Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo un acteur essentiel pour la réconciliation.

0
143
Laurent Gbagbo n'est plus ce qu'on disait de lui hier mais un acteur essentiel pour la réconciliation.

Il était une fois Laurent Gbagbo à Bruxelles. Le temps des commentaires et des analyses a sonné. Il nous a été rapporté que N’zueba, le sphinx de Daoukro et le Woody de Mama ce sont rencontrés le lundi 29 juillet 2019 au pays du Roi Baudouin, à La Haye (pays-bas).

Rencontre entre Laurent Gbagbo et Henri Koan Bédié

Deux ex-belligérants, deux ex-présidents. Rencontre entre l’héritier politique d’Houphouët-Boigny (Ce n’est pas moi qui le proclame ainsi) et celui qu’ il avait identifié comme son principal opposant.

Houphouët mort, beaucoup de choses ce sont passées. Coup d’État, rébellion, crise post-électorale, crise de solidarité, division, cafouillages sur cafouillages. Une Côte d’Ivoire en CRISE et DIVISEE. Les élections de 2010 nous ont plongé dans une crise très profonde.

Ceux qui ce sont proclamés en 2005 dans la capitale française avec les bénédictions de leur tuteur (Jacques Chirac ) comme Houphouetistes et/ou Houphouetiens(Rhdp) ont dans un élan de solidarité avec l’aide de la communauté internationale fini par avoir raison de l’opposant de leur référent politique. Rébellion, conglomérat de partis politiques, France, forces onusiennes, Ua, Ecomog, une frange de la population formatée…

Il fallait s’appeler Laurent Gbagbo Woody pour tenir pendant dix ans.

Quoiqu’il en soit, celui qui a reçu N’zueba hier a quitté le palais présidentiel dans des conditions encore présentes dans la conscience collective. L’hôte du jour lui-même aussi est parti du même palais par un coup d’État.

On peut donc dire sans gros risque de nous tromper que Woody et N’zueba ont connu le même sort mais à des degrés différents. Ils sont partis du pouvoir sous pressions. Capturé après une longue bataille diplomatique et militaire, Laurent Gbagbo est conduit au Qg de son et/ou de ses adversaires (puisqu’ils étaient tous en ce lieu) puis conduit dans le nord du pays avant d’être « expédié » à la Cours pénale internationale (Cpi).

N’zueba quant à lui, est exfiltré du palais, conduit au 43e Birma avant d’être héliporté vers le Togo chez l’ami d’Houphouët pour finir en exile au pays de Charles de Gaulle. Mais Laurent Gbagbo une fois au palais présidentiel a au nom de la réconciliation œuvré pour le retour au bercail du sphinx de Daoukro. Aujourd’hui, c’est N’zueba qui au nom de la même réconciliation appelle au retour en Côte d’Ivoire du Woody. L’histoire est vraiment une répétition.

Les acteurs du marigot politique ivoirien ont changé de rôle.

A l’analyse des faits, cette rencontre de Bruxelles est un pas de géant vers la libération totale et sans condition de Laurent Gbagbo. Car, Bedié n’est pas n’importe qui dans l’histoire, le présent et certainement l’avenir de la Côte d’Ivoire.

Hier allié respectable et respecté, incontestable et incontournable du Rhdp qui qualifiait Gbagbo Laurent de sanguinaire, despote, tyrans…c’est ce même puissant ex-allié aujourd’hui vilipendé et rejeté par ses alliés d’hier qui appelle au retour en Côte d’Ivoire du même Laurent Gbagbo.

Lire aussi : Cote d’ivoire : la réconciliation Nationale en Côte d’ivoire, est-elle encore possible pour décrisper l’atmosphère?

L’infréquentable est devenu fréquentable, Laurent Gbagbo n’est plus ce qu’on disait de lui hier mais un acteur essentiel pour la réconciliation. La communauté internationale et la Cpi devront en tenir compte et revoir leurs copies dans le dossier Laurent Gbagbo/Charles blé Goudé .

Nous voici en politique. Rien n’est figé, l’impossible ou l’impensable devient possible et pensable. En digne héritier politique de Félix Houphouët Boigny, Bedié vient de poser un acte fort pour la réconciliation à travers le dialogue avec son jeune frère Laurent Gbagbo et nous ne pouvons que saluer son acte.

Lire aussi : Côte d’Ivoire: le président Konan Bédié, non seulement, il en sait trop, mais il doit savoir s’orienter dans ses propos.

C’est encore le lieu de dire que ce qui nous unit doit être toujours plus fort que ce qui nous divise. Dans nos actes de chaque jour, pensons à la réconciliation. Car, rien ne saurait se construire dans la division.

Emmanuel de Kouassi pour Diaspotv