Venezuela : Nicolás Maduro inculpé de trafic de drogue aux États-Unis

0
94
Venezuela : Nicolás Maduro inculpé de trafic de drogue aux États-Unis

Le dirigeant vénézuélien Nicolás Maduro est accusé par la justice américaine d’avoir été à la tête d’un cartel à l’origine d’un trafic de drogue vers les États-Unis et d’armes vers la Colombie.

Nicolás Maduro a été inculpé jeudi 26 mars aux États-Unis pour “narcoterrorisme et trafic de cocaïne”, rapporte le New York Times. Selon le quotidien new-yorkais, la justice américaine accuse le dirigeant vénézuélien d’avoir “dirigé un violent cartel de la drogue” alors même qu’il “accumulait du pouvoir”.

Cette inculpation d’un chef d’État, “très inhabituelle”, sert au gouvernement Trump à faire pression sur Maduro “afin qu’il quitte ses fonctions de président après sa réélection très contestée en 2018”, ajoute le NYT.

Le ministre américain de la Justice, William Barr, a annoncé l’inculpation du président vénézuélien lors d’une conférence de presse à laquelle participaient le chef de la Drug Enforcement Administration (DEA) et les principaux procureurs fédéraux de New York et Miami.

Une récompense de 15 millions de dollars

Nicolás Maduro a “condamné les accusations portées contre lui”, souligne le quotidien, accusant les États-Unis et leur allié la Colombie d’avoir donné “l’ordre de répandre la violence au Venezuela”.

Outre Maduro, plus d’une douzaine d’autres personnes ont été inculpées, dont le président de la Cour suprême du Venezuela, accusé de “blanchiment d’argent”, le ministre de la Défense, accusé de “trafic de drogue”, et des membres des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

À LIRE AUSSI : Vu de Colombie. Le Venezuela, une tragédie qui n’en finit pas

Le Département d’État américain offre des récompenses “allant jusqu’à 15 millions de dollars” pour des informations menant à la capture ou à la condamnation du président vénézuélien.

Ce dernier aurait dirigé une organisation criminelle “appelée Cartel de Los Sols lorsqu’il a pris le pouvoir au Venezuela”, selon l’acte d’accusation consulté par le New York Times.

Sous sa direction et celle d’autres personnes, le cartel a notamment cherché à “enrichir ses membres” et à “inonder les États-Unis de cocaïne”. Maduro se faisait livrer de la cocaïne produite par les FARC en échange d’armes fournies par son cartel. Le dirigeant vénézuélien aurait ensuite organisé un “trafic de drogue à grande échelle” avec l’aide “du Honduras et d’autres pays”.

Lire aussi : Venezuela: 18.000 personnes tuées par la force publique.