CÔTE D’IVOIRE : LES PREMIERS POINTS D’ACCORD ET DE DÉSACCORD DU DIALOGUE POLITIQUE ENTRE GOUVERNEMENT ET OPPOSITION

0
120
CÔTE D'IVOIRE : VOICI LES PREMIERS POINTS D'ACCORD ET DE DÉSACCORD DU DIALOGUE POLITIQUE

Le mercredi 23 décembre 2020, Monsieur le Ministre de l’Intérieur et de la sécurité a présidé dans la salle C de la Primature, la première séance du comité restreint mis en place dans le cadre de la troisième phase du dialogue politique, accompagné de dix autres membres du Gouvernement.

1 – Les participants issus des partis politiques et de la société civile. Les onze (11) partis et groupements politiques (RHDP, PDCI-RDA, AFP/FPI, LMP, AID, GP-PAIX, URD, UDR, UDCY, RPP, et RENOUVEAU DEMOCRATIQUE), et les sept (7) organisations de la société civile (PEACE, POECI, APDH, GPATE, 2PFJ, GOFEHF et CNSI) conviés, ont tous répondus présents avec un haut niveau de représentation.

2 – Le déroulement Le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, dans son mot d’ouverture, a justifié le regroupement des deux catégories d’acteurs, au sein d’un Comité restreint unique par la contrainte de temps, et rappelé les thématiques et les délais impartis, avant de laisser la parole aux participants.

Monsieur TIEDE Jean Gervais de « EDS », au nom de la « Coalition PDCI-RDA, EDS, FPI-AFD et l’URD », a lu une déclaration préconisant « un dialogue national inclusif avec une relecture des textes qui encadrent les élections ».

Un calendrier des travaux du Comité a été ensuite adopté, qui prévoit de traiter la question de l’environnement politique avant celle de la recomposition des CEI locales.

3 – Les résultats des travaux A l’issue des discussions sur le thème du jour, à savoir l’environnement politique, il a été noté ce qui suit :

Les points d’accord Pour un apaisement de l’environnement politique national, les participants ont unanimement préconisé : – La poursuite des discussions entre le Président Alassane OUATTARA et le Président Henri Konan BEDIE, en y associant le Président Laurent GBAGBO ; – L’organisation d’assises nationales pour la paix et la réconciliation nationale ; – Le principe de la libération des personnes, leaders politiques ou jeunes, poursuivis pour des faits liés au mot d’ordre de désobéissance civile ; – La réparation au nom de l’Etat pour les victimes des crimes et exactions.

Les points de divergence Il a été noté un seul point de divergence, à savoir les modalités de la libération des personnes poursuivies : certains acteurs demandent une libération sans condition, au nom de la réconciliation; d’autres en revanche, estimant que serait encourager l’impunité, exigent la au préalable la justice et la repentance avant toute libération.

Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité