Nelson Mandela.

De retour dans son pays dans les années 1960, il milite au côtés du parti de l’union National du Zimbabwe (ZANU) contre le régime Blanc et racistes de Smith, l’homme qui dirige le pays après avoir proclamé unilatéralement l’indépendance vis à vis du Rayaume Uni qui refuse de remettre le pouvoir à la population noire.
Un activisme que Robert Mugabe paie chèrement.

En 1965, il est jeté en prison ou il passera dix (10) ans. Du fond de sa geôle, un événement traumatisant va accroître son hostilité à l’égard des Colons.

En 1966, il perd son fils de trois (3) ans mais se voit refusé une sortie exceptionnelle pour se rendre au funérailles. Il ne pardonnera jamais.

A sa sortie de prison en 1973, il va se réfugier au Mozambique, pays depuis lequel il continue à consolider son influence sur son parti politique ZANU.

Il prend ensuite la tête de Zanla, la branche militaire du ZANU et y continu la guérilla contre le gouvernement.

En 1980 après les accords de Lancaster qui conduiront à l’indépendance de Rhodesie, Robert Mugabe alias Comrade Bob qui n’a rien perdu de sa foi Marxisme, devient 1er Ministre et le HÉROS NATIONAL.

Malgré sa haine contre les Blancs, il prône une politique de réconciliation selon Jeune Afrique.

Robert Mugabe était une icône de la libération de son pays, un panafricain qui a dédié sa vie à l’émancipation de son peuple.

Il avait pris les rênes de L’ex Rhodesie devenu indépendant en 1980.

Accusé d’avoir muselé l’opposition par la violence pendant 37 années de règne, Robert Mugabe incarnait jusqu’à l’excès le rejet des anciens colons et de l’occident à chacun de ses discours.

Lâché par l’armée et son parti politique, il a été contraint de démissionner en 2017. Il a laissé un pays englué dans une profonde crise économique qui ne cesse d’empirer.

Il est décédé ce vendredi 06 Septembre 2019 à Singapour ou il était allé se faire soigner.

Lire aussi : Depuis 2000, onze chefs d’Etat africains ont changé leur Constitution pour rester au pouvoir

☆ Ambroise BIONAO de Bangolo pour Diaspotv

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici