Côte d’Ivoire: Pourquoi il est formellement interdit aux ivoiriens de parler d’étrangers?

0
77
Les étrangers: des os dans la gorge des ivoiriens

Les ivoiriens se demandent quel était ce deal signé entre la France et le président Houphouët Boigny pour que la Côte d’Ivoire, reste ouverte aux étrangers sans aucune précaution et de protection des ivoiriens.

Les étrangers: des os dans la gorge des ivoiriens

Tout d’abord, nous allons tenter d’apporter notre petite contribution dans l’analyse qui suit. Nous rappelons que ne détenant pas la science infuse, ce ne sont que des hypothèses pour apporter du grain à moudre à ceux qui se préoccupent de cet épineux problème. 

Les ivoiriens qui revendiquent leur nationalité sont des xénophobes. Ceux qui expriment leur attachement à leur pays et leur désir de souveraineté sont des activistes. Pour le pouvoir de Ouattara, ils troublent l’ordre public.

Dès sa prise de pouvoir, le président Trump a crié haut et fort: « Américan first », qui signifie, l’américain d’abord. En France, c’est pareil et dans tous les pays du monde, chaque peuple, se protège, sauf en Côte d’Ivoire, que parler d’ivoirien d’abord, constitue, un crime.

Le nationalisme proscrit en Côte d’Ivoire

Il est écrit au Mali:  » le passeport malien est un document national. Il ne doit être délivré qu’aux seuls nationaux. Tout auteur ou complice de la délivrance du passeport malien à un étranger sera sévèrement puni. » Pourquoi en Côte d’Ivoire, ce que les autres décident pour se protéger, doit-être proscrit?

Comme les africains ne doivent pas s’attacher à leur culture ancestrale au risque d’être considérés comme des athées, l’ivoirien ne doit pas montrer devant les autres peuples qu’il est fier d’être ivoirien.

Une jeune dame du nom de Rebecca, de nationalité guinéenne, vue la gravité du comportement de ses compatriotes guinéens qui s’infiltrent dans le débat politique ivoirien, les invite à respecter les ivoiriens qui leur ont offert l’hospitalité. Les étrangers étouffent les ivoiriens. Ils marchent sur leurs droits. Pourtant les burkinabés, les sénégalais, les maliens, les guinéens, les ghanéens, les camerounais peuvent exalter leur nationalisme sans qu’on les condamne.

Proclamer son nationalisme n’est pas blâmer les étrangers

Cette injustice malicieuse faite aux ivoiriens que je critique fera lever des voix qui diront que je suis xénophobe.

Ce que les ivoiriens ne peuvent pas faire chez les autres, les étrangers peuvent le faire en terre ivoirienne sans que cela ne heurte la sensibilité de qui que ce soit.

Les étrangers ont pénétré les forêts ivoiriennes. S’octroyant des hectares, ce qu’un ivoirien, ne peut se le permettre nulle part ailleurs. Pourquoi parler d’ivoirité poserait problème? Aucun ivoirien ne peut s’attribuer ne serait-ce qu’un hectare. Il en est de même pour les maliens, les Burkinabès en Côte d’Ivoire.

Ailleurs, les gens peuvent crier leur nationalisme, le proclamer mais pas en Côte d’ivoire.

Les ivoiriens ne peuvent pas jouir des mêmes facilités et faveurs dans les pays de ces étrangers. Il faut que ça change

                                                                                                  David Kouamé