Côte d’Ivoire: Roger Banchi annonce la chute du RHDP

0
9
Propos de Roger Banchi

Après le « capitaine » Mohamed Koné qui avait annoncé une déstabilisation du régime d’Abidjan au cours du rassemblement de l’opposition au Trocadéro, à Paris, grâce à « l’expertise de la guerre » détenue par les pro-Soro, c’est Youssouf Roger Banchi, qui remet le couvert, après avoir estimé que le RHDP est le parti des « étrangers ».

Propos de Roger Banchi

Dans un tweet, Roger Banchi, qui après les dissensions au sein des Forces Nouvelles, a annoncé une déstabilisation certaine du régime d’Abidjan par Guillaume Soro et ses hommes.

Cette fois c’est avec des mots crus qu’il s’en prend au pouvoir d’Abidjan. Dans son tweet du mardi 25 février, Roger Banchi annonce la chute prochaine de l’administration Ouattara.

« Que les apparences ne trompent personne en Côte d’Ivoire. Guillaume Kigbafori Soro et ses Compagnons,vont belle et bien défaire ce régime en décomposition du Rhdp », révèle le coordonnateur de GPS le mouvement que dirige l’ex-président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, aujourd’hui passé dans l’opposition.

Roger Banchi multiplie des déclarations de tout genre sur les réseaux sociaux. Certaines d’entre elles sont interprétées comme du bluff.

Dans le pays, un mandat d’arrêt international vise son mentor, Guillaume Soro. Les autorités judiciaires ivoiriennes l’accusent de tentative de déstabilisation et de détournement de deniers publics. Toute chose que dément Guillaume Soro depuis son exil. Des proches de l’ancien président de l’Assemblée nationale dont des députés, sont en détention pour les même faits et ont été présentés devant le Doyen des Juges d’Instruction du 8è Cabinet, au Tribunal de Première Instance d’Abidjan Plateau, Coulibaly Ousmane Victor.

Roger Banchi ce cadre de l’ex-rébellion, estime que ses sorties ne sont pas pour plaire à quiconque. Elles parlent de ma vie personnelle de citoyen Ivoirien. Elle parle aussi de la vie d’autres citoyens qui subissent le malheur que je dénonce. Notre souffrance n’est pas la vôtre », soutient l’ancien responsable du MPIGO.

Richard Yasseu