Affaire « test de vaccin » en Afrique / le professeur Jean-Paul Mira demande pardon.

0
32
le professeur Jean-Paul Mira demande pardon

Bravo aux peuples africains, et continuons la sensibilisation.

Après les propos du professeur Jean-Paul Mira, chef du service de réanimation de l’hôpital Cochin à Paris et ceux du professeur Camille Locht, sur un test de vaccin en Afrique, sur des Africains; Plusieurs réactions condamnant ces propos se sont fait entendre dans le monde entier.

De nombreux internautes et leader d’opinions, ont donné de la voix pour alerter l’opinion publique africaine et internationale.

Certaines personnalités comme Dominique Sopo, président de SOS Racisme, ont fait part de leur décision de saisir le CSA (le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel).

Même le Parti socialiste a lui aussi réagi à cette séquence polémique dans un communiqué précisant : «l’Afrique n’est pas un vivier de cobayes. Nous attendons de la part de LCI une condamnation sans appel de ces propos inacceptables.

Nous demandons à la direction générale de la santé et à l’OMS de faire toute la lumière sur les pratiques évoquées. »…Toutes ces réactions en faveur des Africains ont amené le professeur Jean-Paul Mira à s’excuser.

Il l’a fait dans un communiqué qu’il a rendu publique, précisant :« Je veux présenter toutes mes excuses, demander à celles et à ceux qui ont été heurtés, choqués, qui se sont sentis insultés par des propos que j’ai maladroitement prononcés sur LCI cette semaine, leur présenter mes excuses les plus sincères, parce que ces propos ne reflètent en rien ce que je suis, ce que je fais au quotidien, depuis maintenant 30 ans ».

Jean-Paul Mira a même passé son compte Twitter en privé en raison des menaces et insultes qu’il recevait depuis cette séquence.

Désormais, avant de parler ainsi de l’Afrique, il faudra bien réfléchir en amont. Pour l’heure, nous devons toujours continuer de sensibiliser nos frères du continent, à dire NON à un quelconque vaccin contre le COVID -19 et à toujours observer les consignes de barrière face au virus.

L’Afrique ne sera plus votre jouet !

Lire aussi : Coronavirus : En Afrique, six pays officiellement épargnés

Abel Naki