Côte d’Ivoire: est-ce que les présidents Bédié et Gbagbo, sont-ils déterminés à mener la lutte contre Ouattara?

0
44
Est-ce que Bédié et Gbagbo sont-ils déterminés à mener la lutte contre Ouattara ?

Est-ce que Bédié et Gbagbo sont-ils déterminés à mener la lutte contre Ouattara ?

Bédié et Gbagbo pourront-ils lutter contre Ouattara?
La Côte d’Ivoire est un pays plein de contradictions politiques. La période est clivante et les nominés sont à la croisée des chemins. Guikahué et Assoa Adou ne sont que des exécutants et le peuple ivoirien, ne doit pas leur lancer des cailloux. Il faut désormais que les ivoiriens arrêtent de confondre les fonctions de ces deux têtes ivoiriennes qui portent la voix de leurs patrons.

Logiquement, l’opposition a bien fait de demander la permission pour son méga meeting. Le pouvoir cherche ses bottes. Les deux présidents des deux partis politiques, Bédié et Gbagbo, sont-ils déterminés à mener la lutte jusqu’au bout ? Guikahué et Assoa Adou ne sont que des porte-paroles. Depuis longtemps, les ivoiriens savent que la composition de la commission électorale indépendante, la CEI, n’est pas conforme. Elle est conflictuelle et ils ne veulent plus revivre la situation de 2010. Pourtant tout semble aller dans ce sens.

Revenons sur le cas des deux porteurs de parole, Assoa Adou et Guikahué. Ils portent la parole de leurs mandants qui sont Bédié et Gbagbo. Ils ont décidé d’organiser un meeting conjoint. Leurs militants sont dans la joie et l’émotion de vouloir changer les choses. De Yopougon, leur autorisation est refusée et ils désirent se déporter à Port-Bouët, où le président Macron a sa base militaire et où il va passer ses deux jours pendant sa visite. Le pouvoir ivoirien, ne veut pas que cette opposition complique sa stratégie de vouloir montrer à Macron que tout ne va pas bien.

Guikahué et Assoa, ciblés par le pouvoir…
Dans la tourmente, le pouvoir passe à l’intimidation et convoque les deux porte-paroles. Gbagbo est à Bruxelles et Bédié est sur place. Maintenant, si on retient Assoa Adou et Guikahué, jusqu’à ce que Macron finisse son séjour, à qui reviendra la faute ? Je ne pense pas qu’il faille indexer les deux porte-paroles.

Ouattara est dans son rôle de vouloir effrayer pour montrer patte blanche au président français. Il a réussi à empêcher Soro de rentrer avec ce vacarme publicitaire que ses lieutenants ont montré à la face du monde. Soro ne participera pas à la fête des rois.

A quoi joueront les deux présidents du pdci et du fpi ? Dans un état normal, à partir du moment où, l’opposition a demandé dans les règles de l’art, l’autorisation et que le pouvoir veut ou tente de les intimider, ils n’ont plus à attendre. La jeunesse et les militants des deux grands partis politiques sont impatients. Sur les réseaux sociaux, ils lancent des appels à la mobilisation, au courage. Cependant, Bédié et Gbagbo, sont dans la même dynamique ?

Ouattara, jusqu’au-boutiste
Quand le président Ouattara veut quelque chose, il s’en donne les moyens, donc, telles que les choses se déroulent à Abidjan, à la guerre comme à la guerre. Il ne faut surtout pas faire l’amalgame en lançant des pierres à Guikahué et Assoa Adou. Si rien ne se fait, ils ne font qu’exécuter les ordres de leurs patrons, ils ne sont que des nommés.

Il faut que ceux qui veulent éclairer ou participer au combat arrêtent leur conclusion : « que Dieu sauve la Côte d’Ivoire » Dieu n’a rien à voir dans ce qui se passe en Côte d’Ivoire, qu’on laisse tranquille!

Joël ETTIEN