DÉMOCRATIE OU « DEMONCRATIE »

0
96
DÉMOCRATIE OU

J’ai eu le privilège de séjourner par trois (03) fois dans ce pays, dans cette belle capitale africaine qu’était Tripoli.

A cette époque, la compagnie aérienne Afriqiyah Airways une société contrôlée à 100 % par le gouvernement libyen et fondée en 2001 permettait de relier l’Afrique et l’Europe et les capitales africaines entre elles à un tarif défiant toute concurrence.

Le panafricaniste Mouammar Mohammed Abu Minyar Kadhafi, le Guide était encore aux affaires, il régnait en maître et comme un bon père sur le pays. Le pays était beau. C’était une oasis. Les libyens que je rencontrais à l’aéroport et dans les rues étaient heureux, leur pays était sécurisé et très respecté mais aussi très jalousé par ceux qu’on connait.

Les libyens avaient de quoi à manger, à se soigner et à offrir à nous autres visiteurs. Les quelques rares libyens que je rencontrais aussi dans certaines capitales européennes étaient pour la plupart étudiants ou des hommes d’affaires en transit. C’était la belle époque. Et à cette époque, être libyen était une fierté.Un bon matin, ceux qui pensent le monde depuis leur laboratoire, qui écrivent notre histoire à notre place, les éternels donneurs de leçon ont décidé d’écrire l’histoire de la Libye mais mieux de lui assurer un avenir radieux pour des générations et des générations à travers la démocratisation de son système politique.

Leurs communicateurs, militaires, intellectuels sont rentrés dans leurs laboratoires non sans avoir activé la nébuleuse communauté pour réfléchir sur le régime libyen et le futur de ce grand pays. La suite on la connait: La mort du guide libyen un matin du 20 octobre 2011 dans des conditions non encore élucidées pour ne pas dire ne seront jamais élucidées tant de nombreuses versions de sa mort sont avancées.

A-t-il été tué lors de son lynchage par un simple milicien ou un agent secret français ? Retenons tout simplement que la mort du guide libyen a créé le chaos dans tout le pays. En lieu et place d’un gouvernement légitime reconnu par le peuple, ces penseurs nous ont offert un gouvernement reconnu par la nébuleuse communauté internationale avec un chef de gouvernement incapable de regarder droit dans les yeux des libyens.

Ce riche pays pétrolier aux frontières poreuses est devenu depuis un carrefour de contrebande d’armes, de drogue et surtout de trafic lucratif de migrants de l’Afrique sub-saharienne qui tentent la périlleuse traversée de la Méditerranée pour rejoindre l’Europe. Parce que les frontières libyennes n’existent plus, le pays est devenu par la faute de ces penseurs un passage privilégié pour les candidats à l’immigration clandestine avec son corollaire des milliers de morts en méditerranée.

La Libye d’hier et celle d’aujourd’hui semblent être deux réalités diamétralement opposées. Depuis la « révolution » de 2011 et la chute de Kadhafi, le chaos est roi en Libye. A l’ouest et à l’est du pays, deux camps revendiquent le pouvoir et l’Etat islamique prospère. Le résultat, c’est aussi le chaos et l’insécurité dans toute l’Afrique subsaharienne. La chute du régime de Kadhafi et le chaos qui a suivi ont entraîné une prolifération d’armes de guerre dans tout le Sahel.

Des combattants touareg ayant soutenu jusqu’au bout le guide sont rentrés, armés jusqu’aux dents, dans leur pays respectif, au Niger mais surtout au Mali. On comprend aisément comment et pourquoi le président Amadou Toumani Touré(ATT) a perdu le pouvoir au Mali mais mieux pourquoi la crise malienne peine à trouver une solution durable. Les troubles et désordres au Niger, Tchad, Burkina pourraient aussi trouver leur origine dans la chute du régime libyen. Voici qui est claire, nos penseurs des temps modernes et toutes ramifications ont échoué en en Libye.

La démocratie promise a accouché d’une grosse et violente souris et c’est la raison pour laquelle si je devais noter ces penseurs, c’est Z É R O et Z É R O.

De Kouassi pour Diaspotv