PRESIDENTIELLE AU BURKINA FASO ON PEUT EN PARLER

0
79
PRESIDENTIELLE AU BURKINA FASO ON PEUT EN PARLER

La parenthèse des élections présidentielles vient de se fermer au pays des hommes intègres. 1 coup ko nous dit-on et comme par hasard.

Nous notons à toutes fins utiles que les électeurs au pays des hommes intègres ont voté le dimanche dernier pour élire le premier d’entre-eux. Ils ont exercé leur droit civique dans la paix, sans palabre et sans ingérence. Nous notons également que les ressortissants burkinabés de la diaspora et notamment ceux résidant sur le territoire ivoirien ont pour la première fois participé à ce scrutin.

Nous notons que le président sortant Marc Roch Christian Kaboré a été élu au premier tour avec 57,87% des suffrages. Nous notons que le vainqueur a été félicité par les perdants. Tout ça dans la paix et sans ingérence. Nous notons qu’au lendemain de la proclamation des résultats et les félicitations des candidats malheureux au vainqueur, certaines gens ont qualifié l’opposition burkinabé de plus responsable et plus mature que l’opposition ivoirienne oubliant que comparaison n’est pas forcément raison et que chaque pays a ses réalités.

Nous notons pour finir et avec joie que nos frères burkinabés de la diaspora peuvent enfin (et c’est même peu de le dire) participer au processus électoral de leur pays d’origine en exerçant enfin leur droit civique. C’est une très bonne chose et pour leur pays d’origine mais aussi pour leurs pays d’accueil.

Nous notons qu’ils ne seront plus obligés de voter là où ils ne sont pas concernés. Ils ne seront plus cités là où on ne devait pas les citer. Ils peuvent enfin cesser d’être un bétail électoral dans leurs pays d’accueil. Bravo aux autorités burkinabés qui ont rendu cela possible. Il était temps. Au passage, nos chaleureuses félicitations au président Kaboré. Plein succès pour son deuxième mandat. Les défis sont connus : lutte contre les djihadistes et lutte contre la pauvreté.

Emmanuel de Kouassi pour Diaspotv