Côte d’Ivoire : Déclaration du président Henri Tohou suite au décès du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly

0
99
Côte d’Ivoire : Déclaration du président Henri Tohou suite au décès du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly

Dans la soirée du mercredi 8 juillet 2020, la Côte d’Ivoire et ses populations ont été informées du décès du premier ministre Amadou Gon Coulibaly à la Polyclinique internationale Sainte Anne-Marie (PISAM), située dans la commune de Cocody, à Abidjan, suite à un malaise intervenu dans la matinée, au cours du conseil des ministres, et cela après quelques jours seulement de son retour de paris pour une visite médicale.

La grande joie et le grand espoir suscités par le retour en Côte d’Ivoire du premier ministre, et candidat investi pour représenter le RHDP, le parti présidentiel, venaient ainsi de se faire remplacer par une grande tristesse et un deuil national.

En cette période de grande tristesse, nous présentons nos sincères condoléances au président de la République son Excellence Mr Alassane Ouattara; aux membres du gouvernement et à la famille du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly. Toutes nos prières vont à l’instant même à l’endroit de sa famille biologique en ces moments de grande douleur.

Que certains l’aient eu pour un adversaire ou pour un allié, une chose est certaine, Amadou Gon Coulibaly est un homme d’Etat, un grand serviteur de la Nation Ivoirienne : Député ; maire de Korhogo ; ministre ; secrétaire général de la présidence de la république ; premier ministre de la Nation ivoirienne, avant de devenir le candidat à l’élection présidentielle de son groupement politique, le parti présidentiel, le RHDP qu’il n’aura pas eu le temps d’assumer, le sort ayant voulu le contraire.

Il est à reconnaître que par-delà tout, le premier ministre Amadou Gon Coulibaly symbolise l’une des rares valeurs dans les sphères politiques africaines de notre temps : la loyauté vis-à-vis de son leader, du temps des grandes incertitudes à la période de gloire avant cette séparation douloureuse.

 L’Union Socialiste du peuple rend un hommage mérité à ce serviteur de la nation, et à cet homme d’Etat courageux.

Au-delà  de nos douleurs et tristesse, une question se pose à l’ensemble de la classe politique, et particulièrement au président Alassane Ouattara, à savoir où va la Côte d’ivoire après le décès du candidat investi du parti présidentiel à 3 mois de la date constitutionnellement fixée pour la tenue des élections présidentielles, mais aussi en pleine pandémie du Covid-19 qui a porté un coup dure à la liberté de mouvement des personnes pendant la récente période de l’enrôlement des électeurs, et cela dans une Côte d’ivoire divisée, minée par les conflits politiques affectant les religions et régions.

Ces élections vont-elles se tenir effectivement en Octobre ? et même si elles se tenaient à la date constitutionnellement fixée, pourraient-elles ‘’ guérir’’ cette Côte d’Ivoire dans laquelle chaque camp pour ne pas dire chaque clan attend la moindre opportunité pour en finir avec son ennemi juré de plusieurs années ?

Au regard de ce qui précède, et dans la ligne de notre vision pour une Côte d’Ivoire apaisée, unie et beaucoup plus fraternelle, pour une paix durable, propice au développement de tous et par tous, nous demandons pour une dernière fois au président Alassane Ouattara, de faire appel à l’ensemble de la classe politique, y compris ceux qui sont contraints de vivre a l’étranger ou en exil, autour d’une table, pour la mise en place d’un gouvernement de transition à travers un gouvernement d’union  afin de mettre un terme à la crise multiforme et intersectorielle que vit notre pays depuis plusieurs décennies.

Cette transition que nous réclamons depuis Mars 2018, loin d’être un mal pour notre pays, est pour nous une solution nécessaire pour la stabilité et une paix durable, surtout que la génération des Présidents Bédié, Ouattara et Gbagbo se retrouve aux portes de leur retraite politique, avec naturellement l’avènement d’une nouvelle génération et d’une nouvelle classe sur la scène politique Ivoirienne.

Il est donc plus que jamais nécessaire que la classe politique dominante de notre pays qui a été à l’origine de graves conflits sanglants, éponge son passif à travers cette transition, avant sa retraite, afin de permettre à la Côte d’ivoire de demain de vivre dans la paix et la fraternité. A cet effet, le chemin à emprunter pour y arriver, se trouve tracé dans notre constitution d’hier et même dans celle d’aujourd’hui, avec un exécutif composé d’un président de la république, d’un vice-président et d’un premier ministre : 3 postes que peuvent se partager les présidents Bédié, Ouattara et Gbagbo dans ce gouvernement d’union et de réconciliation, s’ils aiment vraiment la Côte d’Ivoire et ses pauvres populations endeuillées par leurs guerres sans fin. 

Le peuple ivoirien les regarde, et ma génération s’impatiente !!!!

Chaque minute qui passe, doit être mise à profit pour délivrer la Côte d’Ivoire avec un acte fort, et un geste de grande générosité en faveur de nos populations meurtries qui ne demandent que la réconciliation, la paix et l’amélioration de leurs conditions de vie.

Fait à Londres ce Jeudi 09Juillet 2020

Le Président Henri TOHOU

Président de l’Union Socialiste du Peuple USP

Enseignant des Sciences Politiques et du Droit à l’Université

Juriste consultant à Londres

Ex candidat à la présidentielle 2010 en Côte d’Ivoire

Candidat à l’élection présidentielle 2020- 2021

Site Web: www.usp-ci.com