LA FRANCE, ON LA DETESTE MAIS ON L’AIME EN SILENCE……..

0
82

Le locataire du palais de l’Élysée a donné une interview dans « Jeune Afrique »(regarder un nom comme ça) que l’éternelle « masturbation » intellectuelle a repris chez l’africain dans les ex-colonies françaises. « Non, Macron ne devait pas dire ça », « il ne peut pas dire des choses pareilles », « mais pourquoi Macron nous fait ça »?

 » Macron doit condamner », « Il doit protéger la démocratie », « il doit parler sans faux-fuyant et sans langue de bois », « il ne peut pas nous faire ça » et patati patatras. Toujours les mêmes réactions et les mêmes commentaires des mêmes commentateurs oubliant naïvement que celui qui occupe le palais de l’Élysée est le président de la France et porte-étendard d’un système dans lequel on n’a pas d’amis mais des intérêts à défendre.

Nous sommes encore dans la cinquième république, dans le même système. Charles de Gaulle, premier président de la cinquième république, a par son génie politique légué à ses successeurs (droite, centre et gauche) un héritage politique (Françafrique) que chacun applique selon son style et son tempérament.

La classe politique française dans sa globalité à le même regard sur l’Afrique. Parlant de style et tempérament, voici ce qu’ils nous servent : sommet France-Afrique quand ce n’est pas sommet Élysée-Afrique. Ils soutiennent que nous avons un problème civilisationnel quand ils sont fatigués de dire que nous ne sommes pas assez rentrés dans l’histoire.

Dans le fond, ils disent la même chose parce qu’ils ont le même regard sur nous. Laissons donc Macron en paix et cherchons à régler nos problèmes par nous-mêmes et pour nous-mêmes. C’est quelle histoire ça? Quand un locataire de l’Élysée parle dans notre affaire, on se plaint. Quand il décide de ne pas parler dans notre affaire, on se plaint. De la même façon, quand un journaliste des Medias français parle mal d’un dirigeant africain que nous n’aimons pas, ce dernier (le journaliste) devient un chouchou et quand il tient des propos dithyrambiques à l’endroit du même dirigeant dans un autre contexte, il devient un mauvais journaliste.

Ils savent jouer avec nos esprits. Ce sont les mêmes d’un même système. Chacun dans son rôle. C’est quelle affaire et c’est quelle amitié ça? Il faut de la constance dans un combat. Savoir ce que l’on veut pour ne pas se tromper de combat. Il faut rester concentré.

Emmanuel de Kouassi pour Diaspotv