Côte d’Ivoire : si le président Gbagbo n’est plus libéré, que ferait la plateforme initiée par le président Bédié?

0
164
Et si le président Gbagbo Laurent, n’est pas libéré que vaudra la plateforme du président Bédié ?

Et si le président Gbagbo Laurent, n’est pas libéré que vaudra la plateforme du président Bédié ?

Et si le président Gbagbo était libéré, quelle serait l’issue de 2020?

Les échéances de 2020 approchent à grand pas. Ces élections seront à haut risque et à haut vol. Les Etats Majors affûtent leurs stratégies. Les ivoiriens commencent à douter et à craindre. On leur dit que tout va bien se passer, mais les discours en disent le contraire. La politique ivoirienne est fissurée, cisaillée, décousue de mensonges, aucune sincérité pour rassurer.

Le pdci rda du président Bédié avait limé sa stratégie sur la sortie du président Gbagbo. Le peuple de Côte d’Ivoire avait tellement jubilé que voilà, les francs-maçons et la France-Afrique, vu le danger que représente pour leurs intérêts, ne veulent plus de cette libération qui pourrait tout bousculer. Donc, le président Gbagbo serait hors compétition pour 2020.

Ce que les QG n’ont peut-être pas intégré, c’est qu’avec la monture de la commission électorale indépendante mise en place, ce n’est pas évident, qu’il y ait un 2ème tour. A prendre ou à laisser. Que ceux qui se réclament champions ou futés, se le mettent bien dans leurs calculs politiques. Que ceux qui ne veulent pas y aller, se disent qu’il y aura des candidats qui accompagneront le pouvoir. Déjà, l’ancien député de Port-Bouët, Kouadio Konan Bertin (KKB) annonce les couleurs, que si le pdci rda, qui est son parti politique, pour des raisons quelconques, ne veut pas y aller, lui partira. Et, il n’est pas le seul à cette ambition, le moment venu, ils seront nombreux, à secouer leurs vieilles vestes, pour venir gloser sur les médias.

Que fera le pdci rda si le président Gbagbo n’est pas libéré?

Alors, maintenant que le président Bédié le sait, il faut qu’il l’intègre que le président Gbagbo qui devrait lui servir de béquille, ne sera pas de la partie. Le même Gbagbo, a depuis des lustres, mis en place, sa plateforme, au cas où Affi N’guessan se servirait du fpi pour aller à ces élections, c’est l’EDS. Cette plateforme, vu les enjeux, ne va pas croiser les bras, elle se lancera dans cette eau boueuse.

Le camp Soro Guillaume aussi affûte ses cordons rouges pour y aller. Ça va chauffer. Soro sait que seul, il ne pourra pas. Il est assis devant les portes de ces plateformes pour les écouter et voir qui pourra lui servir de parapluie. Mais est-ce que Soro a intégré, la stratégie du pouvoir, de passer au premier tour KO ? Donc à l’idée d’aller en rang dispersé et soutenir, le mieux positionné au deuxième tour, sera un rêve et non une réalité.  

On murmure qu’entre lui et le président Bédié, tout est calé pour fusionner. En d’autres termes, si le président Gbagbo ne sort pas, c’est évident qu’il lance un appel en faveur du pdci rda du président Bédié.

Que vaut le rhdp aux yeux de la communauté internationale?

A coups de fanfares médiatiques, la communauté internationale croit mordicus que les défections des cadres et militants du pdci rda, est une réalité et que c’est le rhdp qui se construit. Ce rhdp, est leur cheval de Troie et pour rien au monde, composé en majorité des puissants francs-maçons, qui ont une grande base à Abidjan, ne laisserait la victoire leur échapper.

Qui dit francs-maçons, dit la France-Afrique et tout ça, le président Bédié le sait, Soro aussi est au courant. A quel jeu, jouent-ils pour berner les pauvres ivoiriens ? Les puissants ont été surpris de l’avènement du président Gbagbo à la tête de ce pays qui leur appartient et plus jamais, un autre Gbagbo pour les emmerder avec les discours souverainistes. La Côte d’Ivoire, n’appartient pas aux ivoiriens, ils ne sont que des locataires et ça aussi, le président Bédié le sait. Aucun leader politique ne peut dire le contraire.

Alors, la question qui brûle toutes les lèvres, pourquoi donc organiser ces parodies d’élections si d’avance le gagnant est su et qui dort dans les placards des dépositaires de ces puissances ?

Si les Hommes politiques ivoiriens ne veulent pas voir détruit le pays, ils doivent regarder dans leur rétroviseur, et ils verront ce qui s’est passé en 2010. Qui ne sait pas que c’est le président Gbagbo qui avait gagné ces élections, au final, qui a proclamé les résultats, ce ne sont pas les canons, les fusils ? L’armée française, s’équipe en longueur de journée sous le nez et la barbe de ces leaders politiques ivoiriens, qui ne font aucun lobbying à l’internationale, se contentant des allées et venues des lieux devenus, des pèlerinages politiques.

Quel sort réserve 2020 aux ivoiriens?

Dommage que Soro a vite compris, qui fait le tour de ces loges maçonniques, pour tenter de se mettre à l’abri. Si l’opinion internationale ne sait pas ce qui se passe réellement en Côte d’Ivoire, comment, les politiques ivoiriens, veulent qu’elle croise, les points de vue ? Alors que c’est elle qui proclame les résultats, à quoi serviront toutes ces tergiversations ? Est-ce des rôles distribués malicieusement à ces acteurs pour berner les ivoiriens ?

Est-ce à dire que le président Bédié va se faire adouber par Soro Guillaume ? Si oui, quelle moralité, les ivoiriens retiendront de cette accointance politique, pendant que les blessures de la rébellion, ne sont pas encore soignées ?

Joël ETTIEN Businessactuality