Le parrainage citoyen et la caution de 50 millions ont fait assez de victimes dans le rang des candidats à la présidentielle ivoirienne du 31 octobre prochain.

0
104
Le parrainage citoyen et la caution de 50 millions ont fait assez de victimes dans le rang des candidats à la présidentielle ivoirienne du 31 octobre prochain.

C’est fait, depuis hier lundi 14 septembre 2020, Mamadou Koné, président du Conseil constitutionnel et ses collaborateurs ont publié la liste définitive des candidats à la présidentielle du 31 octobre 2020.

Alors que la Commission électorale indépendante(Cei) avait enregistré et acheminé 44 dossiers de candidature au Conseil constitutionnel, ce sont finalement 4 dossiers qui ont été retenus. Il s’agit du dossier de candidature du président sortant Allasane Ouattara(Rhdp) et ceux d’Henry Konan Bedié (Pdci-RDA), Pascal Affi N’guessan(Fpi) et Kouadio Konan Bertin(indépendant).

En dehors de l’ex-president Laurent Gbagbo et de l’ex-chef rebelle Soro Guillaume dont les candidatures ont été invalidées pour des raisons que nous connaissons (leurs noms ne figurant pas sur les listes électorales…), le parrainage citoyen et la caution de 50 millions ont eu raison des 38 autres postulants. Bienvenue donc dans la 3ème république.

Dans cette nouvelle république, n’importe qui ne peut prétendre à la magistrature suprême. Tout postulant devra au préalable recueillir la bénédiction d’un certain nombre de citoyens et s’acquitter d’une caution de 50 millions. C’est pas donné. « C’est pas pour les enfants » pour parler comme à Adjamé.Intéressons-nous à présent aux forces et faiblesses des 4 candidats retenus par le conseil constitutionnel.

1. Pascal Affi N’guessan (Fpi).

Forces : Ancien premier ministre de Laurent Gbagbo. Président légal du Fpi. C’est un habitué des élections. Il est un élu local(le Morounou)depuis l’avènement du multipartisme en 1990. Il connaît les rouages des élections. C’est aussi un habitué des meetings. Contrairement à Bedié et Ouatarra, Affi peut enchaîner des meetings. Il a encore sa force et sa fourgue.

Militant de gauche qui sait manier la langue, il sait parler au peuple comme son maître Laurent Gbagbo. Il est de la nouvelle génération dont parle Alassane Ouatarra. Il sait discuter. Il sait que la politique est faite de compromis et de compromissions.

Faiblesses : Candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2015 avec moins de 10 %.

Il est considéré par camp des « Gors » et par une grande majorité des électeurs de gauche comme étant celui qui a trahi Laurent Gbagbo en cherchant à tourner la page de ce dernier quand il a été déporté à la Cpi. Même s’il est à la tête du Fpi depuis plus de deux décennies, il n’a pas la légitimité du parti avec lui. La base du Fpi n’est pas avec lui mais avec Laurent Gbagbo.

Il est perçu comme celui par qui est venue la division du Fpi. Il a contre lui les caciques et l’aile dur du Fpi qui le soupçonnent de « dealer » avec le parti au pouvoir. Il peine à trouver une place de choix dans la conscience collective.

2. Kouadio Konan Bertin kkb.

Force : Sa jeunesse. Il est le plus jeune des quatre candidats. Ancien président de la jeunesse du Pdci-RDA. Son franc-parler et son audace. Son score honorable(je pèse mes mots)lors des présidentielles de 2015.

Faiblesses: Il n’a la caution d’aucun parti politique. Il est vu par les militants du Pdci comme un indiscipliné et un soldat perdu. Il n’est pas constant dans ses positions: « si Bedié est candidat, je me mets à sa disposition »; « Bedié est le candidat naturel du parti »…Il n’a jamais travaillé ni dans le privé encore moins dans l’administration publique.

Les questions fusent de partout sur ses parrainages mais surtout sur le paiement de sa caution. On le soupçonne d’ailleurs de rouler pour le parti au pouvoir à l’effet de grignoter dans l’électorat du Pdci.

3. Alassane Ouatarra.

Forces: Président sortant, il peut vendre son bilan qu’il juge lui-même d’inattaquable. Il a tous les leviers du pouvoir avec lui(l’armée, les médias, les finances, la diplomatie…). C’est un homme des réseaux et un communicateur hors pair. Il a des militants prêts à tout pour la conservation de son pouvoir.

Faiblesses:Son bilan très mitigé sur le chantier de la réconciliation. Malgré les explications du président de Conseil constitutionnel, sa candidature reste mal perçue par l’opinion nationale et internationale.

Cette histoire de « 1er mandat dans la 3e république » reste difficile à la compréhension. Tous ceux (les leaders politiques) qui l’ont porté au pouvoir l’ont finalement lâché. Le nord n’est plus sa chasse gardée dans la mesure où d’autres ressortissants de cette partie du pays se réclament être des soroistes. Les événements douloureux à l’annonce de sa candidature le mois dernier restent encore présents dans les mémoires.

4. Aimé Henry Konan Bedié.

Forces : Ancien président de la république, il connaît les rouages du pouvoir. Un homme de réseaux. Il est président d’une grande formation politique(Pdci-RDA) très structuré et très implanté avec un électorat stable. Il pourra bénéficier d’un mot d’ordre de vote de Gbagbo (son frère à qui il a rendu visite à Bruxelles) et de Soro (son filleul) sans oublier les électeurs de tous ceux dont les candidatures ont été invalidées.

Il apparaît aujourd’hui comme le seul capable de réconcilier les ivoiriens. Il apparaît comme le seul opposant et adversaire dans cette compétition électorale à venir.

Faiblesses : Son âge. Bedié est le plus âgé des 4 candidats. Son message risque de ne pas avoir un écho favorable auprès des nouveaux majeurs, ceux qui sont nés après qu’il a été chassé du pouvoir par un coup d’État.

Alassane Ouatarra, Henry Konan Bedié, Pascal Affi N’guessan et Kouadio Konan Bertin dont les dossiers de candidature ont été retenus doivent se rappeler en tout lieu et à chaque instant une et unique chose. Ils ont en commun un et unique patrimoine qu’ils se doivent de préserver: la Côte d’ivoire.Excellente journée à toutes et à tous.

Paix sur notre beau pays.

Emmanuel De Kouassi