Les autorités Guinéennes ont effectué Plusieurs opérations policières en qui ont abouti à l’arrestation de 300 ressortissants d’Afrique de l’Ouest.

0
81
300 ressortissants d'Afrique de l'Ouest arrêtés en Guinée

Les autorités guinéennes ont interpellées des centaines de ressortissants de pays d’Afrique de l’Ouest ces derniers jours.

Prévenir des infiltrations pouvant provoquer un chaos dans ce pays.

Plusieurs régions de la Guinée ont été le théâtre d’opérations policières des autorités Guinéennes que certains lient à la grave crise politique que traverse ce pays ces derniers temps. Mais aussi, pour d’autre cette opération  est en rapport avec les pratiques mafieuses de certaines sociétés de vente directe telle que QNET.

c’est donc, environ 84 Bissau-guinéens, 46 Sénégalais, 9 Guinéens, 1 Burkinabé et 1 Gambien, au total 141 personnes qui ont été interpellé les mardi et mercredi par les autorités Guinéennes

De surcroît, des marches pacifiques et plusieurs vagues de mouvements de protestations répétées par les Guinéens contre la modification de la constitution et un projet de troisième mandat d’Alpha Condé ont fait une dizaine de morts. Certains corps étrangers pourraient s’infiltrer à Conakry et à l’intérieur du pays pour provoquer le chaos. Toutes ces arrestations ont pour but de faire de la dissuasion.

« Infiltrations de corps étrangers »

 Ces arrestations en masse portant à 300 environ le nombre de personnes interpellées s’expliqueraient par la volonté de mettre fin aux « infiltrations de corps étrangers ».

L’action conjointe de la police et de la gendarmerie vise à « débarrasser la Guinée des mauvaises graines qui n’ont rien à faire ici en cette période de troubles », a déclaré dimanche à l’AFP un haut responsable de la police ayant requis l’anonymat.

Le lieutenant-colonel Fodé Bakary Cissé un responsable de la présidence, a toutefois donné une version différente, mêlant aux questions de sécurité celle de la lutte contre les pratiques jugées douteuses de QNET une multinationale de la vente directe bien implantée en Afrique,

Lire aussi

Cette société, dont le siège est à Hong-Kong, aurait attiré en Guinée des jeunes de plusieurs pays et leur aurait vendu des produits divers, à charge pour eux de les revendre à leur entourage.

Pour M. Cissé, chef de division au secrétariat de la Présidence chargé des services spéciaux  on a tous a compris qu’il ne s’agit pas d’un simple commerce en ligne », d’où ces mesures de précautions.

Maxime Gnohou Keller

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici