Déclaration du retrait de la Ligue des mouvements progressistes LMP et création du Front pour la Défense de la Constitution (FDC )

0
108
Déclaration du retrait de la Ligue des mouvements progressistes LMP et création du Front pour la Défense de la Constitution (FDC )

Réunis le samedi 17 octobre 2020 dans la commune de Yopougon à Abidjan en république de Côte d’Ivoire, quatre (04 ) partis et mouvements politiques sur les sept (07) initialement membres du groupement politique de la Ligue des Mouvements pour le Progrès (LMP), voyant que la gestion de la ligue n’est plus collégiale, et est devenue l’apanage d’un seul individu, et que la position de la LMP dans le débat politique n’est plus claire, à savoir si c’est désormais un groupement de l’opposition ou un groupement pro-Ouattara, ont décidé de se retirer de ladite ligue (LMP) en vue de mettre en place un nouveau groupement politique résolument orienté vers la défense des intérêts du peuple ivoirien.

Ainsi, nous, membres issus des partis politiques et des mouvements de la société civile, décidons de donner naissance à un groupement politique dénommé : « Front pour la Défense de la Constitution (FDC) ».

Vu que la loi fondamentale de la nation ivoirienne est foulée aux pieds depuis le début du processus électoral de 2020 par le pouvoir OUATTARA, notamment avec la contrainte à l’exil de certains fils et filles du pays, de l’emprisonnement abusif pour d’autres, de l’instauration du fameux parrainage des candidats aux élections présidentielles, de l’exclusion de l’élection présidentielle de plusieurs candidats de l’opposition et du troisième mandat du Président Alassane OUATTARA, le groupement Front pour la Défense de la Constitution (FDC) entend défendre la Constitution et faire promouvoir la démocratie.

Pour ce faire, le FDC entend mener toutes les actions nécessaires pour le respect des textes fondamentaux régissant la nation ivoirienne et aussi pour unir notre mère patrie la Côte d’Ivoire, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest en passant par le Centre.

Le FDC souhaite à cet effet, apporter son expertise pour éteindre ce feu allumé par le « POUVOIR OUATTARA » qui consume notre pays. Ainsi donc, nous en appelons au Dialogue politique inclusif de tous les fils du pays en vue de promouvoir la démocratie et faire prévaloir la constitution.

Nous invitons par conséquent, tous les groupements politiques et toutes les organisations de défense des droits de l’homme et des droits socioéconomiques, non encore membres des différents groupements politiques déjà existants, qui se sentent dans ce combat, à venir se joindre à notre groupement politique pour l’instauration d’une démocratie vraie en côte d’ivoire, et la réhabilitation de notre constitution.

Nous informons les autorités ivoiriennes à savoir la primature, la présidence de la république ainsi que les institutions sous régionales et régionales (La Cedeao, l’Union Africaine), les institutions internationales telles les Nations Unies et les ambassades accréditées auprès de la république de Côte d’Ivoire, que la LMP ne nous représente plus, et qu’en conséquence les actes posés et les accords signés ne nous engagent plus.

Étaient présents et ont signé à cette assemblée constitutive du Front pour la Défense de la Constitution (FDC) les partis et organisations ci dessous :

1) – Le Parti Populaire des Sociaux Démocrates (PPSD) Le Président Emmanuel TIEHI

2)- Le Consensus des Démocrates Africains (CDA) Le Président TANO TANO Florent

3)- L’Alliance Centriste Ivoirienne (ACI) Le Président BAH Ferdinand

4) – Génération Humaniste internationale( GHI) Le président Tanou J. Baptiste.

5/La Mouvance Citoyenne (M.C) Le président Jean Martial ETIEN

6/ l’Union Socialistes du Peuple (USP) Le Président Henri Tohou Ex – candidat à la présidentielle de 2010 en Côte D’Ivoire.

La rédaction