Côte d’Ivoire: quand un procès est dépourvu de droit, il devient politique.

0
49
procès de Gbagbo et Blé Goudé

Pourquoi, on ne doit rien attendre de ce procès politisé à souhait ?

Un procès dépourvu de sens

Le proces d Comme une fête et un raz de marée. Semblable à une absurdité. Comme un bouquet de fleurs fanées sur les bras d’un amoureux conjoncturel, le procès qui se déroule à la Haye, n’est qu’une parodie de justice et qui est teinté d’une dose de haine et d’une autre dose de honte.

Le calme précaire qui règne en Côte d’Ivoire, qui risque à tout moment d’exploser, le volcan sur lequel le pouvoir ivoirien est assis, la libération totale du président Laurent Gbagbo et du ministre Charles Blé Goudé, n’est pas bonne pour lui. Mais aussi et à la fois, il le faut pour que tout redémarre.

C’est vrai que certains « ivoiriens » souhaitent leur maintien en détention, mais, ils n’y ont rien pu et les deux plus grands prisonniers du siècle, ont un pied dedans, un pied dehors. Ils n’y retourneront plus et seul leur reste, leur liberté totale.

Soro veut prendre la parole…

Voilà que Soro veut témoigner. On murmure même qu’il a déposé des dossiers chauds pour apporter du souffle. Mais, je mets cela sur des pincettes. Pourquoi l’état ivoirien s’interfère dans cette haute juridiction dite internationalement impartiale pour la supplier de ne point les libérer ? C’est prouver, cette injonction qui la décrédibilise. Abidjan ne dort pas, ses yeux et ses oreilles sont tendus vers la Haye.

Le procès sera encore reporté pour leur permettre de tout mettre en place après les élections, pour offrir cette libération comme un cadeau de fin d’année. Pour le repousser, ils y sont trop forts. Ils vont s‘appuyer sur une petite virgule mal placée dans des termes juridiques qu’eux-mêmes, auront du mal à justifier.

La visite d’état du président Macron, en terre ivoirienne vers la fin de l’année 2019 et qui a été ponctuée par une fête grandiose de son anniversaire, peut en être une plaidoirie contre cette libération. La poussée populaire de cette libération, dépasse le président ivoirien M. Ouattara.

Un proces hautement politique

Nous assistons à un procès hautement politique dépourvu du droit et dont les conséquences financières vont incomber à l’état de Côte d‘Ivoire, à qui profite leur maintien.

Il faut tout de même reconnaitre qu’il occupe l’actualité ivoirienne et paralyse la psychologie des ivoiriens qui sont aussi pris en otage parce qu’ils attendent cette fin qui n’arrive jamais.

Imaginez que la cour prononce leur acquittement total demain, qui pourra contenir l’effervescence et la liesse populaire qui peuvent déboucher sur le désordre. Quoiqu’on dise, ils sont les personnalités les plus populaires en Côte d’Ivoire.

Lire aussi :Côte d’Ivoire : Nulle part il est écrit la date du verdict de la chambre d’appel, concernant le président Laurent Gbagbo et Blé Goudé.

                                                                                            Joël ETTIEN