Lutte contre le SIDA: les médicaments à libération prolongée, une révolution!

0
118

Les injections et implants ou médicaments à libération prolongée, cette nouvelle trouvaille, pourrait d’ici quelques années remplacer les antirétroviraux. A Kigali, à la conférence internationale sur le SIDA, les spécialistes de la santé réfléchissent sur sa mise en application.

La découverte des médicaments à libération prolongée

C’est une véritable percée dans la lutte contre le SIDA et les MST. Ces injections ou implants pourraient remplacer la prise orale quotidienne des antirétroviraux. Les patients n’auront plus à prendre les antirétroviraux tous les jours de leur vie.

Certes la bataille pour vaincre définitivement le sida prendra encore du temps, mais avec les médicaments à libération prolongée, c’est le quotidien des patients qui va s’améliorer. Avec une injection tous les mois, ou deux mois, ou la pose d’un implant sous la peau qui pourrait durer plus longtemps, ils ne vont plus oublier ou abandonner la pilule.

Aussi en Afrique, cette technique des injections ou implant va un temps soit peu palier aux pénuries des médicaments. Egalement les longs files d’attente parfois très lassants et décourageant pourront être évités. C’est donc avec enthousiasme que les patients verront leur quotidien amélioré, en attendant le vaccin miracle.

Lire aussi : Ebola : l’OMS annonce la fin de « l’urgence de santé internationale »

Cependant si ce petit pas est notable, il faudra encore de la patience même si l’essentiel de la recherche se concentre sur l’application de ce type de médicament dans le traitement et la prévention du sida. Il faudra encore du temps à la phase d’expérimentation, avant son application comme traitement du VIH d’ici quelques années.

La rédaction.