Afrique : Avec la crise du coronavirus, le cours du cacao plonge, l’or et le cuivre souffrent

0
86
Avec la crise du coronavirus, le cours du cacao plonge, l’or et le cuivre souffrent

Ces devissements boursiers des prix du cacao constituent une mauvaise nouvelle pour l’Afrique où ces richesses permettent à des dizaines de millions de familles de survivre.

Les prix du cacao en chute libre

De nombreuses matières premières ont vu leurs cours baisser durant la semaine. La pandémie de Covid-19 continue d’inquiéter les marchés sur ses conséquences économiques, or ces derniers détestent l’instabilité. C’est une mauvaise nouvelle pour l’Afrique, un continent qui regorge de ces précieuses richesses qui permettent à des dizaines de millions de familles de survivre.

Le cacao décroche

Le cacao a été malmené sur les marchés cette semaine, les investisseurs s’interrogeant sur le déséquilibre généré par une offre abondante face à une demande qui ralentit.

Du côté des producteurs, « la récolte est maintenant presque terminée pour la principale culture en Afrique de l’Ouest et les résultats sont très bons », a indiqué Jack Scoville, analyste de Price Group, dans une note. Cette région du monde est capitale pour le cacao puisque la Côte d’Ivoire et le Ghana représentent à eux deux plus de la moitié du marché du cacao mondial.

Lire aussi : Côte d’Ivoire/Agriculture: l’avenir s’annonce difficile pour les producteurs du cacao

« La demande est toujours forte mais moins qu’auparavant », ajoute M. Scoville, une situation à même de fragiliser les prix de ce produit qui permet à des millions de petits producteurs africains de survivre. Déjà, ils ont beaucoup souffert, d’autant que les deux pays producteurs ne sont pas des pays transformateurs.

A Londres, la tonne de cacao pour livraison en décembre valait 1 693 livres sterling (1 836 euros), après avoir touché un plus bas en près de sept mois, contre 1 743 livres sterling le vendredi précédent. A New York, la tonne pour livraison en mai valait 2 203 dollars (2 057 euros), un niveau plus vu depuis septembre, contre 2 482 dollars sept jours plus tôt.

La surprise de la plongée de l’or

La récente baisse de l’or a été « une énorme surprise », selon Joni Teves, analyste pour UBS, le métal jaune étant généralement considéré comme une valeur refuge en période d’incertitudes. Avec la dégringolade des marchés actions et du pétrole, les investisseurs ont pu être tentés de vendre le métal jaune, qui avait atteint un plus haut en sept ans il y a dix jours.

Lire aussi : Dans l’Afrique des Grands Lacs, le florissant business de « l’or des conflits »

Les autres métaux précieux ont également fait grise mine sur la semaine, notamment le platine, tombé lundi à un niveau plus vu depuis 2002. Le palladium, de son côté, a atteint le même jour un plus bas depuis décembre. Et il avait déjà perdu près de 30 % la semaine dernière.

L’argent, lui, est tombé mercredi à un plus bas depuis 2009, et le cuivre au plus bas depuis janvier 2016, malgré les signes de reprise que montre l’économie chinoise. « Les montagnes russes ne sont pas grand-chose comparé à ce qui se passe sur les marchés des matières premières en ce moment », a résumé M. Briesemann, insistant sur le sort du métal rouge.

Reprise de l’activité en Chine

La Chine, premier importateur mondial de matières premières, a dévoilé lundi une série d’indicateurs moroses pour janvier et février, sur fond de pandémie de Covid-19 : la production industrielle s’est contractée de 13,5 %, pour la première fois en près de trente ans, selon le Bureau national des statistiques (BNS).

Lueur d’espoir, la situation s’améliore en Chine au cours du mois de mars. L’activité a ainsi repris à plus de 90 % en dehors de la province du Hubei, la plus touchée par le virus, a assuré mardi la puissante commission de planification.

Les inquiétudes des investisseurs se portent désormais sur les Etats-Unis, « deuxième plus grand consommateur mondial de nombreux métaux » selon l’analyste de Commerzbank, qui « connaîtront une interruption temporaire de la demande ».

Le Monde avec AFP