CÔTE D’IVOIRE : OUMAR CAMARA, L’HOMME « QUI A DÉPLACÉ LES URNES DU PLATEAU À ANGRÉ » RECONDUIT À LA PRÉSIDENCE DE LA CEI PAR LE RHDP

0
52
CÔTE D'IVOIRE : OUMAR CAMARA, L’HOMME « QUI A DÉPLACÉ LES URNES DU PLATEAU À ANGRÉ » RECONDUIT À LA PRÉSIDENCE DE LA CEI PAR LE RHDP

Le choix d’un représentant local de la Commission électorale indépendante (CEI) dans la commune du Plateau pose problème.

Il s’agit de Camara Oumar, dont la reconduction à ce poste est vigoureusement contestée par la jeunesse communale. Vendredi dernier, les jeunes ont fait une conférence de presse pour exprimer leur désaccord.« Monsieur Camara Oumar, président de la CEI locale 2, est celui-là même qui a été au centre de ce qui a failli créer une crise post-électorale dans notre chère commune.

Des sites d’enrôlement parallèles avaient été ouverts un peu partout, à Abidjan, où des personnes devaient être enrôlées puis reversées dans les effectifs du Plateau. Avec la vigilance de certains acteurs, cette manigance a été mise à nu ».« En octobre 2018, lors de la crise que nous avons connue, au Plateau, M. Camara Oumar, dans sa volonté de tricher, a, sur sa propre initiative et de manière solitaire, surtout sans l’aval de la Cei centrale, organisé le déplacement des urnes du Plateau à Angré.

On se souvient qu’à cet endroit, les résultats qui avaient été donnés par la Commission qu’il présidait étaient tous faux. M. Camara Oumar ne saurait mener une opération crédible. La Cei centrale a dû, elle-même, monter au créneau et communiquer les vrais résultats » ont dénoncé les jeunes par la voix de leur responsable, Gnangran André, président local du Conseil national des jeunes de Côte d’Ivoire (Cnjci), accompagné d’autres organisations de jeunesse.

Les jeunes ont tenu à préciser qu’il ne s’agit nullement de « défier quelqu’un » mais pour « reconstruire la confiance qui, jadis, existait entre les populations ». « Les mêmes causes produisant les mêmes effets, nous devons nous servir de notre histoire pour ne pas répéter les crises » ont-ils averti. Pour mieux se faire entendre, ils ont adressé un courrier au président de la Cei centrale, Coulibaly Kuibiert, pour se saisir du dossier Camara Oumar.

Aussi, les jeunes ont-ils salué la volonté de mettre fin à la transhumance, phénomène qui a créé beaucoup de désordre dans biens de communes. Enfin, un appel a été lancé pour une participation massive à l’opération d’enrôlement sur le listing électoral.

Nouveau Réveil