Réformer le franc CFA est essentielle l’UEMOA selon le FMI.

0
92
L’institution de Bretton Woods salue l’annonce la modernisation des accords monétaires qui lient la France et l’Union économique ouest-africaine.

Le fond monétaire international salue l’annonce de révision franc CFA des accords monétaires qui lient la France et l’Union économique et monétaire ouest-africaine.

La réforme du franc CFA est salutaire.

Mme Kristalina Georgieva directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) a salué, dimanche 22 décembre, la réforme courageuse du franc CFA décidée par huit pays d’Afrique de l’Ouest et la France. Pour Kristalina Georgieva, ces changements « constituent une étape essentielle dans la modernisation des accords de longue date entre l’Union économique et monétaire ouest-africaine et la France ».

En déplacement à Abidjan, le président français Emmanuel Macron a annoncé, samedi, la fin prochaine du franc CFA, créé en 1945 et perçu comme l’un des derniers vestiges de la « Françafrique » après les indépendances des années 1960.

La réforme comprend le changement de nom de la monnaie, qui s’appellera désormais l’éco, la fin du dépôt de la moitié des réserves des pays africains concernés auprès du Trésor français ainsi que le retrait de la France des instances de gouvernance de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), où elle était présente.

Parité avec l’euro conservée.

« Les mesures annoncées s’appuient sur le bon bilan de l’UEMOA en matière de conduite de la politique monétaire et de gestion des réserves extérieures », selon Mme Georgieva, qui a souligné la faible inflation, la forte croissance économique, l’amélioration de la situation des finances publiques et l’augmentation du niveau des réserves de change des membres de l’UEMOA ces dernières années.

La parité fixe avec l’euro et le rôle de garant financier de Paris pour les huit pays de l’UEMOA seront en revanche conservés.

Lire aussi : Coopération France-Côte d’Ivoire: si la visite du président Emmanuel Macron est si salutaire, autant qu’il règle tous les problèmes politiques.

« Le FMI se tient prêt à coopérer avec les autorités régionales en fonction des besoins ainsi qu’à appuyer la mise en œuvre de cette importante initiative », a assuré la patronne de l’institution financière.

La rédaction