Qui est Maria-Teresa, la première princesse décédée du coronavirus ?

0
80
Qui est Maria-Teresa, la première princesse décédée du coronavirus ?

La princesse Maria-Teresa de Bourbon Parme est décédée ce jeudi 26 mars, emportée par le coronavirus. Indépendante, libre… elle était celle qu’on appelait la « princesse rouge ». Un personnage de roman.

La princesse Maria-Teresa de Bourbon Parme, est la première personnalité du gotha à être décédée du coronavirus. Elle est décédée, le jeudi 26 mars, à l’âge de 86 ans. La nouvelle est tombée après celle de la contamination du prince Charles et celle du prince Albert II de Monaco qui va de mieux en mieux.

Fille de Xavier de Bourbon Parme, prétendant carliste au trône d’Espagne, jusqu’à son « abdication »,en 1975, et de Madeleine de Bourbon Busset, appartenant également à la famille de Bourbon, son père étant le comte de Lignières, Marie-Thérèse de Bourbon-Parme, altesse-royale, était connue comme la princesse rouge.

Née à Paris, élevée dans un château du Bourbonnais puis chez les sœurs du collège du Sacré-Cœur à Tours, elle se passionne adolescente pour les idées de gauche, tout en respectant son père, sa famille et la monarchie. Dans son arbre généalogique, on croise le roi Louis IX, dit Saint Louis ou Henri IV mais simple et modeste, elle ne parle jamais de sa lignée et veut surtout défendre les opprimés.

André Malraux, François Mitterrand ou encore Yasser Arafat fascinés par son intelligence et sa singularité

Au cours de sa longue destinée, elle fréquente l’écrivain André Malraux, le leader palestinien Yasser Arafat mais aussi l’impitoyable FrançoisMitterrand.Tous sont étonnés par son intelligence, sa vivacité et sa singularité. Sur son amitié avec Arafat, elle dit : «Il voulait savoir comment une personne issue d’un milieu aussi traditionnel que le mien avait pu évoluer de la sorte.»

A la fin des années 1970, elle reprend ses études, obtient un doctorat en sciences hispaniques à la Sorbonne, puis un doctorat en sociologie à Madrid. Maria-Teresa vit quelques années de clandestinité en Espagne, passe sept ans en Belgique, habite près de Madrid. Elle ne s’est jamais mariée, n’a pas eu d’enfants et a toujours vécu seule. Elle s’est toujours voulue libre et indépendante. Une princesse, digne d’un livre d’histoire.

Lire aussi : Coronavirus : le professeur Didier Raoult diffuse les résultats d’une deuxième étude