LES IVOIRIENS DE FRANCE ÉCRIVENT À MACRON ET LE DRIAN

0
48
LES IVOIRIENS DE FRANCE ÉCRIVENT À MACRON ET LE DRIAN

Paris le 19/11/2020

Monsieur Jean Yves LE DRIAN Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

Objet : motion de révolte des ivoiriens vivants en France contre le soutien de la France à l’instauration de la Dictature en Côte d’Ivoire

Cc : – Monsieur Emmanuel MACRON (président de la république de Française) – Madame Marielle DE SARNEZ (présidente de la commission des affaires étrangères de Assemblée Nationale) – Jean-Marie BURGUBURU (président de la Commission des droits de l’homme)

Monsieur le Ministre, Notre collectif de citoyen Ivoirien et Franco-Ivoirien résidents en France est un tink tank qui veille au respect des droits humains, au respect des libertés fondamentales , à l’application de la bonne gouvernance et à la démocratie en Côte d’Ivoire .

Nous vous adressons cette lettre après le constat de vos récentes sorties et la prise de position de l’exécutif Français qui, à travers vos propos justifie publiquement le viol de la constitution de la république de Côte d’Ivoire par un cas de force majeur , ceci lors d’une interview dans le Bourdin direct le 13/11/2020 ; mais aussi par le biais de la lettre de félicitations du chef de l’état Français, Emmanuel Macron, adressée au dictateur Ouattara.

Par vos actes, la France, pays de droit et de la liberté, cautionne le troisième mandat anti constitutionnel et illégitime de Mr Ouattara après un simulacre d’élection dans des conditions antidémocratiques et calamiteuses qui ont entraînés des nombreux cas de violences extrêmes et inédites en Côte d’Ivoire .

Monsieur le ministre , notre pays la Côte d’Ivoire vit une période de crise socio politique des plus bouleversante depuis son indépendance. Jamais la Côte d’Ivoire n’a atteint un tel niveau de dégradation et de violation flagrante des droits humains . Des députés sont emprisonnés depuis le 23 décembre 2019 sans jugement, sans même lever leur immunité parlementaire, la liste de ces députés dans les geôles ne cesse de grossir et le motif de ces détentions que nous qualifions d’arbitraires, est sans aucun doute purement politique.

Les membres des familles des opposants au régime Ouattara sont emprisonnés sans jugement. Des hommes mais surtout un grand nombre de femmes sont embastillés par ce régime liberticide pour avoir tout simplement voulu exercer un droit constitutionnel, celui de manifester pacifiquement et librement, ceci en totale violation de la constitution, des hommes politiques sont contraints à l’exil par le régime Ouattara, qui par le biais d’une justice aux ordres condamne les opposants politiques et distribue des peines de 20 ans de prison afin de les maintenir loin de leur patrie.

La Côte d’Ivoire est sorti du protocole de la cour Africaine des droits de l’homme et des peuples suite aux multiples décisions de cette cour; Décisions qui ont pu démontrer au monde entier la faillite de cette justice Ivoirienne aux ordres du régime dictatorial d’Abidjan. Le virevoltant, Alassane Ouattara après avoir violé la constitution en briguant un troisième mandat , à organisé un simulacre d’ élection à sa guise avec une Commission électorale indépendante (CEI) unicolore et uniquement composée de ses amis , un conseil constitutionnel qu’il a pris soin de remplir avec ses amis à l’approche des élections et qui logiquement écarta la grande majorité de ses adversaires ne laissant aucun autre choix à l’opposition si ce n’est celui du boycott actif.

Le monde entier a pu observer la violente répression exercée par les milices armées (microbes) du pouvoir Ouattara lors des manifestations anti troisième mandat, causant ainsi une centaine de morts et plusieurs blessés graves, la destruction des biens, tout ceci restant dans une totale impunité. Recouvrir d’un voile pudique ces faits, soutenir et encourager une telle forfaiture au mépris des droits du peuple ivoirien et des intérêts respectifs des ivoiriens et des Français vivant en Côte d’Ivoire, c’est trahir la France !

C’est trahir les notions de « liberté , d’égalité et de fraternité » dans la politique étrangère que mène la France vis-à-vis d’un pays ami qu’est la Côte d’Ivoire. Cela n’honore pas la France. Aujourd’hui la situation en Côte d’Ivoire nécessite une action soutenue et vigoureuse en faveur des normes internationales en matière de démocratie, de droits humains , d’élection , et de bonne gouvernance .

Ces propos que nous tenons , sont inspirés de l’ONG Amnesty qui dans ses rapports alarmants sur la Côte d’Ivoire a largement lancé des appels au monde entier en vue de sauver la Côte d’Ivoire d’une catastrophe . Nous décrions l’attitude de l’exécutif Français qui encourage Alassane Ouattara et son clan dans cette forfaiture et ces violations des droits humains . Nous vous demandons instamment de publiquement appeler à la libération de tous les prisonniers d’opinions en Côte d’Ivoire et au retour des exilés . Nous vous appelons aussi à condamner publiquement les assassinats et les enlèvements perpétrés par les milices armées du régime Ouattara .

Compte tenu du soutien de la France au multilatéralisme, nous vous exhortons à appeler publiquement la Côte d’Ivoire au respect des décisions de la Cour Africaine (CADHP) conformément à la constitution Ivoirienne , à cesser d’affaiblir cette cour dans son rôle de veiller au respects des lois et des normes internationales. Nous sommes particulièrement inquiets du risque de génocide qui plane sur la Côte d’Ivoire .

Nous vous demandons instamment d’informer votre partenaire Ivoirien qu’elle risque des sanctions conformément à l’accord de Cotonou . Prenez vos responsabilités en annonçant des décisions fermes contre les dignitaires du régime d’Abidjan et en limitant les déplacements de ceux ci et leurs droits d’entrées en France , un pays des droits de l’homme .

Nous vous souhaitons de regagner la confiance de la Côte d’Ivoire à travers vos prochaines prises de parole au sujet de notre pays , afin que la voix de la France, pays ami et partenaire puisses encore porter auprès des générations futures , nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre haute considération.

Le collectif de citoyen Ivoirien et Franco-Ivoirien résidents en France.