Argentine/Religion: est-ce que les cas de viol et abus sexuels, ne vont pas dévoiler la croyance?

0
50
Deux prêtres condamnés pour cas de viol en Argentine

Plus de 40 ans de prison pour deux prêtres en Argentine pour cas de viol des enfants

Deux prêtres condamnés pour cas de viol en Argentine

Deux prêtres ont été condamnés lundi à 40 ans de prison pour avoir violé durant des années des enfants sourds et muets dans un institut spécialisé dans l’ouest de l’Argentine.

Cette affaire secoue le pape François. L’argentin Horacio Corbacho a écopé de 45 ans de prison et Nicola Corradi, un curé italien qui vit en Argentine depuis 1970, à 42 ans, selon la décision rendue publique le lundi à l’audience. Au cours du procès qui s’est ouvert début août à Mendoza (ouest) et s’est tenu depuis à huis clos, 43 dossiers ont été examinés et 13 victimes entendues, dont certaines ont été violées entre l’âge de 4 ans et celui de 17 ans.

Pour la justice, 25 dossiers sont des cas d’abus sexuels. Accusés de viol, corruption de mineurs et mauvais traitement, ils encouraient jusqu’à 50 ans de prison.

Lire aussi : Denis Mukwege crée un fonds d’aide aux victimes de violences sexuelles.

Dans les deux cas, le fait que les victimes étaient des mineurs au moment des faits, qu’elles étaient placées sous la responsabilité des auteurs, qu’elles vivaient sous le même toit qu’eux et que les condamnés étaient des représentants religieux en Argentine ont été considérés comme des circonstances aggravantes.

Le jardinier du centre, Armando Gomez écope de 18 ans de prison

« Je pense que tout à l’intérieur de l’église est faux. Tout ce qu’ils nous font lire, réciter, la façon dont on doit se comporter une personne. Je pense aussi qu’ils mentent et qu’ils sont démoniaques » avait confié dans la langue des signes, peu avant l’ouverture à l’AFP, Ezequiel Villalonga.

Il poursuit que la vie à l’intérieur du centre était terrible. On n’y apprend rien, on ne communiquait pas entre nous, on ne connaissait pas la langue des signes.

Rassemblés devant le tribunal, plusieurs victimes ont sauté de joie, levé les bras en signe de victoire et fait des mouchoirs orange à l’énoncé du verdict.

La fin de la croyance serait-elle proche au regard de tout ce que vivent les enfants en Argentine dont les prêtres ont la charge ?

La foi en l’éternel, oui cette foi, que nous ont apprise les colons, risque de perdre son sens et les conséquences seraient vraiment dramatiques.

Source AFP