Côte d’Ivoire : Intimidations, menaces et injustices sont devenus le quotidien des habitants de San Pedro.

0
62
Côte d'Ivoire : Intimidations, menaces et injustices sont devenus le quotidien des habitants de San Pedro.

Je quitte la ville de San Pedro avec un sentiment mitigé. Des magistrats corrompus et qui narguent à visage découvert. Des opérateurs économiques intouchables, qui font la pluie et le beau temps de la ville. Ils ont droit de vie et mort (politique, économique et charnelle) sur les pauvres populations.

Que dire du Député-Maire de San Pedro, Félix Anoblé, (qui n’a que de noble son prénom), ancien porte-parole de chef rebelle, qui agit en maître absolu avec sa milice secrète, donnant même des frayeurs au Président du Conseil Régional, Mr Beugré Donatien.

Une taxe (mafieuse) est collectée dans la ville de San Pedro. Tous les commerces s’y plient, même les chefs d’entreprises, les fondateurs d’établissements privés. A qui est-elle destinée? Omerta totale…Je me suis confronté à plusieurs lobbies : les Nigériens, les Burkinabés, les Guinéens, les Français et les Libanais.. pour ne citer que les plus influents..

Chaque groupe gère une sphère économique de la ville. Les expatriés de la sous région sont solidaires dans le bien comme dans le mal. Leur activité tournent autour du port autonome de San Pedro. Les quelques rares ivoiriens qui sont infiltrés en dockers, font pattes blanches et sont entièrement soumis.

Les libanais de la ville sont intouchables. Pire, avec leurs valets au Tribunal de la ville, dans les commissariats et même à la Préfecture de police, difficile de rivaliser. En procès avec eux, si tu as raison, vaudrait mieux payer 5 millions pour espérer 2 ans de prison. Ali ATIE et son complice JABER peuvent impunément maintenir en prison des ivoiriens, et narguer la famille de faire plus en appel (qui pourtant siège à Daloa) …

Les français se font discrets ainsi que les italiens et le Grecque… Leur passeport (bordeaux) les protège. Faut dire qu’à part la déforestation, l’exploitation agricole avec une main d’oeuvre non déclarée et quelques enfants (oups !!!! sujet sensible), ouvriers et personnels de maison majoritairement non déclarés, ils ne font rien de mal…

QUESTION : Le pouvoir d’Abidjan attend t’il une révolution populaire régionale pour agir ? J’en appelle à Mr Sansan Kambilé, Ministre de la Justice et des libertés, Garde des Sceaux (et non des casseroles) pour entendre les procureurs…J’en appelle au Général Youssouf Kouyaté, DGPN et au Général Vagondo Diomandé, Ministre de la Sécurité pour auditionner les officiers de la ville sur « la taxe mafieuse » prélevée et jamais inquiétée…

Le silence coupable de Ousmane Coulibaly, Préfet de Région, m’a aussi interpellé. Bon, c’est vrai que ce n’est pas Vincent Toh Bi Irié celui d’Abidjan… Je me demande si ce n’est pas mieux dans ce dossier qu’il y soit affecté. Peut-être arrivera t’il à faire bouger les lignes. Ainsi il sera loin des « profiteurs du COVID », et pourrait remettre de l’ordre dans cette belle cité !!!

Sachant que Madame Konan est en sécurité, j’en appelle à l’ambassadrice d’Allemagne, à se pencher sur le dossier de la coopérative E.C.A.NAD ( Entreprises Coopérative Agricoles de Nado ). Des ramifications évidentes avec votre chancellerie apparaissent dans le Dossier.

Je crains le pire pour la vie de Mr Konan. Je voulais me référer au PRADO, mais je le sais trop en colère et préoccupé actuellement à résoudre un dilemme cornélien…Il ne peut plus pousser pour démarrer. Doit-il regarder vers le cimetière (lisez moi bien hein.. fhm )

* Retourner chez sa bien-Aimé pour un challenger de poids (drapeau en berne..) * Où se déculotter et faire atterrir l’avion sinon le Dahichi est à l’affût.

Lire aussi : Le jumelage de San Pedro et Philaport (Etats-Unis) salué par les artisans ivoiriens

Mouhamadou Soumahoro Journaliste d’investigation Générations Africaines Conscientes