Côte d’Ivoire : Affaire faux bons d’exonération du sénat, la principale mise en cause dédouane Al Moustapha

0
97
Affaire faux bons d'exonération du sénat, la principale mise en cause dédouane Al Moustapha

« Al Moustapha est victime d’un règlement de compte. Il est victime de cette situation », voilà ce qu’a déclaré à Soir info n° 8053 du samedi 28 août 2021, Charlotte METOUA, ancienne employée à la Commission électorale indépendante ( CEI) de Côte d’Ivoire dans l’affaire de faux bons d’exonération des Sénateurs.

Faits pour lesquels le Procureur d’Abidjan-Plateau, le magistrat Adou Christophe Richard a animé récemment un point de presse, au cours duquel il s’est gardé de donner plus de détails pour les besoins, on s’imagine, de l’enquête.

Charlotte METOUA NOUTOY n’est pas une personne quelconque dans cette affaire. Il ressort, en effet, de nos premières investigations, en tant que journaliste, que cette dame ivoirienne et née à Cocody à Abidjan a approché avant 2020 monsieur Touré Aladji Moussa Moustapha, plus connu sous Al Moustapha. À ce dernier, elle a soumis son intention de dédouaner son véhicule. Naturellement, le dédouanement de véhicules fait partie des activités de Monsieur Al Moustapha puisqu’il est directeur général d’une société de transit dénommée Afrique transit Tcheni sis à Treichville, boulevard de Marseille.

L’homme ne voit aucun inconvénient puisque son entreprise qui emploie plus de 100 personnes vit de cette activité. Puis dame Charlotte METOUA NOUTOY explique à Touré Al Moustapha qu’elle dispose d’un bon d’exonération marqué du sceau du sénat ivoirien. Elle lui remet alors le document. En possession de ce bon, Al Moustapha se rend au service exonération de la Douane ivoirienne.

La douane, après vérification auprès des services compétents du sénat, valide le bon. Il peut être alors exécuté…

Ainsi commence la relation d’affaires entre Charlotte METOUA NOUTOY ancienne employée à la Commission électorale indépendante ( CEI) de Côte d’Ivoire et Touré Al Moustapha, Directeur général de Afrique transit Tcheni. Plusieurs fois, la nommée Charlotte approche le Directeur de Afrique transit Tcheni pour faire exécuter d’autres bons que Al Moustapha, à son tour faisait vérifier par le service exonération des douanes.

Al Moustapha pouvait-il imaginer que ces bons étaient faux, étant donné que leur validité à chaque fois était attestée par les services de douanes ?

Voici la question qui se pose.

Voici d’ailleurs d’ailleurs ce que déclare Al Moustapha dans Soir info n° 8053 du samedi 28 août 2021 « Je me suis même étonné d’être accusé par tous ces chefs accusations. Moi je ne fabrique pas des bons d’exonération. C’est une dame du nom de Charlotte, ex-intime d’un des hauts cadres du parti au Pouvoir qui travaille avec les sénateurs. J’ai remis toutes les preuves à la gendarmerie. Et les bons d’exonération je les remis à la douane pour vérification. Et la douane a appelé le service du Sénat pour vérifier avant toute validation. Ce qui veut dire que c’est au Sénat que se trouve les complices « . Des propos que ne conteste pas Dame Charlotte METOUA NOUTOY.

Les faits datent de presque deux ans.

La réveiller maintenant cache assurément une intention de coller à Touré AL Moustapha tous ‘’les péchés de faux bons d’exonération’’. À mille lieux, cette affaire, selon certains ivoiriens pue un règlement de compte.

Silvère Bossiei pour Diaspotv