COTE D’IVOIRE : QUAND KABLAN DUNCAN OBLIGE OUATTARA A MENTIONNER CLAIREMENT LA DATE DE SA DÉMISSION À SAVOIR LE 27 FÉVRIER 2020

0
27
COTE D'IVOIRE / OUATTARA ACCULÉ APRÈS LA DÉMISSION DE DUNCAN : VERS UNE TRANSITION ?

L’annonce de la démission a été faite par le Secrétaire général de la Présidence, Patrick Achi, ce lundi 13 juillet 2020. Daniel Kablan Duncan est arrivé au palais présidentiel oeu avant 9h, avec sa voiture de fonction.

Son chef du protocole l’y attendait. C’est son aide de camp qui a été le premier à descendre de la voiture et à l’encadrer avant que son protocole ne le conduise au bureau du Président Alassane Ouattara qui l’attendait.Un projet de communiqué lui a été soumis. Après lecture, Duncan a opposé un refus de validation.

Il a alors demandé à Ouattara que la date de sa démission, à savoir le 27 février 2020, soit clairement mentionnée dans ledit communiqué. Une remarque qu’a acceptée Ouattara.Daniel Kablan Duncan : les dernières minutes au palais avec OuattaraDe fait, cette date semblait plus qu’importante pour Duncan, commente un analyste. « D’abord elle permet de montrer que le vice-président était parti avant la désignation, le 12 mars 2020, d’Amadou Gon Coulibaly, comme candidat du RHDP. Ensuite, elle montre que Duncan n’était pas associé au projet de modification de la constitution.

Enfin, que Gon savait qu’il avait démissionné et donc que les rumeurs sur l’annonce de sa démission, qui aurait été faite à celui-ci, quelques heures avant sa mort, est infondée ».Après donc la réécriture du communiqué, la (vieille) démission a donc été actée. Le Président Ouattara lui a montré le communiqué qui devrait être lu. En conséquence, le Conseil des ministres extraordinaire, prévu ce lundi matin, se tiendra sans lui. En effet, Duncan est tout de suite sorti du bureau, après avoir remercié Ouattara, pour la confiance qu’il lui a témoignée et est parti.

La nomination d’un nouveau vice-président devrait probablement être connue après les obsèques du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, décédé le mercredi 08 juillet dernier, des suites d’un choc cardiaque. La deuxième personnalité de la Côte d’Ivoire, transfuge du PDCI-RDA, avait rédigé sa démission depuis longtemps et l’avait remis au chef de l’Etat, qui l’aurait ensuite accepté.

La rédaction