Candidature de Gon Coulibaly : Hamed Bakayoko prépare sa guérilla à Abobo la guerre !

0
45
CANDIDATURE DE GON : HAMBAK PRÉPARE SA GUÉRILLA À ABOBO LA GUERRE !

Quand ADO envoyait Hamed Bakayoko ravir la Mairie d’Abobo, il n’avait jamais imaginé qu’un jour, c’est de là-bas, que « son fils » organiserait une résistance et la chute de ses plans politiques.
En effet, dans les calculs d’ADO, il ne fallait surtout pas que la deuxième ville électorale du pays tombe entre les mains de Guillaume Soro. Rappelez-vous qu’à l’époque, ADO espérait encore que sa candidature serait admise : « Abobo, c’est notre base », répétait-il. De ce fait, ADO ne pouvait accepter un tel camouflet.

Quant à Hambak, il faisait semblant d’hésiter à se lancer à la conquête d’Abobo, mais il avait bien compris que cette commune serait la rampe de lancement de sa candidature face à celle de Gon. Disons qu’Hamed Bakayoko avait anticipé, grâce à ses confidences avec la Première dame, qu’ADO ne serait pas candidat. Le filou s’est donc dit que ça serait la chance de sa vie de pouvoir récupérer la deuxième ville électorale de Côte d’Ivoire. Ainsi, il assoirait sa notoriété face à un Gon qui renonçait à la Mairie de Korhogo, qui du reste, est moins peuplée que celle d’Abobo.

C’est bien après sa victoire à Abobo qu’Hambak a commencé à croire véritablement à son destin présidentiel pour 2020. En plus, en sillonnant cette commune, un « bon » marabout pour gagner sa pitance quotidienne révéla à Hambak qu’il serait le prochain Président de la République de Côte d’Ivoire et cela sans intermédiaire. Le marabout lui confia qu’Amadou Gon, en mauvaise santé, ne verrait pas 2020. C’est au cours d’une de ses légendaires beuveries, qu’Hambak s’en est vanté.

Maintenant élu Maire d’Abobo, tout peut enfin réussir à Hamed Bakayoko et ses ambitions présidentielles. Pour ce faire, il a recruté des communicants professionnels pour redorer son image. Il a même fait un coaching pour apprendre à parler et à marcher. Rappelez-vous son entrée « triomphale » au Stade Houphouët-Boigny lors du décès de feu Ange Didier Houon (DJ Arafat). Il adopte depuis lors des postures présidentielles avec son épouse et veut donner l’image d’un couple aimant à la Michelle et Barack Obama. Hambak et ses équipes ne se sont pas arrêtés uniquement à ça. Abobo leur sert également à trois autres choses :

1- Recruter de jeunes loubards par le biais de son homme de main Tito afin de constituer sa propre milice.

2- Entreposer, dissimuler des armes achetées à Bouaké lors de la mutinerie de mai 2017, et ce pourquoi un certain Dramane Koné se trouve en prison aujourd’hui. Rappelons que ces armes sont non répertoriées dans l’arsenal de l’armée régulière. Elles sont cachées dans différents lieux sur toute l’étendue de la commune. Donc, Hambak a déjà constitué son arsenal de guerre et il est prêt. Nous reviendrons sur ce sujet et nous vous montrerons, photos à l’appui, les maisons où ces armes sont encore stockées.

3- Faire du trafic de drogue et monter un véritable cartel. Sur ce point, il est établi qu’au-delà de sa consommation de stupéfiants, Hambak a un circuit de commercialisation de drogue à Abidjan. Ses équipes sont bien rodées et deux de ses grands organisateurs sont les nommés Ziguéhi et Kaiser que les ex-combattants connaissent bien. À ce sujet, l’antenne de la Drug Enforcement Administration (DEA) basée à Dakar s’intéresse énormément au trafic de drogue que mène notre Maire dealer. Déjà au temps où il était au ministère de l’Intérieur, on voyait des barons de la drogue venir lui rendre visite à Abidjan. Ces derniers étaient escortés sans jamais laisser d’empreinte au service de sécurité de l’aéroport FHB.

Hambak sait qu’en politique ce ne sont que les rapports de force qui comptent. Aussi, s’est-il depuis longtemps organisé pour être incontournable dans le dispositif d’ADO. Il a toujours voulu être le Joker inamovible. Jouant des coudes, il a opposé et divisé le clan de Ouattara. Jouant de la peur et de la terreur, il a fini par tous les rendre paranoïaques.

Aujourd’hui, bien des observateurs étrangers s’accordent à dire que la prochaine guerre en Côte d’Ivoire partira d’Abobo. Le golden boy est capable de mener une guerre urbaine grâce à ses caches d’armes, en plus de s’être constitué un trésor financier avec ses trafics en tous genres.

Actuellement, profitant d’un mot d’ordre de la Direction du RHDP, il fait confectionner des CNI frauduleuses, non pas pour servir la cause du candidat choisi par ADO, mais pour sa propre candidature. Sachez dès maintenant qu’Hamed Bakayoko sera le plus grand opposant à Amadou Gon, le dauphin putatif choisi par ADO.
Comprenez alors que les marches « spontanées » des dames d’Abobo sont en réalité des marches suscitées dont Hambak ne veut pas assumer la paternité. En réalité, il s’agit de dire que le peuple réclame la seule candidature d’ADO et non celle d’Amadou Gon. Pour le moment, Hambak n’a pas encore le courage de réclamer que ces femmes marchent pour exiger la sienne en lieu et place de celle de Gon.
Il espère secrètement que ces (ses) marches fassent tache d’huile et au moment opportun, il sortira le bout du nez pour récupérer la situation à son avantage. Ceux qui connaissent bien Hamed Bakayoko affirment que le bon élève de Balla Keïta qu’il est n’hésitera pas à retourner sa veste et à réclamer d’être le Directeur de campagne zélé d’Amadou Gon, s’il se rend compte que son stratagème ne marche pas. Dix mille fois Hambak chantera Amadou Gon, dix mille fois cela sonnera faux.

Dans le fond, Hamed Bakayoko déteste viscéralement Amadou Gon et certains ministres du gouvernement peuvent en témoigner. D’ailleurs, il a demandé à ses équipes de bien camoufler leurs biens, car selon lui, il sera la première cible de Gon Président, donc eux aussi par ricochet.
Malgré tout, ce grand manipulateur ne s’en laisse pas compter. Il est à l’origine des frictions dans le clan Ouattara, mais joue bien son jeu. Comme dit un adage: « Qui trop embrasse mal étreint ». Quand vous verrez la trop grande effusion d’amour d’Hamed Bakayoko pour Gon, vous devinerez que l’heure de le poignarder dans le dos est arrivée. Soyez attentif à ces signes et vous comprendrez. Hamed n’a de Dieu que l’argent. Posez frontalement la question à Blé Goudé. N’a-t-il pas reçu une demande expresse de ralliement à la candidature d’Hamed Bakayoko par le biais du journaliste Alafé Wakili ? Posez la même question à certains leaders du FPI.
Mais, est-ce que Gon se laissera niquer ? Tout laisse à penser que celui-ci est sur un petit nuage. Hambak et Gon, c’est comme la fable Le corbeau et le renard, car « tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute ».

Wait and see.

CHRIS YAPI NE MENT PAS.

Mon commentaire : Quand je regarde et écoute Hambak après avoir lu Chris Yapi, je comprends « que l’heure de poignarder Gon dans le dos est arrivée ». Un griot n’aurait pas pu faire mieux que cette grotesque comédie qu’il nous a servi aujourd’hui.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : Amadou Gon Coulibaly met l’opposition en garde

Publié pour Chris Yapi