Covid-19 : « Nous sommes au bord d’une pandémie de faim », avertit l’Onu

0
32
Covid-19 :

Le Programme alimentaire mondial de l’ONU lance un un cri d’alarme sur les conséquences du Covid-19 en termes d’alimentation.

La famine pourrait menacer deux fois plus de personnes fragilisées, à cause des répercussions économiques de la crise sanitaire mondiale. Le nombre de personnes souffrant de faim dans le monde pourrait doubler, « atteignant plus de 250 millions d’ici la fin de 2020 », a prévenu mardi 21 avril le Programme alimentaire mondial (PAM).

La pandémie de coronavirus risque de provoquer, en raison de ses répercussions économiques dévastatrices une « catastrophe humanitaire » à l’échelle planétaire, d’après cette agence de l’ONU.

Alors que le Covid-19 a fait plus de 174 000 morts dans le monde depuis son apparition en Chine en décembre, selon un bilan établi mardi par l’AFP, le PAM a lancé un cri d’alarme sur ses conséquences en termes d’alimentation. »Nous sommes au bord d’une pandémie de faim », a précisé David Beasley, le patron du PAM,. « Nous sommes non seulement confrontés à une pandémie de santé mondiale, mais aussi à une catastrophe humanitaire mondiale.

Des millions de civils vivant dans des pays marqués par des conflits, dont de nombreuses femmes et enfants, risquent la famine, le spectre de la famine étant une possibilité très réelle et dangereuse », a insisté David Beasley. »Dans le pire des scénarios, nous pourrions avoir une famine dans une trentaine de pays.

En fait, dans dix de ces pays nous avons déjà plus d’un million de personnes dont chacun d’entre eux au bord de la famine », a-t-il précisé, sans identifier les pays en question. « Des gens qui avaient besoin d’aide vont avoir besoin d’aide plus longtemps et de nouvelles personnes vont se retrouver en situation d’insécurité alimentaire à cause du Covid-19 », a expliqué à Arif Husain, économiste principal au PAM, auteur de l’étude et coauteur du rapport présenté mardi.

Chaque jour déjà, a-t-il rappelé, « environ 21 000 personnes meurent dans le monde de causes liées à la faim », avant de prévenir. « C’est la situation habituelle dans le monde, avant la pandémie. »Pour sa part, l’Organisation internationale du travail (OIT) a prévenu mardi : « La crise du Covid-19 a un effet dévastateur sur les travailleurs et les employeurs », à travers « des pertes massives sur la production et les emplois dans l’ensemble des secteurs ». »Le monde du travail traverse la pire crise internationale depuis la Seconde Guerre mondiale », a affirmé Alette van Leur, directrice des politiques sectorielles de l’OIT.

« L’impact économique de la pandémie sera probablement grave et durable. »En Europe, le ralentissement économique provoqué par le virus pourrait à terme affecter les emplois de 60 millions de travailleurs, entre baisses de salaires et licenciements, a prévenu mardi le cabinet d’études McKinsey.

La pandémie pourrait « presque doubler le taux de chômage européen dans les prochains mois », estime le cabinet de conseil américain.

Lire aussi : Covid-19 : L’Onu met en garde contre le risque d’une régression des droits humains

La rédaction