Cote d’Ivoire: La cour africaine donne raison à SORO Guillaume

0
139

La Cour africaine des droits de l’homme donne raison à Soro Guillaume. Elle somme l’État de Côte d’Ivoire à surseoir au mandat d’arrêt contre lui .

Soro Guillaume content de l’arrêt de la cour africaine

C’est un Soro Guillaume victorieux et heureux de l’arrêt rendu par la cour africaine des droits de l’homme et des peuples, qui s’extasie sur les réseaux sociaux. « La victoire est toujours du côté de la justice » a t’il écrit sur sa page Facebook. La cour a donné raison à ses conseils ,en demandant au pouvoir de Ouattara de suspendre le mandat d’arrêt émis contre lui fin décembre dernier.

La cour ne s’est pas arrêté à ce niveau. Elle a aussi ordonné la libération de tous ses proches. Environ dix-neuf personnes. Il s’agit entre autre d’Alain Lobognon, Kanigui Soro, Camara Loukimane, Yao Soumaïla et Soumahoro Kando… Parmi eux figurent aussi Tehfour Kone, candidat aux élections municipales d’Abobo, Soul to Soul, son directeur de protocole , ou encore Félicien Sekongo, président du MVCI. La plupart d’entre eux sont en détention préventive depuis fin décembre 2019, éparpillés dans plusieurs prisons de la Cote d’Ivoire.

Toujours selon la même cour africaine, à six mois de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire supposée se tenir fin octobre 2020, et alors que Guillaume Soro est candidat, « l’exécution des mandats d’arrêt et de dépôt contre des personnalités politiques (…) risque de compromettre gravement l’exercice des libertés et droits politiques des requérants ».

Soro et ses amis poursuivis pour plusieurs chefs d’accusation

Souvenez-vous, Guillaume Soro et ses collaborateurs étaient poursuivis de différents chefs d’accusation. Pour certains c’est le détournement de deniers publiques, atteinte à l’intégrité de l’état pour d’autres c’est le blanchiment d’argent ou d’autres délits imaginaires du pouvoir Ouattara.

Son avocate principale Maître Affoussy Bamba, salue cette décision qui est importante. Elle vient de mettre à nu toute cette cabale politico-judiridique. Qui n’a pour but que ,d’empêcher un candidat sérieux de se présenter à l’élection présidentielle d’Octobre 2020.

Elle ne s’arrête pas en si bon chemin, elle va plus loin. Certains magistrats ivoiriens seraient soumis à des simulations, à des menaces et pressions. Il y a des immiscions graves de l’exécutif dans le travail de ces magistrats .De sorte qu’ils ne peuvent pas rendre le droit sans risque de représailles. Il était donc important pour le conseil de Soro Guillaume de saisir la cour africaine de justice, qui est une juridiction internationale. Ce qui a été fait. Par cette décision la cour vient de montrer toutes les manœuvres entreprises par le pouvoir d’abidjan. La cour africaine vient également de mettre à nu tout ce qui avait été entrepris contre le sieur Soro Guillaume Kigbafori et ses proches. Elle va également se prononcer sur le fond de cette affaire au mois de juin. Mais déjà c’est une victoire qu’il faut saluer et savourer.

Lire aussi : Guillaume Soro lance sa contre-attaque judiciaire à Paris